Des Juifs iraniens prient à la synagogue Abrishami de la rue Palestine à Téhéran le 24 décembre 2015.. (crédit photo : RAHEB HOMAVANDI/REUTERS)

L’Iran fait pression sur les Juifs pour qu’ils ne célèbrent pas la Pessah et se joignent à la marche anti-israélienne.

Le lieu de rencontre des Juifs iraniens pour participer à la manifestation de la Journée d’al-Qods est l’une des synagogues les plus célèbres de Téhéran.

La République islamique d’Iran a exercé des pressions sur la petite communauté juive du pays pour qu’elle ne célèbre pas la fin de la Pessah Jeudi et participe à la place à la manifestation annuelle anti-israélienne de la Journée al-Qods qui appelle à la destruction d’Israël.

Beni Sabti, un expert de l’Iran de l’Institut de stratégie et de sécurité de Jérusalem, a déclaré dimanche au Jerusalem Post qu' »il y a une pression silencieuse et tout le monde connaît son rôle dans ce régime et le régime ne vous fera pas de mal » si vous manifestez dans la marche de la Journée d’al-Qods.

Sabti, qui est né à Téhéran et parle couramment le persan, a ajouté « Et si vous ne manifestez pas, vous serez blessé. » Il a souligné que la communauté juive iranienne devait montrer son soutien à la manifestation de la Journée d’al-Qods afin de « survivre » dans l’État islamique totalitaire. Il a noté que de nombreux Juifs iraniens sont blessés et évitent un plus grand danger en participant à la manifestation d’al-Qods.

Le fondateur de la République islamique d’Iran, l’ayatollah Khomeiny, a créé la Journée d’al-Qods en 1979 en tant que manifestation mondiale pour protester contre l’existence de l’État d’Israël.

La communauté juive d’Iran a annoncé lundi sur sa plateforme de médias sociaux Telegram à ses quelque 9 000 membres : « S’il vous plaît, n’allez pas faire de pique-niques ou d’activités agréables le jour d’al-Qods ».

La communauté juive a déclaré que les Juifs iraniens devraient « se soucier de la sensibilité musulmane » et célébrer la Pâque une semaine plus tard.

Dans un deuxième message, la communauté juive a écrit qu’il y avait une « invitation à participer à [la] manifestation de la Journée d’al-Quds. Selon notre sainte bible, chaque juif doit s’opposer à l’oppression des êtres humains. À l’approche de la Journée d’al-Qods, la communauté juive d’Iran participera à des manifestations contre le régime sioniste et déclarera son dégoût pour la politique sioniste contre les êtres humains. La communauté juive iranienne est séparée des sionistes. Nous sommes avec les Iraniens et les musulmans.

Les Juifs doivent être « très, très prudents » en Iran
Le lieu de rencontre des Juifs iraniens pour participer à la manifestation de la Journée d’al-Quds est l’une des synagogues les plus célèbres de Téhéran, Abrishami, située au centre de la capitale. Sabti a déclaré qu’il y avait environ 7 000 Juifs à Téhéran.

Les Juifs doivent être « très, très prudents » en Iran, a-t-il ajouté. Les Juifs iraniens sont « toujours soumis à des restrictions ».

Sabti a poursuivi que « le régime envoie parfois le CGRI ou le Basij dans les synagogues pour voir s’ils parlent d’Israël ou contre le régime iranien ». La raison de l’envoi du Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI) d’Iran et de sa milice nationale, le Basij, dans les synagogues est que les Juifs iraniens parlent de « l’ancien Israël » et que « le régime veut voir s’ils parlent de l’Israël moderne », a déclaré Sabti. . Les États-Unis ont désigné le CGRI (et sa filiale) comme une organisation terroriste étrangère.

L’expert iranien Sabti a ajouté qu’en général, quelques dizaines ou 50 Juifs iraniens se présentent à la marche de la Journée d’al-Qods pour montrer « leur sympathie pour le régime et la Journée d’al-Qods. « Les Juifs iraniens vivent sous le contrôle strict du régime et donnent également de l’argent à des organisations et des mosquées contre Israël. »

La plupart des Juifs d’Iran ont fui la République islamique d’Iran après la révolution de 1979. Au moins 80 000 Juifs iraniens vivaient en Iran pendant la période du Shah. Les dirigeants de la République islamique ont exécuté de nombreux Juifs à l’époque révolutionnaire naissante de la République islamique. Le régime a continué d’arrêter et d’emprisonner des Juifs iraniens au fil des ans pour avoir été en contact avec des membres de leur famille en Israël. Le régime a également déposé de fausses accusations contre des Juifs iraniens, dont beaucoup ont été emprisonnés, sur la base de fausses accusations d’espionnage pour le compte d’Israël.

Source : jpost.com – Par Benjamin Weinthal 

La rédaction de JForum, retirera d'office tout commentaire antisémite, raciste, diffamatoire ou injurieux, ou qui contrevient à la morale juive.

S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires