Walid Abdulrahman Abu Zayed flashes a victory sign during the court hearing in connection with a French extradition request at the Oslo District Court on September 25, 2020. - Norway had detained on September 10, 2020 the man, an 61-year-old suspect of Palestinian origin also known as Walid Osman in Norway, who is suspected to be linked to a 1982 attack in the rue des Rosiers Jewish neighbourhood in Paris that left six people dead and 22 injured. Walid Abdulrahman Abu Zayed has been living in Norway since 1991 and became a citizen in 1997. (Photo by Terje Bendiksby / NTB / AFP) / Norway OUT

Attentat de la rue des Rosiers : La Norvège autorise l’extradition d’un suspect vers la France

ENQUETE La justice française le soupçonne d’être « l’un des tireurs de l’attentat » qui avait fait six morts et 22 blessés dans le quartier juif historique de la capitale en 1982

20 Minutes avec AFP

 — 

La rue des Rosiers à Paris (image d'illustration).
La rue des Rosiers à Paris (image d’illustration). — JACQUES DEMARTHON / AFP

La Norvège autorise l’extradition d’un suspect de l’attentat de la rue des Rosiers vers la France, selon les renseignements norvégiens (PST). Cette décision, non ouverte à un appel, devra être exécutée sous dix jours.

Walid Abdulrahman Abou Zayed, aussi connu sous le nom d’Osman en Norvège, est recherché par la justice française pour sa participation présumée à l’attaque qui avait fait six morts et 22 blessés dans le quartier juif historique de la capitale française.

Plainte rejetée

Palestinien naturalisé norvégien en 1997, le suspect s’opposait à son extradition vers la France, clamant son innocence. Validée par tous les échelons judiciaires du pays nordique, celle-ci devait encore recevoir le feu vert du gouvernement norvégien. « La plainte d’Osman a été examinée en Conseil des ministres réuni devant le Roi. Elle a été rejetée », a déclaré Annett Aamodt, porte-parole du PST.

« Le ministère de la Justice a ordonné que l’extradition soit mise en œuvre dans le cadre d’un accord entre les polices norvégienne et française et la décision doit être exécutée dans les dix jours », a-t-elle ajouté.

Le 9 août 1982, un commando de trois à cinq hommes avait lancé une grenade dans le restaurant Jo Goldenberg dans le « Pletzl », quartier juif historique de Paris, puis ouvert le feu dans l’établissement et contre des passants. L’opération avait rapidement été attribuée au Fatah-Conseil révolutionnaire (Fatah-CR) d’Abou Nidal, groupe palestinien dissident de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP).

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.