crédits/photos : BEHROUZ MEHRI (AFP/ARCHIVES) Technicien iranien, le 9 février 2015, dans la centrale nucléaire de Bouchehr, contruite en coopération avec les Russes dans le sud de l'Iran
L’Iran va recevoir ce mardi le dernier chargement de 149 tonnes de concentré d’uranium, fourni par la Russie, dans le cadre de l’accord nucléaire avec les grandes puissances, ont déclaré les responsables de l’Organisation iranienne de l’énergie atomique (OIEA) à l’agence de presse Fars.

Cette importation représente une augmentation de 60% du stock d’uranium iranien par rapport à sa capacité au moment de l’accord nucléaire de 2015 avec les grandes puissances.

Ali Akbar Salehi, chef de l’OIEA, a ajouté que depuis l’entrée en vigueur de l’accord nucléaire en janvier 2016, l’Iran avait « importé 210 tonnes de concentré d’uranium et envoyé en contrepartie à l’étranger de l’uranium enrichi à 3,5 %  » comme le prévoyait cet accord.

La République islamique aura besoin de davantage de stock d’uranium pour faire passer son programme nucléaire à un stade « industriel », avait précisé en janvier M. Kamalvandi, ajoutant que Téhéran menait actuellement des travaux d’exploration à travers le pays pour découvrir de nouvelles mines d’uranium mais voulait aussi en importer de l’extérieur.

Atta Kenare (AFP/File)

Atta Kenare (AFP/File)
« Iran’s Atomic Energy Organisation spokesman Behrouz Kamalvandi said the country’s request to purchase 130 tonnes of uranium was approved »

Selon les termes de l’accord de 2015, l’importation d’uranium est supervisée par l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA). L’uranium faiblement enrichi peut être utilisé à des fins civiles, y compris la production d’électricité et la recherche médicale.

L’uranium hautement enrichi peut être lui utilisé pour les armes nucléaires.

L’Iran a accepté de réduire son enrichissement d’uranium et de placer son programme nucléaire sous surveillance internationale en échange de la levée des sanctions internationales.

Par ailleurs, l’Iran a annoncé fin janvier de nouveaux tests sur un nouveau type de centrifugeuses, appelé IR-8, vingt fois plus puissante que le modèle actuel (IR-1) pour l’enrichissement d’uranium.

Dans le cadre de l’accord nucléaire, l’Iran a accepté de limiter le nombre de ses centrifugeuses IR-1 à environ 6.000, mais est autorisé à développer le nouveau modèle IR-8 pour qu’il soit opérationnel dans un laps de temps de dix ans environ lorsque Téhéran pourra augmenter ses capacités d’enrichissement.

Samedi, un ancien officiel iranien, Mojtaba Zonour, a menacé Washington « de raser » la Ve Flotte de la marine américaine basée au Bahreïn, et d’envoyer un missile sur Tel Aviv en cas d’attaque de ces derniers, a rapporté dimanche l’agence de presse iranienne Fars.

(avec agence)

Source  : I24News

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.