Michael Bloomberg, candidat juif, est-il bon pour Israël?

8
1565

Michael Bloomberg, candidat à la présidentielle juive, est-il bon pour Israël?

Les Juifs, en Israël et à l’étranger, ne sont pas satisfaits si le président américain aime Israël de la même façon qu’il aime un pays comme la Corée du Sud. Ils veulent qu’il éprouve un sentiment particulier envers Eretz.

L'ancien maire de la ville de New York et possiblement candidat démocrate à la présidentielle 2020, Michael Bloomberg, s'exprimera à l'Institut de politique du Saint Anselm College de Manchester, dans le New Hampshire, aux États-Unis, le 29 janvier 2019. (crédit photo: BRIAN SNYDER / REUTERS)
L’ancien maire de la ville de New York, Michael Bloomberg, candidat possible à la présidentielle démocrate pour 2020, prend la parole devant l’institut politique du Saint Anselm College de Manchester, dans le New Hampshire, aux États-Unis, le 29 janvier 2019.
(crédit photo: BRIAN SNYDER / REUTERS)

Eh bien, une chose est sûre, le candidat démocrate à la présidence, Michael Bloomberg, passe le «test kishke» (Ressentir par “les tripes”. Egalement nom d’un plat réputé dans toute l’Europe de l’Est).

Vous connaissez le «test kishke», question posée par de nombreux Israéliens et juifs du monde entier lorsqu’on soupèse les avantages et les inconvénients d’un président américain ou d’un candidat à la présidentielle : «Israël a-t-il une place chaude dans son cœur ? Est-ce qu’il nous met dans ses kishkes (Ressentir par “les tripes”)?

Les Juifs, en Israël et en diaspora, ne sont pas satisfaits si le président américain aime Israël comme il aime un autre pays comme la Corée du Sud ou la Jamaïque. Ils veulent qu’il éprouve un sentiment très spécial.

C’est le cas pour Bloomberg, du moins selon ses propres paroles.

Cet homme d’affaires multimilliardaire, maire de la ville de New York de 2002 à 2013, a reçu le premier prix Genesis en 2014. Lors de son discours pour le recevoir à Jérusalem en mai, il a souligné que ses parents lui avaient inculqué l’importance d’Israël.

«Mes parents ont compris dans nos vies pourquoi Israël devait exister – et pourquoi il devait toujours exister – et ces leçons nous ont été transmises», a-t-il déclaré. “Nous ne faisons qu’un avec cette ville [Jérusalem] et ce pays et ce peuple, comme vous pouvez l’être.”

Bloomberg a déclaré que ses parents lui avaient enseigné que l’histoire juive «nous impose une obligation particulière de bâtir un avenir meilleur pour tous et de toujours croire que l’avenir peut être meilleur qu’aujourd’hui. Pour eux et pour tant de Juifs témoins des horreurs de la Seconde Guerre mondiale, la création d’Israël a incarné cette obligation et validé cette conviction. C’était un rêve réalisé. “

Dans une courte vidéo diffusée lors de la cérémonie du prix Genesis, la sœur de Bloomberg – Marjorie Bloomberg Tiven – a déclaré que, grandissant à Medford, dans le Massachusetts, ses parents avaient une “forte identité juive” et prenaient très au sérieux “l’éducation juive de leur fils”.

Aryeh Mekel, consul général d’Israël à New York pendant une partie du temps que Bloomberg était maire de la ville, l’a décrit au Jerusalem Post comme un «juif libéral de New York» qui «soutient énormément Israël».

Mekel a déclaré qu’il parlait souvent à Bloomberg et qu’il apportait régulièrement des cortèges incessants de visiteurs israéliens au bureau du maire et à sa résidence.

“Il ne fait aucun doute que son cœur éprouve un faible pour Israël”, a déclaré Mekel, bien qu’il ait ajouté que cela pourrait aussi être envers un Israël nostalgique qui a disparu depuis longtemps (l’ère des pionniers).

