Les Frères musulmans aident-ils l’Iran à contourner les sanctions américaines?

Par le 22 septembre 2020

BESA Center Perspectives Paper No.1754, 22 septembre 2020

RÉSUMÉ EXÉCUTIF: De nombreux analystes occidentaux se demandent combien de temps encore le régime iranien pourra survivre sous le poids des sanctions américaines accablantes. Ce qu’ils n’ont pas perçu, c’est que le régime a contourné les sanctions grâce à l’aide de collaborateurs de longue date à travers le monde. Les preuves suggèrent fortement que les Frères musulmans sont le principal pilier parmi ces collaborateurs.

Le régime extrémiste chiite en Iran et l’organisation extrémiste sunnite les Frères musulmans partagent une vision tout aussi apocalyptique du monde. Ils croient tous les deux en l’idéologie totalitaire de «l’islamisme», qui soutient que l’islam doit supplanter avec force tous les autres modes de vie. Ils ignorent tous les deux les frontières nationales et cherchent à créer de manière coercitive une nation islamique dominante par la conquête du Moyen-Orient et éventuellement du reste du monde.

En effet, c’est Sayyid Qutb, un membre éminent des Frères musulmans dans les années 1950 et 1960, qui a ouvert les yeux des islamistes iraniens sur la possibilité d’un «État panislamique». Les deux groupes détestent la civilisation occidentale, les États-Unis, Israël et les pays du CC du Golfe, à l’exception notable du Qatar. Cette affinité idéologique fondamentale rapproche les deux marques de l’islamisme, malgré l’apparence d’une différence sectaire infranchissable.

Les Frères musulmans sunnites étaient, en fait, l’une des principales forces qui ont poussé les islamistes chiites au pouvoir en Iran. La Confrérie a enseigné aux islamistes iraniens comment se rendre présentables à l’Occident, infiltrer les institutions culturelles et académiques et guider l’opinion publique. Aux États-Unis, l’Association islamique des étudiants chiites a été créée en tant que cellule dissidente de l’Association des étudiants musulmans des Frères musulmans en Amérique du Nord. Le Centre islamique de Hambourg, le premier grand institut d’influence chiite en Occident, a suivi de près le modèle de la Confrérie de prosélytisme sophistiqué et d’engagement avec les intellectuels publics européens. On peut encore discerner cette approche dans les pratiques de lobbying du régime iranien en Occident.

Les Frères musulmans ont également appris aux islamistes chiites à devenir soldats. Au cours des années 1960 et 1970, de nombreux islamistes iraniens ont été formés dans des camps de guérilla en Égypte et en Syrie sous les auspices d’officiers de l’armée sympathisants des Frères musulmans. Ils ont ensuite déménagé au Liban pour établir le mouvement radical chiite Amal, le précurseur du Hezbollah, pour galvaniser la population libanaise contre Israël et l’Occident. Avec l’OLP exilée, les Frères musulmans et Amal ont poussé le Liban vers la guerre civile. Ces mêmes guérilleros endurcis par les combats renverseront plus tard le régime pro-occidental du Shah en Iran.

Fidèles à leur habitude, après la révolution islamique et pendant la guerre Iran-Irak, les Frères musulmans ont activement aidé le régime iranien à échapper aux sanctions internationales. Comme l’a admis Youssef Nada, le financier connu sous le nom de «ministre des Affaires étrangères» des Frères musulmans, dans son récit Inside the Muslim Brotherhood  (2012), les Frères musulmans ont aidé l’Iran à importer de l’acier et des céréales. Selon Ebrahim Yazdi, le Dar Al-Mal Al-Islami Trust, affilié à la Fraternité, basé à Genève, a joué un rôle déterminant dans l’approvisionnement en ressources militaires révolutionnaires, y compris des parties fantômes, pour le régime iranien tout au long de la guerre.

En retour, les Frères musulmans ont toujours été les bienvenus à Téhéran. Comme Nada le mentionne dans ses mémoires, la Fraternité et les Ayatollahs ont maintenu des relations amicales bien au-delà des années 80 turbulentes et transitoires. Pas étonnant que dès que le régime de Moubarak a été renversé en 2011, le régime iranien, qualifiant l’ascension des Frères musulmans de «réveil islamique», a contacté avec enthousiasme le gouvernement Morsi et a cherché à normaliser les relations avec l’Égypte après trois décennies de gel diplomatique.

