L’élément essentiel d’une bonne préparation à Roch Hachana est de demander pardon aux gens qu’on a pu blesser pendant l’année écoulée. Nous voulons commencer l’année sans traîner un lourd passif de personnes qui auraient un ressentiment envers nous. Il est également important de pardonner promptement à ceux qui nous ont causé du tort.

Beaucoup ont coutume d’aller se purifier au Mikvé (bain rituel) l’après-midi qui précède Roch Hachana. C’est une purification du corps, mais aussi une purification spirituelle qui joue un rôle important dans le processus de la Téchouva (repentir).
Certains vont se recueillir sur la tombe d’un juste le matin qui précède Roch Hachana, en priant pour qu’en ce jour de jugement il intercède en notre faveur.
Après la prière du matin, on récite la Hatarat Nédarim, qui annule les vœux en présence d’un minyan (10 hommes). Aux yeux de la Torah, dire par exemple « je ne mangerai plus de gâteaux » a valeur d’un vœu. Il faudra donc l’annuler, même s’il a été fait sans intention.
L’annulation se fait en présence de 10 hommes adultes, ou de 3 hommes au moins s’il ne s’en trouve pas 10, qui diront le texte qui se trouve imprimé dans la plupart des livres de prières de Roch Hachana (Ma’hzor).

Le repas de fête

Après la bénédiction de HaMotzi, on trempe le pain dans le miel, puis on le distribue aux convives. On exprime ainsi notre souhait que l’année qui arrive soit douce comme le miel.

A Sephardic Rosh Hashanah Seder | My Jewish Learning

Ensuite, après qu’on a consommé son morceau de pain, on saisit un quartier de pomme que l’on trempe dans le miel. On dit alors : qu’il soit Ta volonté, de renouveler cette année dans le bien et la douceur. On fait ensuite une bénédiction « Boré Péri Ha’Etz » sur cette pomme (parce que la bénédiction sur le pain ne l’a pas acquittée).

Neuf choses que vous ne saviez pas sur Rosh Hashana | Alliance le premier magazine de la communauté juive, actualité juive, israel, antisémitisme info

Pourquoi demande-t-on à  la fois bonté et douceur, l’un n’inclut-il pas l’autre ? C’est parce que le Judaïsme considère que tout ce qui arrive est pour le bien, même si cela n’est pas évident au premier abord. Le bien a parfois un goût amer. Mais Dieu peut faire que tout ce qui arrive, en plus d’être pour le bien, ait un goût de douceur et non d’amertume, et c’est ce que nous Lui demandons.
Dans Birkat HaMazone, nous ajoutons le passage de Ya’alé VéYavo, qui mentionne Roch Hachana.

Les mets symboliques

Le soir de chacun des deux jours de Roch Hachana, on mange des aliments qui symbolisent notre aspiration à recevoir des bénédictions pour l’année qui commence. En concentrant notre attention sur ces symboles, nous nous mettons en relation avec Celui qui est la source de toutes les bénédictions.
Les aliments symboliques rappellent par leur nom hébraïque les expressions utilisées dans les bénédictions que nous recherchons. Voici une liste que le Talmud dresse des aliments que l’on a coutume de consommer à Roch Hachana :
  • En mangeant du poireau (Carti)on dit : qu’il soit Ta volonté que nos ennemis soient retranchés (Shé YiCartou Oyévénou).
  • En mangent des bettes (Sèlèk) on dit : qu’il soit Ta volonté que nos ennemis soient éloignés (Shé YiStalkou Oyévénou).
  • En mangeant des dattes (Tamar) on dira : qu’il soit Ta volonté que nos ennemis soient éliminés (Shé YiTammou Oyévénou).
  • En mangeant de la courge (Kra’) on dira : qu’il soit Ta volonté que nos ennemis soient déchirés (Shé YiKar’ou Oyévénou).
  • En mangeant de la grenade (Rimmon) on dira : qu’il soit Ta volonté que nos mérites soient aussi nombreux que les graines grenade (Shé Yirbou Zékhouyoténou CaRimmon).
  • En mangeant de la tête de poisson ou d’agneau (Rosh) on dira : qu’il soit Ta volonté que nous soyons toujours à la tête et jamais en queue. (Shé Ni’hiyé LéRosh VéLo LéZanav).

