Pelé, la légende du football, meurt à l’âge de 82 ans

Star mondiale du foot, Pelé est mort à l’âge de 82 ans. Nous le savions hospitalisé depuis plusieurs semaines, c’est ce jeudi 29 décembre que la légende a rendu son dernier souffle.

Première Coupe du Monde à 17 ans, trois fois vainqueurs de la Coupe du Monde en tant que joueur, Edson Arantes do Nascimento, surnommé Pelé par ses amis d’enfance, est devenu une légende inégalable dans le monde du football. Celui qui a toujours été acclamé comme le Roi du football, s’est malheureusement éteint à 82 ans. Opéré en septembre dernier d’une tumeur au côlon, son état s’était fortement dégradé.

Un décret a annoncé un « deuil officiel » de trois jours, « une marque de respect après le décès d’Edson Arantes do Nascimento, Pelé », des suites d’un cancer du côlon. Une veillée funèbre, ouverte au public, aura lieu lundi et durera 24 heures, au stade du Santos FC, club où l’éternel numéro 10 a brillé de 1956 à 1974. L’enterrement, mardi, se déroulera en revanche dans l’intimité familiale, après un cortège suivant le cercueil dans les rues de Santos, ville portuaire à 80 km de Sao Paulo qui a décrété pour sa part un deuil de sept jours.

Une enfance difficile, dans la pauvreté

Pelé enfantPelé enfant

Né le 23 octobre 1940 à Três Corações, au Brésil, dans une zone fortement touchée par la pauvreté, le jeune Nascimento est le grand frère d’une fratrie de trois enfants. Nommé ainsi d’après Thomas Edison (célèbre inventeur américain du phonographe et de l’ampoule électrique à incandescence), les différentes erreurs commises sur son certificat de naissance l’obligeront à porter le nom d’Edson toute sa vie. Visiblement, il ne faisait déjà pas comme tout le monde.

Dès l’âge de neuf ans, il s’amuse à jouer au ballon dans les rues en compagnie de sa bande de copains. Son talent, il le doit à son père, Dondinho, ancien joueur professionnel qui a dû mettre un terme à sa carrière suite à une importante blessure au genou durant un match. C’est ce dernier qui lui a refilé la passion du ballon rond et qui l’a également formé lors de ses heures creuses. Celui qui a écopé du surnom « Pelé », après avoir erroné par erreur le prénom du célèbre gardien de but du Vasco da Gama « Bilé », n’avait qu’une seule crainte dans sa jeunesse, finir agent d’entretien, comme son père.

Finalement c’est grâce aux nombreuses leçons de ce dernier, qu’il parviendra à réaliser son plus grand rêve. Devenir à son tour professionnel. Ses entraînements ne ressemblent à aucun autre. Avec un ballon conçu lui-même (il enroulait des chaussettes dans du papier journal), ou parfois même avec un pamplemousse, il apprenait à danser, la balle aux pieds. Motivé, il rejoint des équipes de football locales où il n’a de cesse de dominer les statistiques dans différents tournois.

La magie du ginga

Waldemar de Brito, ancien footballeur brésilien, repère le petit Pelé lors d’un tournoi local. Particulièrement brillant, il voit en lui l’espoir d’un rêve national, longtemps perdu depuis la désillusion de la Coupe du Monde en 1950. À l’âge de 15 ans, il l’emmène faire un essai pour le Santos FC (club formateur de Neymar, qui rêverait d’ailleurs d’y retourner). Brito prévient la direction, Pelé sera le plus grand joueur de football du monde ! Ce dernier est accepté chez les plus jeunes, et décrochera sa place dans l’équipe-type en première division.