Le président Morsi s’est rendu à Téhéran en août 2012 pour assister à un sommet du Mouvement des pays non alignés, et le président Ahmadinejad a rendu la pareille en participant à un sommet de l’Organisation de la coopération islamique au Caire en février 2013. À Téhéran, ils ont accepté de rouvrir les ambassades; au Caire, Ahmadinejad a annoncé que la République islamique était disposée à accorder un «gros prêt» à l’Égypte.

Tout cela a échoué avec l’éviction de Morsi. Naturellement, le régime s’est fermement opposé à la prise de contrôle de Sissi. Avec Aljazeera, les médias du régime iranien ont adopté une position unidirectionnelle à l’égard des événements qui se déroulent en Égypte, qui correspond au récit des Frères musulmans.

Pendant la présidence de Morsi, les membres de la Force Qods ont augmenté de façon exponentielle leurs activités en Égypte et, profitant de la tourmente post-révolutionnaire, ont transporté sans entrave des armes et des missiles au Hamas via le Sinaï. L’intermezzo des Frères musulmans en Égypte a donc vu une recrudescence de la belligérance du Hamas envers Israël, qui a finalement conduit à une action israélienne décisive contre la filiale des Frères musulmans basée dans la bande de Gaza en 2012. Au cours de son procès après son limogeage, Morsi et 35 autres Frères éminents ont été accusés, entre autres, de collaborer avec les Gardiens de la révolution, le Hezbollah et le Hamas avec l’intention de commettre des actes terroristes en Égypte entre 2005 et 2013.

Egyptian President Mohamed Morsi, left, speaks with former Iranian foreign minister Ali Akbar Velayati, right, during the opening of the Nonaligned Movement summit in Tehran.

Dans la foulée de l’éviction de Morsi, les Frères musulmans et le régime iranien ont cherché à travailler ensemble. Selon des informations divulguées, en 2014, des représentants de haut niveau de la Confrérie et du CGRI se sont réunis dans un hôtel en Turquie pour comploter contre leurs ennemis communs: l’Arabie saoudite, Israël et les États-Unis. Les gardiens de la révolution fourniraient les éléments du hard power (puissance logistique et militaire), tandis que la Fraternité utiliserait ses vastes organisations dans 85 pays pour couvrir les opérations terroristes.

Le régime iranien a utilisé des institutions financières en Turquie et au Qatar, où les Frères musulmans sont très présents, à des fins de blanchiment d’argent et de contournement des sanctions. Récemment, le régime s’est vivement opposé à la désignation américaine de la Confrérie d’Al-Banna comme organisation terroriste.

Les apparences peuvent être trompeuses. Bien que la division sectaire chiite-sunnite existe, elle a été à maintes reprises transcendée par des forces néfastes pour des raisons d’exigence. Lorsqu’il s’agit de contrer les États-Unis et ses partenaires régionaux, le même principe s’applique à tous les islamistes. Comme leurs vives objections au récent rapprochement soutenu par les États-Unis entre Israël, Bahreïn et les EAU – qui, en l’occurrence, sont le porte-flambeau de la campagne anti-Frères musulmans dans le monde islamique – le démontrent clairement, le régime iranien et les Frères musulmans sont toujours fermement disposés à saboter toutes les tentatives de paix régionale, ce qui condamnerait l’attrait de leurs manières violentes. Pour sauver leur cause commune à court terme et les maintenir tous les deux en vie à long terme, les Frères Musulmans sont probablement l’acteur central   dans le détournement des sanctions contre le régime islamiste iranien, une possibilité qu’on devrait investiguer intensivement. 

Afficher le PDF

Le Dr Reza Parchizadeh est un théoricien politique, un historien et un analyste principal. Il peut être contacté à  https://twitter.com/rezaparchizadeh  et  https://iup.academia.edu/RezaParchizadeh .

4 Commentaires

  1. On comprend pourquoi tant de pays arabes souhaiteraient nouer des liens avec Israël .

    Le danger ne vient pas des Juifs mais surtout…. de leurs  » fréres  » .

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.