Le New York Times remet ça, avec un article antisémite qui minimise un pogrom de noirs contre des juifs en 1991.

Alors que le candidat Républicain au poste de gouverneur, Lee Zeldin, rencontrait des rabbins de la communauté orthodoxe de New York, promettant de soutenir les yeshivas (écoles juives) et accumulant les soutiens, le journal américain de référence, qui milite pour que sa concurrente Démocrate soit élue, a publié un article expliquant « Comment la communauté juive hassidique est devenue une force politique à New York ».

Emma Fitzsimmons, cheffe du bureau qui couvre la mairie de New York pour le Times, a raconté les émeutes de Crown Heights en 1991, qui a permis au message de loi et d’ordre du candidat à la mairie Rudy Giuliani de gagner le soutien de la communauté juive orthodoxe. Ces émeutes ont éclaté après qu’un cortège juif orthodoxe conduit par la police ait accidentellement heurté et tué un enfant noir, ce qui a incité certains New-Yorkais noirs à harceler et à attaquer les juifs hassidiques de la ville – tuant l’un d’entre eux et terrifiant la communauté.

Fitzsimmons, décrit ces émeutes comme des « affrontements » entre deux groupes, et non comme une attaque vicieuse et antisémite contre la communauté juive, parce que les Démocrates refusent totalement de faire porter aux Noirs la moindre responsabilité, ils les traitent comme un groupe protégé, abrité de toutes critiques. Voici comment elle a caractérisé la situation :

La violence et le chaos étaient presque inimaginables. Du jour au lendemain, les rues de Brooklyn s’étaient transformées en zones de combat, opposant des groupes de Juifs hassidiques à des hommes noirs pour la plupart – certains gardant une rancune de longue date pour ce qu’ils considéraient comme un traitement préférentiel de la communauté hassidique par la police et la ville. Des épithètes raciales et antisémites ont été lancées dans l’air, ainsi que des pierres et des bouteilles.

Le New York Times affirme que les émeutes de Crown Heights de 1991 étaient « une confrontation entre des groupes de Juifs hassidiques et des hommes noirs pour la plupart ». C’est aussi exact qu’opposer des groupes de Juifs à des SS nazis dans les rues d’Europe, ou d’opposer les terroristes du Hamas aux civils israéliens de Sderot qui subissent les bombardements du groupe terroriste.

Le New York Times « contextualise le pogrom antisémite qui s’est réellement produit », a écrit sur Twitter le rabbin Yaakov Menken, directeur général de la Coalition for Jewish Values, et « témoigne d’un sectarisme évident ».

Menken a critiqué la teneur de l’article dans son ensemble dans les commentaires du Daily Signal.

 L’article présente le vote hassidique comme quelque chose de néfaste, tout en admettant que la priorité de la communauté est simplement de choisir ceux qui ne sont pas hostiles », écrit le rabbin. « La communauté hassidique veut simplement la liberté de préserver son style de vie, et l’on peut se demander si le Times serait aussi enthousiaste si c’était [la gouverneure de New York Kathy] Hochul qui s’était engagée à soutenir leur liberté religieuse et éducative.

Yossi Gestetner, cofondateur du Conseil des Affaires publiques juives orthodoxes, a expliqué :

Il est absolument absurde pour le Times de suggérer que le pogrom de 1991 – appelons-le par son nom – était en quelque sorte une difficulté entre deux camps, alors que l’un d’eux, celui visiblement juif, était la cible de la violence organisée », a déclaré Yossi Gestetner, cofondateur du Conseil des Affaires publiques juives orthodoxes, au Daily Signal. « Si une histoire d’il y a 30 ans est blanchie, comment le monde se souviendra-t-il des atrocités nazies des décennies plus tôt ?.

Elliot Kaufman, rédacteur en chef des lettres du Wall Street Journal, a beaucoup écrit sur l’histoire du New York Times qui a déformé les faits de l’émeute.

 La description de l’émeute de Crown Heights faite par l’article est une déformation des faits », dit Kaufman au Daily Signal. « Ce n’était pas un affrontement entre deux groupes, les Noirs et les Juifs. Pendant trois jours, des émeutiers noirs sont descendus dans la rue et ont battu tous les Juifs qu’ils pouvaient trouver. Cela s’est produit à Brooklyn en 1991, pendant que la police observait, que le maire restait distant et que les progressistes leur trouvaient des excuses.

Et dire qu’après ça, les juifs votent toujours pour les progressistes Démocrates…

Kaufman ajoute :

Le New York Times ne peut toujours pas admettre que, comme l’a dit Philip Gourevitch en 1993 [dans Commentary], ‘il s’agissait d’une émeute non pas des victimes du racisme, mais des racistes, une attaque contre des Juifs parce qu’ils étaient Juifs. Des Noirs criant des slogans antisémites et se proclamant explicitement les fières réincarnations d’Hitler ont cherché à détruire et/ou à chasser leurs voisins juifs par la force. À cet égard, l’événement est sans précédent dans l’histoire américaine .

Ni le New York Times ni l’Anti-Defamation League – qui est devenue un organisme de gauche partial – n’ont répondu aux demandes de commentaires du Daily Signal. Et pour cause…

Source : israel247.org

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.