Les prières de Roch Hachana

Les prières spéciales à ce jour sont tellement nombreuses qu’un Ma’hzor (livre de prière de fêtes) entier leur est consacré.
Dans la Amida (prière centrale où l’on se tient debout) et le Kiddoush de Roch Hachana, on mentionne l’expression « Yom Térou’a » (jour de sonnerie du Shofar).
Mais si Roch Hachana tombe un Shabbat, on dira « Zikhron Térou’a » (souvenir du Shofar). Si on s’est trompé il n’est pas nécessaire de revenir au début de la Amida.
Pendant les « Jours Redoutables », entre Roch Hachana et Yom Kippour, on remplace le rideau de l’Arche par un rideau blanc, qui rappelle le verset qui dit que « nos fautes seront blanchies comme la neige ».
L’officiant (‘Hazan) ne doit pas être choisi uniquement pour ses qualités musicales. Il est souhaitable qu’il ait au moins 30 ans, qu’il soit marié et aie des enfants, qu’il soit érudit en Torah, et bien sûr qu’il craigne Dieu.
S’il a moins de 30 ans mais qu’il est particulièrement érudit, on pourra le choisir. Dans tous le cas, on acceptera un officiant qui ne réunit pas toutes ces qualités, plutôt que d’avoir une discorde dans la communauté sur le sujet.
Comme il existe un doute sur le devoir de dire la bénédiction Shéhé’hianou le deuxième jour de Roch Hachana, on a la coutume de manger un fruit nouveau ou de porter un nouvel habit sur lequel on récitera Shéhé’hianou. 
En récitant cette bénédiction, on devra penser également aux mitsvoth d’allumage des bougies, du Kiddouch et du Shofar.

Le Chofar

La mitsvah principale de Rosh Hashana est d’écouter le son du Shofar. Les sonneries que l’on fait après la lecture de la Torah sont appelées « Tékiot DéMéyoushav ».
On doit écouter au minimum 9 sonneries. Mais comme on ne sait pas si ces sonneries doivent être sous forme de Shévarim (qui ressemblent à des pleurs) ou de Térouah(sonnerie plaintive), voire d’une combinaison des deux, on les sonne toutes alternativement, entrecoupées de Tékiot (sonnerie continue).
Les trois séries s’additionneront pour donner au total 30 sonneries, et par ce biais tout doute sera écarté quant à l’accomplissement correct de la mitsvah.
On a l’habitude de sonner du Shofar à l’endroit où on lit la Torah, pour que son mérite nous soit une aide en ce jour de jugement. On sonne le Shofar uniquement quand il fait jour. C’est à l’époque où les Romains persécutaient les Juifs que les Sages ont institué de sonner le Shofar juste avant le Moussaf, afin que les gardes romains postés à l’entrée des Synagogues à l’aube aient eu le temps de partir et ne l’entendent pas.
Le sonneur doit se tenir debout. Juste avant la sonnerie, on lui rappelle de penser à rendre quittes toutes les personnes présentes. De la même manière, on avertit les personnes de l’assemblée de penser à se rendre quittes de leur obligation d’écouter le Shofar par le biais de la sonnerie de l’officiant.
Avant de sonner, on récite deux bénédictions : « Béni sois-tu…qui nous a commandé d’entendre le son du Shofar » et « Shéhé’hianou ». Dès que les bénédictions ont été dites, il est interdit de parler jusqu’à la fin des sonneries.
Les femmes peuvent sonner du Shofar et réciter la bénédiction pour se rendre quittes de la mitsvah. Un enfant qui comprend le sens des mitsvoth devra également écouter le Shofar.
Lorsque Roch Hachana tombe un Shabbat, on ne sonne pas du Shofar.
Le Shofar utilisé à  Roch Hachana doit provenir d’un bélier et doit être courbé. Il doit faire plus de 6 cm de long. On a le droit d’utiliser la corne d’une bête qui n’a pas été abattue rituellement. A postériori, on pourra utiliser toute corne d’animal hormis la vache, le bœuf ou les espèces impures.
On récite trois bénédictions particulières dans la prière de Moussaf : les Malkhuyot (louanges au Roi), les Zikhronot (on demande à Dieu de se remémorer les mérites de nos ancêtres), et les Shofarot (qui rappellent le sens du Shofar). Pendant la répétition de l’officiant (‘Hazara), on sonne 30 sonneries supplémentaires qui associent les différentes combinaisons mentionnées plus haut.
On a la coutume de sonner 40 sonneries supplémentaires à la fin de l’office, pour arriver au total de 100 sonneries. La dernière sonnerie – Tékiah Guédolah – est prolongée autant que le peut le sonneur.

Autres coutumes de Roch Hachana

On a l’habitude pendant le mois d’Eloul de se saluer selon la formule « Kétiva Vé’Hatima Tova », qui signifie : « Puissiez-vous être inscrits dans le livre de la vie »
On devra s’efforcer de ne pas dormir ou se promener pendant Roch Hachana qui est une période de jugement (Le Ari Zal permet de faire une sieste l’après-midi).
Il est préférable de ne pas avoir de relations conjugales les deux soirs de Roch Hachana, hormis si la femme vient de se purifier au Mikvé.
Une Brit Mila qui tombe Roch Hachana sera effectuée entre la lecture de la Torah et les sonneries du Shofar.

