Voici comment l’armée israélienne opère dans l’arrière-cour de l’ennemi

Le discours du chef d’état-major a révélé une petite partie des opérations des commandos terrestres qui sont menées loin du pays • Néanmoins, la capacité opérationnelle de Tsahal n’est pas à son apogée • Interprétation

Le chef d’état-major Aviv Kochavi a présenté la pointe émergée de l’iceberg, quand dans sa conférence à l’Institute for National Security Studies (INSS) il a abordé deux aspects fascinants – le premier concerne la volonté de nos ennemis d’agir contre nous ces jours-ci et dans le futur prévisible, et le second porte sur des informations partielles relatives aux opération commando dans les pays voisins.

Il n’est pas nouveau que Tsahal ait déployé ces dernières années un effort continu dont le but est de compromettre les capacités offensives de nos ennemis – une « bataille entre les guerres », menée par Tsahal. Dans sa conférence d’aujourd’hui (mardi), le chef d’état-major a donné un vague exemple de cette série d’actions qui se poursuit avec un effort soutenu.

Il est impossible de savoir ce qu’est ce type d’opération de commando, qui ne peut être imaginée, mais d’après les mots de Kochavi, on peut comprendre que les forces de Tsahal opèrent au-delà des lignes, et au-delà du cercle immédiat des pays, et pas seulement par voie aérienne ou avec des moyens navals, mais aussi des unités terrestres.

Combinez les informations données par le chef d’état-major selon lesquelles, ces dernières années, un certain nombre d’unités ont reçu des marques d’éloges pour des opérations classifiées, et vous comprendrez que Tsahal opère de manière significative en territoire ennemi, et dans un format multidimensionnel. Le terme « multidimensionnel » est un terme que le chef d’état-major aime utiliser – il a également travaillé à la mise en place d’une telle unité multidimensionnelle, tout ce que l’on peut en dire, c’est qu’elle combine toutes les capacités de la coopération multi-bras. Mer-air -terre, intégré avec les services de renseignements et de la cyber guerre.

Les actions de Tsahal en profondeur n’ont pas été révélées, et selon le chef d’état-major, on peut comprendre qu’elles se sont produites à la suite d’un effort continu pour un résultat significatif face aux intentions de l’ennemi d’agir contre nous. Si Kochavi se réfère aux « bras de poulpe » iraniens, et il est probable que c’est à cela qu’ils étaient destinés, alors nous comprenons que cet effort est efficace. Il convient également de mentionner que Tsahal a profité du chaos qui a eu lieu ces dernières années dans les pays de « l’axe du mal » et a apporté sa contribution opérationnelle à la prévention de l’établissement chiite, ainsi qu’à la lutte contre Daech, que le chef d’état-major a également pointé dans sa conférence.

Daesh n’a pas disparu, selon Kochavi, mais a changé son mode de fonctionnement. Le chaos, notamment en Syrie-Irak s’est stabilisé l’année dernière, et cela en partie grâce aux efforts du président russe Vladimir Poutine intervenu dans la sanglante La guerre en Syrie, avec l’Iran, a conduit à la victoire du président syrien Bashar Assad.

La question est de savoir si la Syrie sera stable, il sera possible de continuer à opérer dans le cadre de Tsahal. Une autre question est ce qui se passera à l’époque de Joe Biden en tant que président des États-Unis – car on peut supposer que l’administration Trump était plus ouvert aux initiatives offensives d’Israël.

D’une manière ou d’une autre, les actions que les Tsahal qui ont apparemment été menées furent extrêmement audacieuses, et elles expriment la sophistication de l’action interarmées tout en augmentant considérablement l’efficacité opérationnelle des opérations en profondeur. Ces opérations ont une grande importance dans la dimension dissuasive – lorsque l’ennemi comprend que les unités de Tsahal opèrent sur son territoire, la confiance de cet ennemi d’agir et de réaliser ses plans est complètement perturbée. Vous vous comportez différemment lorsque vous réalisez que quelqu’un se promène dans votre cour au milieu de la nuit.

Le discours sur la dissuasion de l’Etat d’Israël est un peu attaqué en raison de l’instabilité à la frontière de Gaza – il y a un débat sur à quel point nous sommes dissuasifs, voire pas du tout, mais comme il semble, du moins sous l’angle du chef d’état-major, face à des menaces lointaines (géographiquement), on parvient à produire une dissuasion significative. Si nous avons réussi à perturber de manière significative les bras de la pieuvre iranienne, c’est certainement un résultat très important.

Cependant, en regardant vers l’avenir, Tsahal ne sera pas en mesure de mettre en œuvre le plan « Momentum ». Le budget avenir ne permet pas à Tsahal de bien se préparer pour les cinq prochaines années, ce qui a également des implications pour la prochaine décennie. La révolution nécessaire pour l’armée de terre progresse plus lentement que nécessaire, et des manœuvres importantes sont nécessaires pour un entraînement plus intense que ceux existants afin de réaliser le potentiel de l’attaque terrestre. Lorsque les forces de Tsahal s’entraînent moins, cela s’érode davantage. Ces capacités peuvent être compensées par la nécessité de réduire la formation de réserve et le déploiement à haute fréquence de forces régulières pour les missions de sécurité de routine.

Pour Kochavi il y a un autre défi, celui de créer un changement dans la lutte efficace contre le virus corona – principalement à travers l’unité mise en place pour couper la chaîne d’infection. Jusqu’à présent, ses efforts n’ont pas conduit à une révolution dans la lutte contre la peste.

On peut résumer cela en disant que l’armée israélienne réussit apparemment à saper les capacités offensives de l’ennemi, mais qu’elle progresse très lentement dans le perfectionnement de ses capacités en vue d’une éventuelle guerre. L’ennemi est important, la préparation à cette guerre est tout aussi importante.

Jforum – Israel Hayom

 

1 COMMENTAIRE

  1. Bonjour, sans preuves démonstratives, j’ai la conviction que les iraniens ont déjà quelque chose qui peut s’apparenter à une bombe qualifiable de sale… Et le mode transport le plus improbable pourrait être un container commercial qui après de nombreux détours serait envoyé à Haïfa, et de là = ???? Il suffirait de 1 ou 2 commandos formés pour faire exploser la bombe. La seule question qui compte: a-t-on les moyens techniques de dépister rapidement et à coup sûr toute matière radioactive qui rentre au pays par des moyens commerciaux d’une banalité furtive….Shalom.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.