Israeli Interior Minister Ayelet Shaked gives a statement at the Knesset (Parliament) in Jerusalem on July 5, 2021. (Photo by Menahem KAHANA / AFP) (Photo by MENAHEM KAHANA/AFP via Getty Images)

L’Occident étrangle les cyber-forces d’Israël pour avoir combattu des ennemis – Shaked

L’Occident sur-réglemente le secteur de la cyber-offensive d’Israël et oblige Israël à faire de même, a déclaré la ministre de l’Intérieur Ayelet Shaked.

L’Occident étrangle les capacités des cyber-forces d’Israël à combattre ses ennemis dans la sphère numérique, a déclaré dimanche la ministre de l’Intérieur Ayelet Shaked.

S’exprimant lors de la conférence de l’Institut international de lutte contre le terrorisme (ICT) à Herzliya, elle a déclaré : « Nous devons nous assurer que nous n’abandonnons pas nos cybercapacités à cause de l’étranglement occidental ».

Elle a déclaré que l’Occident sur-réglementait le secteur de la cyber-offensive d’Israël et obligeait Israël à faire de même .

Shaked a déclaré qu’elle avait adressé des avertissements à l’ancien Premier ministre Naftali Bennett et au ministre de la Défense Benny Gantz.

Pourquoi Shaked dit-il cela maintenant ?

Sans nommer le groupe NSO et d’autres groupes israéliens de cyberdélits, elle semblait faire référence à une interdiction américaine déjà d’un an sur une grande partie du secteur israélien des cyberdélits, en particulier NSO .

Les États-Unis ont imposé des sanctions à NSO et à d’autres groupes cyber-offensifs israéliens après des vagues d’allégations selon lesquelles NSO et d’autres avaient vendu des produits informatiques à des pays non démocratiques. Les pays ont utilisé ces outils pour espionner les militants des droits de l’homme et les journalistes, et dans certains cas, même les hauts responsables occidentaux.

Israël a tenté de convaincre discrètement les États-Unis de lever les sanctions après avoir mené sa propre répression sur les pays auxquels NSO et d’autres peuvent vendre leurs produits.

Cependant, à ce jour, Washington a maintenu les sanctions, ce qui a conduit son PDG de longue date, Shalev Hulio, à démissionner en août et à être remplacé par le COO Yaron Shohat.

Shaked a également critiqué l’accord nucléaire imminent avec l’Iran, affirmant qu’il permettrait à la République islamique de construire un grand nombre de centrifugeuses avancées dès 2025, ce qui lui permettrait de déclencher facilement une bombe nucléaire sans trop d’avertissement.

Elle a également critiqué le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, pour avoir poursuivi des accusations de crimes de guerre contre Israël devant la Cour pénale internationale et pour avoir payé des salaires à des terroristes qui tuent des Israéliens.

Elle a déclaré que jusqu’à ce qu’il arrête ces activités, il ne devrait pas avoir trop de légitimité et que les réunions israéliennes avec l’AP devraient être limitées à la coopération en matière de sécurité.

Source : The Jerusalem Post

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.