Tachlikh

On dit la prière du Tachlikh l’après midi du premier jour de Roch Hachana (sauf si c’est un Shabbat). Cette prière sera dite de préférence à côté d’un réservoir d’eau contenant des poissons. Pendant cette prière, on secoue symboliquement ses poches pour signifier que l’on souhaite se débarrasser de ses fautes, sans arrière-pensée d’envisager de continuer à transgresser après Roch Hachana.
Le Midrash nous rapporte que le Tachlikh rappelle le jour où Abraham est parti sacrifier Isaac (la Akéda) et qu’il a dû traverser un cours d’eau dont les eaux lui arrivaient jusqu’au cou.
L’eau et les poissons sont deux symboles importants : la Torah est comparée à l’eau sans laquelle les poissons ne peuvent survivre. Il en va de même pour les Juifs qui ne peuvent survivre sans Torah.
Les poissons, qui n’ont pas de paupières et ne dorment jamais, nous rappellent que Dieu ne cesse jamais de nous observer et connait tous nos actes.
Celui qui n’aura pas pu réciter le Tachlikh à Roch Hachana pourra le faire pendant les Dix Jours de repentance jusqu’à Yom Kippour.
Voici ce que dit en substance la prière de Tachlikh (Michée 7,18):
« Quel dieu t’égale [Seigneur], toi qui pardonnes les iniquités, qui fais grâce aux offenses, commises par les débris de ton héritage? Toi qui ne gardes pas à jamais ta colère, parce que tu te complais dans la bienveillance?  Oui, tu nous reprendras en pitié, tu étoufferas nos iniquités, tu plongeras tous nos péchés dans les profondeurs de la mer. Tu témoigneras à Jacob la fidélité, à Abraham la bienveillance, que tu as jurées à nos pères dès les premiers âges.»
Et Psaume 118 :
« Du fond de ma détresse j’ai invoqué l’Eternel: il m’a répondu [en me mettant] au large. L’Eternel est avec moi, je ne crains rien: les hommes, que pourraient-ils contre moi? L’Eternel est pour moi, avec ceux qui m’assistent; aussi me repaîtrai-je de la vue de mes haïsseurs. Mieux vaut s’abriter en l’Eternel que de mettre sa confiance dans les hommes. Mieux vaut s’abriter en l’Eternel que de mettre sa confiance dans les grands.»
Beaucoup lisent aussi les Psaumes 33 et 130

Roch Hachana 5783 sera célébré le lundi 26 et le mardi 27 septembre 2022

Les festivités débutent  dès le dimanche 25 septembre au soir

Puissions nous tous être immédiatement inscrits et scellés dans le Livre de la Vie !  Chana Tova Ou Métouka !

.par Rav Shraga Simmons 

 

Le président israélien Isaac Herzog lors d'une cérémonie pour la fête juive de Rosh HaShana (Nouvel An juif) à la résidence du président avec des représentants des délégations diplomatiques en Israël à Jérusalem, le 20 septembre 2022Arie Leib Abrams/Flash90 Le président israélien Isaac Herzog lors d’une cérémonie pour la fête juive de Rosh HaShana (Nouvel An juif) à la résidence du président avec des représentants des délégations diplomatiques en Israël à Jérusalem, le 20 septembre 2022
« Rappelons-nous la beauté de notre unité. Ce n’est qu’ainsi que nous pourrons réaliser les paroles du roi David dans les Psaumes : « Que la paix règne dans nos murs et la sécurité dans nos citadelles. Pour l’amour de mes frères (et j’ajoute, mes sœurs) et de mes amis, je dis : « Que la paix soit avec vous. » 
« De votre foyer loin de chez vous, ici dans l’État d’Israël, à vos foyers dans le monde entier, je vous souhaite à tous, Shana Tova OuMetouka. Ketivah veHatimah Tova (Une bonne et douce année. Que vous soyez inscrits et scellés dans le livre de la vie). »
Le président et son épouse s’étaient rendus le 20 septembre dans le Golan pour présenter leurs vœux pour la nouvelle année aux soldats stationnés dans ce secteur sensible du nord du pays, et assister à un exercice militaire.
Le même jour, ils recevaient des représentants des délégations diplomatiques à la résidence du président, à Jérusalem, lors d’une cérémonie pour célébrer le nouvel an juif à venir. sur i24 news

 

Je sais que je m’y suis prise un peu juste tard mais c’est tout de même de tout cœur :

QUELQUES RECETTES DE PATISSERIES ALGÉRIENNES

SKANDRANIETTES

Recette - Skandraniettes, friandise Algérienne en vidéo - 750g.com

PATE BRISÉE + PÂTE D’AMANDES COLORÉE EN VERT (3 v amandes en poudre et 1 v sucre 1/2 v margarine fondue + eau fleurs oranger ) + sirop miel
Faire abaisse pâte placer rouleau pâte amandes rouler découper tranches de 2 à 3 cms de large /épaisseur enfourner four à 180 degrés et puis verser dessus sirop de miel
AMANDINES
1 pâte brisée avec 2 œufs et préparer crème amandes (250 grs amandes en poudre, 250grs sucre, 250 grs beurre en crème et 4 œufs + eau fleurs oranger/citron. Avec la pâte foncer de petits moules et garnir de crème et saupoudrer d’amandes effilées.