Pelé à Santos

Pelé à Santos

Car, Pelé, a une façon bien à lui de jouer. Il joue avec le « ginga ». Perçue en Europe comme une danse traditionnelle acrobatique, c’est en réalité un terme qui renvoie à la capoeira, qui est un art martial issu du colonialisme. C’était un formidable outil pour les esclaves qui, contre les colons, s’amusaient à l’utiliser pour lutter contre l’oppression. Le footballeur qui joue avec le « ginga », tente alors des gestes acrobatiques totalement fous qui vont lui permettre d’avoir accès à un panel de dribbles et feinter son adversaire. Cette tradition est devenue l’essence même du football brésilien.

C’est d’ailleurs les prouesses de Pelé avec Santos qui lui vaudront une place dans l’Équipe du Brésil pour la Coupe du Monde de 1958. Blessé et incertain, il est quand même appelé dans la liste des 22 joueurs. À 17 ans, il est encore, à ce jour, le plus jeune joueur à participer à une Coupe du Monde. Mais l’histoire ne s’arrête pas là. En jouant avec la magie du « ginga », Pelé enchaîne les sombreros, et après un magnifique coup du chapeau contre la France en demi-finale, il envoie son équipe en finale contre la Suède.

L’heure de la revanche a sonné pour les Brésiliens, qui ont été victimes, dès leur arrivée, de propos racistes et discriminatoires. Pelé, en véritable leader, marque un doublé et s’effondre au sol, submergé par l’émotion. Il l’avait promis à son père après la défaite en 1950 : « Ne pleure pas, papa. Cette Coupe du Monde, je vais la gagner pour toi. » Ainsi, il vient d’offrir au Brésil son premier titre de champion du monde, et il en remportera deux autres sur les 11 suivantes.

L’enfant devenu Roi

Diego Maradona, Michel Platini, Johan Cruyff, Lionel Messi, Cristiano Ronaldo, pourquoi Pelé n’a-t-il jamais été détrôné de son titre de « Roi du football » ? S’il a toujours déclaré avoir marqué plus de 1 000 buts dans sa carrière, tous clubs confondus, il est, à ce jour, le seul footballeur à avoir remporté trois Coupes du monde dans son palmarès. Un trophée en or, qui n’a pas son égal dans le milieu footballistique.

Si Neymar, surnommé « le nouveau Pelé » ne réussira probablement jamais à le surclasser au niveau des titres remportés avec la Seleção, il pourra au moins le détrôner à la première place du meilleur buteur de l’histoire de la sélection. Malheureusement, celui qui a toujours rêvé de voir son petit protégé y parvenir, n’aura pas eu l’occasion de le voir de ses propres yeux. *(À voir, il est à sept buts d’y arriver)

Max Holloway, artiste martial mixte américain, a dit : « On se souvient des héros, mais les légendes ne meurent jamais. » Eh bien celle du Roi Pelé dure depuis 64 ans et sa légende est éternelle. Si aujourd’hui le monde entier lui rend hommage, voici un extrait du film Pelé : Naissance d’une légende, sorti en 2016, dans lequel il fait lui-même une apparition. On n’en pleure encore d’émotion.

Pelé joueur football hôpital santé

@Pelé – Instagram

 

Ces records de Pelé ne sont toujours pas battus

Le légendaire football brésilien, décédé à 82 ans, laisse derrière lui des performances footballistiques hors normes.

FOOTBALL – Le « roi » Pelé est mort à l’âge de 82 ans ce jeudi 29 décembre, laissant derrière lui quelques records footballistiques qui ne sont toujours pas battus, et qui seront pour certains très difficiles voire impossible à l’être.

Tout d’abord, Pelé reste l’unique joueur à être triple champion du monde, en 1958, 1962 et 1970.

Derrière lui, avec deux titres, on retrouve notamment deux autres Brésiliens, Cafu et Ronaldo, titrés en 1994 et 2002. Treize autres joueurs brésiliens, dont Garrincha, ont eux réalisé le doublé 1958-1962. Quatre joueurs italiens ont aussi remporté la Coupe du monde en 1934 puis en 1938, ainsi que le défenseur argentin Daniel Passeralla en 1978 et 1986.

