Pourquoi tant de malades mentaux sont livrés à eux-mêmes ?

1
335

Des personnes qui crient, qui parlent seule dans les rues, ces scènes sont courantes surtout dans les grandes villes. (Illustration) LP/Arnaud Dumontier

Des médecins lancent un signal d’alarme : des patients atteints de troubles mentaux, parfois majeurs, ne sont pas pris en charge car les services psychiatriques sont débordés.

Dans un tunnel du métro parisien de la ligne 6, un homme, seul, nage dans un jogging trop large. Comme s’il jouait, il va et vient, en riant, dans le sens contraire de la foule.

Quelques jours plus tôt, une femme, élégante, chapeau rouge digne des courses hippiques, se met à taper du pied, dans un wagon de la ligne 1, avant de se mettre à hurler, en furie. Le sol tremble, la rame retient son souffle.

Une autre erre toute la journée, le regard vide, le long de la rue Rambuteau, dans le IVe arrondissement.

Des personnes qui crient, qui parlent seule dans les rues, ce sont des scènes courantes surtout dans les grandes villes. Ces âmes errantes sont-elles plus nombreuses qu’avant ? Difficile de savoir, les chiffres n’existent pas.

Mais « ce n’est pas normal d’en voir autant », dénonce pour la première fois le docteur Antoine Pelissolo, chef du service psychiatrie à l’hôpital Henri-Mondor, à Créteil (Val-de-Marne).

« C’est un vrai problème, rebondit le professeur Michel Lejoyeux de l’hôpital Bichat. Il n’est pas acceptable que, sur une question aussi grave, il n’y ait aucune évaluation. Il en faut une ! »

Selon les spécialistes, cette situation est le reflet d’un défaut de prise en charge des malades, conséquence d’un système psychiatrique en plein naufrage, dénoncé aujourd’hui, haut et fort, par toute une profession.

Une journée d’action nationale, à l’appel de plusieurs collectifs, mardi prochain.

«Ils sortent trop tôt de l’hôpital»

Réduction du nombre de lits, alors que la population augmente et que le recours à la psychiatrie est plus fréquent, absence de structures alternatives…

Résultat, les patients – et leurs familles – trinquent. « Ils sortent trop tôt de l’hôpital et doivent être réhospitalisés », déplore Marion Leboyer, responsable de pôle à l’hôpital Mondor et coauteure d’une enquête choc « Psychiatrie : l’état d’urgence ».

Le professeur Lejoyeux le constate tous les jours dans son service. « On a de plus en plus de difficultés à trouver des places. » Les malades sont davantage livrés à eux-mêmes.

En 2018, les études épidémiologiques montrent qu’un Français sur cinq souffre de troubles mentaux, de dépressions, de troubles bipolaires, d’autisme, de schizophrénie.

« Une énorme partie de la population n’est pas soignée correctement », s’insurge Marion Leboyer.

C’est surtout le cas des sans-abri, déjà confrontés à la précarité, et des prisonniers où l’on compte 80 % des hommes et 70 % des femmes qui souffrent de troubles mentaux.

LIRE AUSSI >«Parler seul dans la rue est le reflet d’une souffrance psychique réelle»

S’ajoute à ce manque de places, un problème de prise en charge. Dans les cabinets de ville bondés, les délais de rendez-vous s’allongent comme dans les centres médico-psychologiques, qui proposent aux patients des consultations près de chez eux, il faut souvent attendre… un an !

Conséquence le diagnostic est tardif, parfois inexistant. Sans soutien, les chances de guérir paraissent impossibles.

Des parents se sentent aussi abandonnés, seuls face à la difficulté de gérer et de s’occuper de leurs enfants atteints de schizophrénie. Alors « nous devons tout revoir » et vite d’après les médecins. Marion Leboyer demande une vraie réforme.

« On pourrait faire beaucoup mieux, il y a plein de stratégies thérapeutiques qui ont fait leurs preuves. »

Fin décembre, la ministre de la Santé a accordé une rallonge budgétaire de 50 millions d’euros à ce secteur.

Elle souhaite également à l’horizon 2022 « que tous les généralistes fassent un stage en psychiatrie, pendant leur internat, parce qu’ils sont confrontés aux pathologies mentales dans leur quotidien ».

Agnès Buzyn donnera des précisions sur sa stratégie lors d’une réunion le 24 janvier. « Dans ce domaine, on a un retard incroyable », nous confiait-elle récemment.

SOUVENT VICTIMES ET NON AUTEURS DE VIOLENCE

Il y a quelques jours, un homme de 36 ans, suspecté d’avoir tué puis découpé un homme de 45 ans, à Issoire, dans le Puy-de-Dôme, a été interpellé puis interné d’office.

Ce genre d’histoires, associant maladie mentale à la violence, contribue à alimenter la peur. Et ne sont, d’après les spécialistes, pas révélateurs de la réalité.

« Les données de la littérature scientifique vont à l’encontre de ces idées reçues : les personnes vivant avec un trouble psychiatrique sont avant tout victimes de violences bien plus qu’elles n’en sont les auteurs, précise le docteur Marion Leboyer. Cette stigmatisation de personnes malades est très dommageable en ce qu’elle entrave à bien des niveaux la qualité de leur prise en charge. »

L’incarnation de cette peur ? La schizophrénie, souvent associée à la rubrique des faits divers. En réalité, il s’agit surtout « d’un effet loupe », poursuit la spécialiste, et les patients dangereux pour la société sont une minorité.

Un contexte anxiogène, comme une période d’attentat peut aggraver les troubles de personnes qui souffrent déjà de problèmes psychiatriques selon Santé Publique France.

LES TROUBLES PSYCHIQUES EN CHIFFRES

4,7 à 6,7 millions : c’est le nombre de personnes touchées par la dépression en France (7 à 10 % de la population). Les troubles bipolaires, 800 000 à 3,7 millions de personnes (1,2 à 5,5 %) la schizophrénie, environ 670 000 personnes (1 %) et les troubles du spectre de l’autisme, 1 % également.

15-25 ans : c’est en moyenne l’âge d’apparition de ces maladies.

10 à 20 ans : c’est la réduction de l’espérance de vie de ces patients, notamment du fait des suicides : 10 000 suicides par an et 220 000 tentatives par an.

300 000 : c’est le nombre de patients supplémentaires qui font l’objet d’un suivi régulier depuis le début 2010.

Chiffres du livre « Psychiatrie : l’état d’urgence », Marion Leboyer, Pierre-Michel Llorca, éd. Fayard.

Santépsychiatrie Michel LejoyeuxTr

1 COMMENT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.