Un des 2 hommes recherchés en Espagne se rend ; 4 complices présumés de Coulibaly déférés au tribunal de Paris.

Cinq Russes soupçonnés de préparer un attentat ont été interpellés lundi soir à Béziers (Hérault) ( Gerard Julien (AFP/Archives) )
Cinq Russes soupçonnés de préparer un attentat ont été interpellés lundi soir à Béziers (Hérault) ( Gerard Julien (AFP/Archives) )« Gerard Julien (AFP/Archives) »
 

Plus de 80 personnes ont été évacuées pendant plusieurs heures de leurs domiciles mardi à Comines, commune belge proche de la frontière française, dans le cadre d’une opération de police sur laquelle rien n’a filtré dans l’immédiat.

L’évacuation d’une trentaine d’habitations a eu lieu vers 17h45, et les habitants ont pu regagner leurs domiciles peu avant 21h, a indiqué la police, citée par l’agence de presse Belga. Comines-Warneton, où a eu lieu l’opération, est séparée par la frontière franco-belge de la commune homonyme de Comines, dans le département du Nord en France.

«Ils ont été évacués dans un centre mis à leur disposition. Nous étions en nombre et tout s’est déroulé dans le calme, l’ordre et la manière. Je ne peux rien dire de plus, le parquet communiquera mercredi», a déclaré un responsable de la police, le commissaire Sébastien Dauchy, cité par Belga.

Un substitut du parquet de Tournai, Frédéric Bariseau, a refusé de donner des détails sur l’opération belge, et notamment sur un éventuel lien avec une enquête antiterroriste. «L’opération a impliqué de nombreux services de police et nous ne communiquons pas sur des rumeurs», a-t-il dit, cité par l’agence Belga.

Le site du journal français Nord Eclair évoque «une opération visant à cerner le domicile d’une djihadiste présumée», sans citer de source.

Un des hommes recherchés se rend en Belgique

Un des deux hommes recherchés en Espagne après l’opération antidjihadiste en Belgique, était en fait sous bracelet électronique en Belgique et s’est rendu mardi à la police locale, a indiqué le parquet.

L’homme, présenté sous le nom d’Abdelmounaim Haddad, 21 ans, s’est présenté mardi à la police de Molenbeek-Saint-Jean, dans l’agglomération de Bruxelles. L’information, divulguée par les chaînes flamandes de télévision VRT et VTM, a été confirmée par le parquet fédéral, selon l’agence de presse Belga.

Le jeune homme, qui porte un bracelet électronique, était chez lui. Il était interrogé par la police mardi soir. Un juge d’instruction devait décider de le placer ou non sous mandat de dépôt.

Le deuxième homme soupçonné d’avoir fui en Espagne, un Néerlandais de 18 ans identifié comme Zaid Koullis, n’a toujours pas été retrouvé. La police néerlandaise a mené mardi une perquisition au domicile familial du jeune homme à Utrecht (centre des Pays-Bas), a indiqué le parquet.

«La police a saisi des ordinateurs et des téléphones portables», a ajouté le parquet, soulignant que son passeport avait été retrouvé à Verviers, dans l’est de la Belgique, pendant l’opération antidjihadiste menée jeudi par les forces de police belges, au cours de laquelle deux suspects sont morts.

4 complices présumés de Coulibaly déférés au tribunal

En France, quatre hommes de 22 à 28 ans, suspectés dans l’enquête sur les attentats de Paris qui ont fait 17 morts, ont été déférés mardi devant es juges d’instruction antiterroristes, a annoncé le parquet de Paris.

Operation-de-police-en-Belgique-plus-de-80-personnes-evacuees_article_main

Leur mise en examen et leur placement en détention ont été requis.

Ces hommes de 22, 25, 26 et 28 ans, font partie des douze personnes arrêtées dans la nuit de jeudi à vendredi en région parisienne pour être interrogées sur le possible soutien logistique, notamment en armes et en véhicules, qu’elles sont susceptibles d’avoir apporté à Amédy Coulibaly.