PETITS GÂTEAUX MOELLEUX A L ORANGE

200 grs margarine, 150 grs sucre, 2 à 3 œufs selon leur taille, 200 grs farine, 1 levure chimique, 100 grs amandes poudre, 2 c à s confiture d’oranges ‘(amères) 100 grs sucre glace, amandes effilées mettre dans des moules à muffins

GALETTES DORÉES (HLOUAT TAB’A) (ressemble aux palets bretons)

Faire une pâte avec 3 œufs moyens, 1 petit verre d’huile, 1 sucre vanillé et 1 zeste de citron, 1 sachet de levure chimique et ce qui rentre de farine (prévoir environ 5 verres de farine). 1 œuf battu pour dorer.
Une fois les l’huile et les œufs battus mélangés, on ajoute la farine progressivement afin d’arriver à obtenir une pâte ferme et non collante (dès le premier ajout de farine on mélange la levure dans la farine de manière à ce que la levure soit bien répartie et qu’elle ne fasse pas de grumeaux.
Lorsqu’on a obtenu une pâte souple mais ferme, on l’enveloppe avec un film et on la laisse se reposer une demi-heure au moins puis sur un plan de travail fariné, on fait une abaisse régulière d’une épaisseur d’un demi centimètre. On découpe des ronds avec un emporte-pièce ; si on ne dispose pas d’emporte-pièce ou d’un verre on peut former une sorte de boudin de même dimension au bout comme au milieu et il suffira de découper des tranches de même épaisseur.
On dépose ces galettes sur un papier sulfurisé et avec un pinceau à pâtisserie, on dore les galettes puis, à l’aide des dents d’une fourchette on tracera des traits qui peuvent s’entrecroiser. On peut aussi parsemer du sucre en grains sur les galettes dorées à l’œuf. Enfourner à 180° et dès que les galettes sont dorées on les sort du four et on les laisse refroidir.

CROISSANTS FOURRES AUX NOIX ET RAISINS

Cette recette convient soit pour utiliser des croissants invendus comme on le fait avec de la frangipane pour des croissants aux amandes soit on peut utiliser la farce en roulant le croissant.
Pour une trentaine de croissants de taille moyenne il faut environ 100 grs de cerneaux de noix (grenoble ou pekan) et 100 grs de raisins secs (précédemment trempés). On moud ces fruits secs et on y mélange un peu de confiture (prune par exemple) pour bien amalgamer le mélange et qu’il ne s’éparpille pas.
Après la cuisson des croissants, on mettra un peu de glaçage léger sur les croissants pour garnir.

CORNES DE GAZELLES (TCHEREKS)

Cornes de gazelle au sucre glace - YouTube

Pâte brisée
Pâte d’amandes : (pour 20 unités) 150 grs amandes en poudre moulues et 100 grs de sucre en poudre 1 c à café eau de fleurs oranger et un peu de zeste de citron (selon le goût).
Préparer le sirop avec le sucre, la fleur d’orangers et le zeste et un peu d’eau puis y ajouter les amandes en poudre. Eteindre et bien mélanger et laisser tiédir.
Faire une abaisse de pâte brisée à 5 mm d’épaisseur. Découper des ronds de 10 cms de diamètre. Déposer un bâtonnet de pâte d’amandes et fermer en donnant la forme d’un croissant.
Pendant la cuisson préparer un sirop épais de sucre et eau de fleurs d’orangers.
Au sortir du four, badigeonner le sirop sur les cornes de gazelles et saupoudrer abondamment de sucre glace.

MONTECAOS

Les Montécaos à la Téhina ! - Ougashéli1KG farine, 500grs sucre, 1/2 litre huile, zeste de citron, cannelle pour en mettre un peu au-dessus de chaque gâteau.
On mélange tout on forme de petites boules on aplatit légèrement le dessus pour y déposer la cannelle et on enfourne à four chaud. Dès que cela se craquelle on retire le gâteau doit rester blanchâtre. NB Pour varier on peut mettre de la tehina pure au lieu d’huile et cela donnera des montecaos (ou griba) à la halva.
  Caroline Elishéva REBOUH

JForum avec www.aish.fr et  ARYEH LEIB NIVIN 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.