Mekel a déclaré que des candidats tels que Bernie Sanders et Elizabeth Warren seraient «problématiques» pour Israël, et d’un point de vue israélien, Bloomberg serait le meilleur candidat.

Le candidat démocrate (favori) à la présidence, Joe Biden, est un ami d’Israël qui jouit de la réputation d’accorder un «excellent» soutien en faveur de l’État juif, à la fois en tant que vice-président et en tant que sénateur, a déclaré Mekel, mais c’est un «homme politique américain» et, par conséquent, il y a des questions sur ce qui a motivé ce soutien.

Le soutien de Bloomberg à Israël est d’une nature totalement différente, a déclaré Mekel.

«C’est un Juif qui a grandi dans une maison juive et qui fait des dons à Israël parce que c’est ce que ses parents auraient souhaité. C’est une approche complètement différente », a-t-il expliqué.

Certains, cependant, ne sont pas convaincus que l’identité juive de Bloomberg serait une bonne chose pour Israël. Un responsable israélien, demeuré anonyme, a déclaré qu’il existait toujours le souci que des responsables juifs à des postes de responsabilité devront “se mettre en quatre” pour montrer leur impartialité envers l’État juif.

Mais l’ancien ambassadeur auprès des Etats-Unis, Michael Oren, qui connaît Bloomberg depuis ses années à Washington de 2009 à 2013, a décrit Bloomberg comme un “ami” qui serait “très bon” pour Israël.

«J’ai eu beaucoup de contacts avec lui et il était très mécontent du traitement que l’administration Obama nous a réservé», a déclaré Oren. «C’est un gars juif qui a grandi dans la banlieue de Boston. Ce n’est pas un progressiste. Il a un lien tribal profond avec Israël. “

Cette connexion explique pourquoi, en juillet 2014, au milieu de l’opération Bordure Protectrice, lorsque la Federal Aviation Administration (FAA) des États-Unis interdisait aux compagnies aériennes nationales de se rendre à l’aéroport Ben Gourion après qu’une roquette du Hamas a atterri à proximité (à Yahoud), Bloomberg a sauté dans un avion d’El Al et s’est envolé de New York à Tel Aviv.

C’était après la fin de son troisième mandat de maire, et il a expliqué sa décision dans un article d’opinion qu’il avait écrit pour son organe de presse éponyme. Il a fait le vol, a-t-il écrit, “pour exprimer sa solidarité avec le peuple israélien et montrer au monde que les aéroports d’Israël restent ouverts et sûrs”.

Bloomberg a écrit que la décision de la FAA était erronée et a appelé à la levée de l’interdiction.

Le Hamas ne souhaite rien de plus que de fermer Ben Gourion, isolant Israël de la communauté internationale et portant gravement atteinte à son économie”, a-t-il écrit. «En interdisant aux transporteurs américains d’aller à Ben Gourion, la FAA a conféré au Hamas une victoire importante, une victoire que le groupe tentera sans aucun doute de répéter. La FAA n’a malheureusement réussi qu’à enhardir le Hamas. »

À une époque où Israël subissait de nombreuses critiques pour ses actions à Gaza, Bloomberg a écrit: «Chaque pays a le droit de défendre ses frontières contre ses ennemis, et Israël était parfaitement fondé à traverser Gaza pour détruire les tunnels et les roquettes. qui menacent sa souveraineté. Je sais que c’est ce que je voudrais que mon gouvernement fasse si les États-Unis étaient attaqués par une roquette d’en haut ou par un tunnel d’en bas; Je pense que la plupart des Américains aussi. “

Ce n’était pas la seule fois où Bloomberg a effectué un voyage éclair en Israël. En novembre 2003, il s’est rendu brièvement à Jérusalem avec sa sœur et sa mère Charlotte, âgée de 95 ans, pour y dédier un nouveau centre de santé maternelle et infantile au centre médical Hadassah-University à Ein Kerem, à Jérusalem.