Dans ses performances inégalées, Pelé reste toujours le plus jeune champion du monde et plus jeune buteur en finale de Coupe du monde (17 ans en 1958).

En 2018, ce record avait été approché par Kylian Mbappé, devenu le deuxième plus jeune buteur en finale de Coupe du monde à l’âge de 19 ans. « Si Kylian continue d’égaler mes records comme ça, je vais devoir rechausser mes crampons… », avait tweeté Pelé à cette occasion.

Marquer plus de 1 281 buts, mission impossible

Qui, ensuite, s’approchera du légendaire total de 1 281 buts (en 1 363 matches, parmi lesquels son 1 000e but fut un véritable événement) inscrit par le « roi » durant sa carrière ? Alors qu’ils arrivent tout doucement à la fin de la leur, Cristiano Ronaldo (819 buts), Lionel Messi (795) et Robert Lewandowski (615) en resteront bien loin, dans un football certes bien plus exigeant sur les plans physique et technique. À 24 ans, Kylian Mbappé est lui rendu à 254 buts…

Ce record devrait lui être logiquement battu : celui du nombre de buts inscrits avec la sélection brésilienne. Pelé et Neymar comptent en effet tous les deux 77 buts, sachant que le second, âgé de 30 ans, a encore quelques saisons devant lui.

Auteur de 6 quintuplés, 30 quadruplés et 92 triplés dans sa carrière, Pelé devrait par contre n’être jamais dépassé sur ces impressionnantes lignes de statistiques.

Enfin, plus anecdotique, Pelé reste celui qui a marqué le plus de buts – 58 – dans le Championnat de l’État de Sao Paulo pour la saison 1958.

Pelé a de nouveau été hospitalisé au Brésil dans un état jugé préoccupantPelé a de nouveau été hospitalisé au Brésil dans un état jugé préoccupant

«Pray for the King.» Voici le message publié, il y a quelques jours, par Kylian Mbappé pour apporter son soutien à la légende brésilienne, Pelé. Atteint d’un cancer du côlon depuis septembre 2021, l’ancienne star de Santos a, en effet, vu son état se dégrader ces dernières heures. Ce jeudi soir, le triple vainqueur de la Coupe du monde avec la Seleção lui a d’ailleurs répondu.

 

Depuis, sa famille puis l’hôpital ont donné des nouvelles rassurantes. Le triple champion du monde « présente des signes vitaux stables (…), sans complication » et continue d’être soigné « dans une chambre normale« , sans nécessité d’être placé en soins intensifs, a expliqué l’hôpital Albert Einstein de Sao Paulo dans son dernier bulletin médical mardi. « L’état de santé (de Pelé) s’améliore progressivement, notamment en ce qui concerne l’infection respiratoire » pour laquelle il a également été pris en charge.

Pelé et Marcia Aoki à Monaco, en 2012. © JUNIOR / BESTIMAGEPelé et Marcia Aoki à Monaco, en 2012.
JForum avec Elsa  www.letribunaldunet.fr,  www.footmercato.net et  Le HuffPost avec AFP

Finale Brésil-Italie de la Coupe du Monde 1970. Le Brésil s’impose 4-1 et remporte la compétition. Mexico, 21 juin 1970 © SVEN SIMON / picture-alliance / dpa Picture-Alliance via AFP

1 COMMENTAIRE

  1. Il fut le plus grand footballeur du monde. Il l’est resté jusqu’à aujourd’hui et sans doute va-t-il le demeurer pour toujours. Il attirait une admiration sans borne, une immense sympathie et un très grand respect. Sa mort me peine, car ce personnage de légende était tellement attachant. Je lui souhaite, de tout coeur, de recevoir, dans le repos éternel, tout l’intérêt et la compassion du Tout-Puissant. Et ici, dans le domaine des vivants, son souvenir restera gravé dans les mémoires pendant de nombreuses générations, notamment de joueurs de football.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.