Ce dernier a tué une policière municipale à Montrouge le 8 janvier et quatre Juifs le 9 janvier dans une prise d’otage dans un supermarché casher où il a été abattu par la police.

L’enquête va porter sur les complicités, directes ou indirectes, dont ont pu bénéficier Coulibaly et les frères Cherif et Saïd Kouachi, qui avaient tué douze personnes lors de l’attaque de la rédaction de Charlie Hebdo le 7 janvier, avant d’être abattus deux jours plus tard par les forces de l’ordre.

« Capture d’écran d’une vidéo d’Amedy Coulibaly »
 

Au total, huit hommes et quatre femmes parmi leurs compagnes, âgés de 19 à 47 ans, avaient été interpellés en fin de semaine dernière à Montrouge et Châtenay-Malabry (Hauts-de-Seine), Grigny et Fleury-Mérogis (Essonne) ou encore Epinay-sur-Seine (Seine-Saint-Denis).

Les gardes à vue de trois femmes avaient été levées samedi. Cinq autres personnes « ont quant à elles été laissées libres dans la nuit » de lundi à mardi, a indiqué le parquet.

5 Tchétchènes relâchés

Par ailleurs, cinq citoyens russes originaires de Tchétchénie, interpellés lundi soir dans le sud-est de la France, ne sont pas liés à des attentats terroristes, précise mardi soir le procureur de Béziers, Yvon Calvet.

Ils avaient été interpellés à Béziers et placés en garde à vue, suite à des soupçons de préparation d’attentats terroristes. a-t-on indiqué de même source.

Mais les enquêteurs de la police judiciaire de Montpellier précisent que les suspects sont liés au grand bandistime.

« Il n’y a pas de projet d’attentat connu », a déclaré à la presse le procureur de Béziers, Yvon Calvet, évoquant « une affaire qui n’a pas de connotation religieuse » et relève « du grand banditisme ».

« On n’a pas déterminé si un projet d’attentat était en cours », a ajouté le directeur de la police judiciaire de Montpellier, Gilles Soulier, chargé de l’enquête, en précisant que les interpellés étaient « inconnus des services antiterroristes ».

« Des produits ont été retrouvés lors de ces perquisitions », a expliqué M. Calvet, sans préciser leur nature. L’une des personnes interpellées habite Béziers et une autre « probablement » à Montpellier, a expliqué le magistrat.

Un autre complice éventuel arrêté en Bulgarie sera extradé

Un Français âgé de 29 ans, arrêté en Bulgarie le 1er janvier avec son fils pour avoir tenté de se rendre en Syrie et soupçonné de liens avec Chérif Kouachi, sera extradé, a annoncé la justice bulgare à l’AFP mardi.

Le tribunal de Haskovo (sud) s’est prononcé sur un mandat d’arrêt émis contre cet homme de 28 ans, d’origine haïtienne, pour participation à un groupe criminel armé dont l’objectif était l’organisation d’actes terroristes. La décision est définitive, et selon Radi Radev, l’avocat du suspect, l’extradition pourrait intervenir dans les 24 heures.

« Je suis innocent, je veux retourner en France, a déclaré M. Joachi »n. Il a admis connaître de longue date Chérif et Saïd Kouachi, mais conteste avoir été associé à la préparation de leur attentat.

« Avant son départ le 30 décembre pour la Turquie, il a été plusieurs fois en contact avec l’un des deux frères, Chérif Kouachi », précise encore le mandat.

M. Joachin, d’origine haïtienne, avait été interpellé avec son enfant le 1er janvier, tandis qu’il tentait de franchir la frontière bulgaro-turque à bord d’un bus.

Le parquet de Haskovo avait indiqué dans un premier temps qu’il faisait l’objet d’un mandat d’arrêt européen sur demande de sa femme pour l’enlèvement de leur fils de 3 ans, le 30 décembre. Il planifiait de rejoindre des djihadistes en Syrie et d’éduquer son fils dans les principes de l’islam radical. L’enfant a été rendu entretemps à sa mère.

(AFP)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.