Selon un communiqué publié à l’époque sur «NYC», le «site Web officiel de la ville de New York», cela concrétisait l’un des rêves de sa mère : «être ensemble comme une famille en Israël».

Selon le communiqué, Bloomberg aurait déclaré que ses sœurs et lui-même étaient “ravis d’être ici en tant que famille” pour consacrer ce centre.

«Depuis plus d’un demi-siècle, notre mère s’est impliquée dans des activités communautaires, en particulier dans sa synagogue et sa succursale locale d’Hadassah», a-t-il déclaré. “Son engagement durable envers Hadassah en tant que membre à vie et son dévouement pour Israël sont profonds et elle nous a inspiré sur l’importance de savoir donner à la communauté.”

Selon le communiqué, Bloomberg et sa sœur honoraient pour la deuxième fois un anniversaire de sa mère en faisant un don à Hadassah : «À l’occasion de son 90e anniversaire, ils ont créé un fonds de dotation pour permettre à des adolescents méritants d’assister au Tel Yehudah. Camp, le mouvement de la jeunesse de Hadassah, Young Judea, un camp de formation au leadership pour les 15 à 17 ans. “

Selon un article paru en 2010 dans le Wall Street Journal, alors que la religion “a longtemps joué un rôle important dans la vie de la mère de Michael Bloomberg, Charlotte, âgée de 101 ans maintenant”, le “judaïsme” n’a jamais dominé la vie du maire de New York, disent ses conseillers et d’autres observateurs. Il croit en Dieu, mais il est plus susceptible qu’on le trouve à l’église pour un événement politique qu’au temple pour participer à un office du culte. Il a grandi parmi très peu de Juifs à Medford, dans le Massachusetts, mais sa famille a conservé certaines traditions, comme une cuisine casher et d’aller dans une école hébraïque. ”

Selon ce rapport, «le maire a fait la bar-mitsva, un rite de passage juif, mais aucune de ses deux filles n’a fait de bat mitzvah. L’ancienne épouse du maire, Susan Bloomberg, dont la mère était juive, “nous a en quelque sorte élevés dans le style de l’Église d’Angleterre”, bien que la famille ait célébré les grandes fêtes juives, a déclaré Georgina, la plus jeune fille du maire, dans une biographie de 2009 sur M. Bloomberg. La compagne de longue date du maire, Diana Taylor, n’est pas juive.

jpost.com

Adaptation : Marc Brzustowski

8 COMMENTS

  1. Michael Bloomberg comme Benny Sanders feraient mieux de s’occuper de leurs bobos que des Présidentiels en Amérique. C’est un conseil d’ami.

  2. Qui est juif aujourd’hui ? Même le Mashiah Ben David, dit le Zohar HaKadoch, aura du mal à le discerner. Ce ne sera qu’Elihaou HaNavi Zakhour Lé Tov qui indiquera au Mashiah qui est juif réellement. Donc, ne nous emballons pas avec “il est juif”. Car “un nom juif, une mère juive et la Brit Mila” ne signifient pas qu’une personne est juive (Zohar Hakadoch).

    • Vous insultez bien des Juifs, surtout ceux assassinés dans l’holocauste. Un juif, c’est celui qui se sent juif et soutient Israël est Juif, pas ces traîtres de religieux des sectes dont je ne me rappelle pas du nom qui veulent donner Israël au hamas

  3. “Kishke” veut dire en Yiddish “intestin” et le « test kishke » veut dire : est-ce que Bloomberg a réellement Israël dans les tripes; en d’autres termes: est-ce qu’il a un véritable amour , sentiment pour Israël.
    Cela n’a rien avoir avec un autre mot Yiddish qui est “chikse” et auquel l’auteur de l’article pense en donnant sa définition de “kishke”.

  4. Vu les excellents résultats de Trump en matière économique et sur le plan international en ce compris ses nombreuses décisions positives à l’égard d’Israël, je préfère que Monsieur Bloomberg soit désigné comme prochain Président d’Israël.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.