TOPSHOT - Servicemen of Karabakh's Defence Army wave while riding in the back of a truck on the way to the town of Martakert during fighting with Azerbaijan over the breakaway Nagorny Karabakh region on September 29, 2020. (Photo by Narek Aleksanyan / AFP) TOPSHOT-AZERBAIJAN-ARMENIA-KARABAKH-CONFLICT

L’Iran soutient l’Azerbaïdjan et envoie des armes en Arménie

L’Iran comme la Turquie soutient systématiquement l’Azerbaïdjan, quatrième nation à majorité islamique chiite dans le monde, tout en s’abstenant de condamner catégoriquement l’Arménie chrétienne, à un moment où les deux nations du Caucase sont enferrées dans un combat acharné autour de l’enclave du Haut-Karabakh. Les combats de cette semaine se sont transformés en attaques réciproques contre leurs principales villes.

L’Iran, dont le chef suprême, l’ayatollah Ali Khamenei, est d’origine azérie, abrite quatre provinces du nord-ouest de langue azérie, que certains extrémistes séparatistes appellent «l’Azerbaïdjan du Sud». Les encourager pourrait déclencher des mouvements sécessionnistes parmi les autres groupes minoritaires iraniens. Ainsi, alors que les responsables iraniens ont exprimé leur soutien à l’intégrité de l’Azerbaïdjan – le Haut-Karabakh était internationalement reconnu comme faisant partie de son territoire bien que la majorité de sa population soit des chrétiens arméniens – ils n’ont pas fait écho aux législateurs azéris de Téhéran, qui ont accusé cette semaine l’Arménie de former «un Trio maléfique islamophobe dans la région » avec Israël et les États-Unis.

Condamner l’Arménie en tant qu’agresseur poserait à Téhéran un autre problème: son approvisionnement clandestin en armes à l’ennemi de l’Azerbaïdjan. Des séquences vidéo de camions d’armes iraniens arrivant au Karabakh en avril dernier ont provoqué de vifs démentis à Téhéran, comme étant «totalement faux», après avoir soulevé des hérissements à Bakou. Dans l’explosion de violences actuelle, l’Iran est accusé d’avoir autorisé le transit d’armes russes vers l’Arménie via sa province d’Azerbaïdjan oriental. Cela a incité un autre mouvement de déni. L’Iran et l’Arménie sont par ailleurs des partenaires commerciaux de longue date et Téhéran s’occupe d’importantes églises arméniennes du nord-ouest azéri.

Coincé entre les deux parties, Téhéran s’est joint sans surprise aux appels américains, russes et français à un cessez-le-feu dans les hostilités qui ont éclaté le mois dernier.

Ces hostilités se sont intensifiées cette semaine. Le Haut-Karabakh a affirmé avoir détruit l’aéroport militaire azerbaïdjanais de Ganja, une ville de 300 000 habitants après que sa propre ville de Stepanakert a été touchée par des missiles ennemis. Les deux camps ont fait état de lourdes pertes, dont de nombreux civils.

La Turquie n’a aucun scrupule à accuser l’Arménie de «viser des civils» à Ganja, après avoir, semble-t-il, envoyé des combattants de ses groupes rebelles supplétifs syriens se battre pour l’Azerbaïdjan. Au-delà des prétentions de leadership islamique d’Erdogan, sa participation dans l’ancienne république soviétique est substantielle, deux oléoducs reliant les champs pétrolifères de Bakou à la Turquie pour être réexportés vers l’Europe. C’est également le seul fournisseur de gaz d’Ankara.

La Russie est un allié traditionnel de l’Arménie et maintient une grande base militaire dans ce pays.

L’Azerbaïdjan a reconnu avoir utilisé des drones fabriqués par Israël dans les combats, avec un «effet dévastateur». Selon le Stockholm International Peace Research Institute (SIPRI), Israël a vendu à l’Azerbaïdjan quelque 825 millions de dollars d’armes entre 2006 et 2019. Ces exportations comprenaient des drones, des munitions flottantes type Harop, des missiles antichar et un système de missiles sol-air, assorti du radar de défense aérienne EL / M-2080 Green Pine à Israël. Le radar est conçu pour fonctionner avec le système de missiles balistiques Arrow (Hetz) d’Israël, et est probablement la meilleure réponse, parmi les options disponibles pour l’Azerbaïdjan, contre les missiles arméniens Iskander (fournis par les Russes)..

Les relations de l’Azerbaïdjan avec Israël sont un autre facteur dans la préférence de Téhéran pour une trêve dans le conflit. L’Iran ne veut certainement pas voir l’influence d’Israël prendre racine près de ses frontières.

Iran backs Azerbaijan, sends arms to Armenia

1 COMMENTAIRE

  1. L’Iran tente d’encercler Israël avec le Liban l’Irak la Syrie et Gaza , mais Israel lui aussi se défend en prenant pied en Azerbaïdjan aux EAU, Bahreïn , Arabie Saoudite et mer face a l’iran….

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.