Les ingénieurs accusent: « C’est la responsabilité  de la police »

Après avoir été arrêté pour interrogatoire, un ingénieur et un consultant en sécurité à la fête de Meron a déclaré: « Nous avons mis en garde contre le surpeuplement – les professionnels l’ont ignoré. »

La responsabilité du désastre revient à la police », a déclaré, entre autres, l’ingénieur de sécurité de la fête de Meron et le consultant en sécurité aux enquêteurs de la police après leur arrestation pour enquête, publie le journal « Israel Hayom ».

Selon la nouvelle procédure engagée par le procureur général, l’enquête sur les deux personnes sera transférée au Département des enquêtes policières.

Les enquêteurs de l’unité économique Blade 433 se sont présentés aux domiciles des deux hommes et les ont détenus pour être interrogés. Il s’agit d’un bureau privé utilisé par la police pour réglementer les manquements à la sécurité sur le mont Meron. Lors de leur interrogatoire, les deux ont détaillé leur rôle dans les préparatifs de la célébration à Meron, et selon une source proche de l’enquête, ils ont rejeté la responsabilité sur la police.

« La catastrophe n’a pas été causée par des carences de sécurité connues de tous ni par une négligence de notre part. La catastrophe a été causée uniquement parce que la police a ignoré les professionnels, eux-mêmes légalement engagés par les organisateurs qui ont utilisé leurs services. »

Les deux ont déclaré avoir remis à la police le rapport des défauts constatés dès le 25 avril. Selon des documents révélés ici pour la première fois, dès janvier, l’ingénieur de sécurité a exigé que les incendies soient interdits sur la montagne et ont en même temps, demandé d’empêcher les gens de se déplacer d’un endroit à l’autre à cause de La surpopulation. Dans la pratique, il semble que leur demande n’a pas été satisfaite. « Nous avons mis en garde contre l’importance de la surpopulation indépendamment de Corona – mais à cause du sabbat qui allait réduire la durée des festivités. « Nous avons estimé que des masses de personnes arriveraient en même temps et c’est ce qui s’est passé », ont-ils déclaré.

De plus, dans une lettre envoyée à un agent de la sécurité de la police du district nord le 26 avril, à la suite d’une patrouille de sécurité sur Mount Safety Engineer, avec l’un des centres de délivrance des permis de la police, il a été allégué qu’après une tribune érigée par l’une des familles, la sortie de secours s’ouvrant sur la porte Abraham qu' »En cas d’urgence, cet obstacle mettrait en danger la population du fait du goulot d’étranglement. »

L’ingénieur de sécurité a en outre averti dans la lettre qu’en raison du nombre attendu de personnes, toutes les issues de secours doivent rester libres ». Dans la pratique, comme indiqué, selon les preuves, pour une raison qui n’a pas encore été élucidée, l’une des sorties a été bloquée.

Les avocats de l’ingénieur en sécurité et consultant en sécurité, les avocats Michael Carmel et Shlomi Sharon, ont répondu: « Il est très regrettable qu’au lieu d’inspecter une maison, la police cherche des boucs émissaires. » En fin de compte, il semble qu’ils ont été accusés face à la pression des parties prenantes qui se sont fait entendre à l’époque et aujourd’hui, leurs voix ont été réduites au silence. « 

Pendant ce temps, les familles des morts réclament les leçons à tirer des ces victimes « innocentes ». Israel Diskind, le frère de feu Simcha qui a été tué dans la catastrophe, a déclaré: « Je ne suis pas sûr que la catastrophe sur la montagne dépende des deux ingénieurs qui ont été arrêtés, mais même s’ils sont à blâmer pour quelque chose, il peut être un échec ponctuel. Le problème est qu’il y a ici un défaut national. Après la catastrophe, j’ai moi-même commencé à aider certaines des familles et à les organiser dans des associations et aucun organisme gouvernemental n’a travaillé avec moi. Je m’attendais à voir un travailleur social ou d’autres soignants, et il n’y en avait pas. « 

Arla Weingarten, directrice de l’association Derchei Miriam, un parent de feu Menachem Asher Zakbach, qui a péri à Meron, a ajouté: «Les morts ne reviendront pas car une personne ou une autre sera arrêtée et même emprisonnée. Nous devons comprendre comment Meron et d’autres complexes dangereux sont en cours de réparation. « Le neveu de feu Menachem Asher Zakbach, Yitzhak Biner, a également déclaré: » Nous n’avons aucun intérêt à nous réconcilier avec les gens, mais à réparer les événements futurs. « 

La police a déclaré: << Dans le cadre de l’enquête sur l’incident de Meron, la police de l’unité nationale de Lahav, 433 personnes arrêtées pour interrogatoire afin d’enquêter sur les circonstances de l’incident, deux responsables de la sécurité du Centre national pour le développement des lieux saints. à la fin, les deux ont été libérés en résidence surveillée pendant cinq jours.

La police est en grande partie responsable, mais les gestionnaires du lieux le sont aussi, quant aux organisateurs de la manifestation, ils sont eux les plus à blamer, car ils savaient pertinemment que c’était une folie de convoyer autant de monde.

Un stand qui obstrue un escalier

Absence de dégagement en pied d’escalier

Route inappropriée

Imaginerait-on un lieu aussi fréquenté, sans routes ni parc de stationnement adéquates ?

C’est un laisser-aller général et l’on veut faire porter le chapeau à deux lampistes, ce qui est un autre scandale en soit.

JForum

1 COMMENTAIRE

  1. Un certain Hizki Baruch, sur la 20ème chaîne, a déclaré qu’un haut gradé de la police avait bloqué le principal passage de sortie en y laissant sa voiture. Qu’en est-il?

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.