Le représentant de la Russie à l’ONU, Vitali Tchourkine, a annoncé que « l’analyse des produits explosifs saisis chez les miliciens terroristes aux alentours de Tikrit en Irak a montré qu’elle est de fabrication turque! »

Dans un discours prononcé vendredi devant le Conseil de Sécurité, Tchourkine a indiqué que « les miliciens terroristes ont recours de plus en plus aux produits chimiques toxiques, alors que certains pays membres oeuvrent à négliger ce fait et blâment le pouvoir de Bachar Assad.

« Pourtant, l’analyse des produits chimiques présents dans les explosifs saisis chez les islamistes à Tikrit, et après identification des usines de fabrication, et des conditions de leur vente aux autres pays, on constate que ces explosifs ont été fabriqués en Turquie ».

Insistant sur l’importance de l’initiative russe dans la lutte contre le terrorisme chimique, le représentant russe a accusé les autorités turques de violations permanentes de la souveraineté irakienne.

« Les forces d’Ankara lancent des frappes aériennes qui pourraient faire des morts civils. Sous le prétexte de la lutte contre le terrorisme, la Turquie maintient une présence militaire importante dans le camp de Bashiqa au nord de l’Irak, alors que les protestations de Bagdad sont complètement négligées ».

Le diplomate russe a poursuivi: « Nous soutenons fortement la lutte menée par le gouvernement irakien contre Daech, et saluons les exploits réalisés dans ce contexte. Mais la recrudescence des activités terroristes notamment à Bagdad nous pousse à réfléchir à l’efficacité des activités de la coalition qu’elle se présente comme internationale. Pendant ce temps, les activités des terroristes s’étendent hors de la région, vers la Libye, l’Afghanistan et l’Europe ».

Précisant que « la politique de deux poids deux mesures ne peut s’appliquer dans la lutte contre le terrorisme », Tchourkine a appelé tous les pays membres à assumer leur responsabilité. 

Attaque avortée de Daech

Sur le terrain en Irak, les forces populaires ont repoussé une attaque de Daech au nord de Salahedine, et ont saisi les armes des assaillants.
Selon le site Soumariya news, les forces populaires ont avorté l’attaque sur la région du mont Makhoul au nord de Salahedine.

22 miliciens de Daech tués à Baïji

Par ailleurs, les forces populaires ont tué 22 miliciens de Daech à l’ouest de Baïji dans la province de Salahedine.

« Les brigades jund al-imam ont repoussé une attaque des bandes de Daech à l’ouest de Baïji. Les forces populaires ont tué 22 miliciens de Daech, brulé trois véhicules et en ont saisi d’autres », selon le site Soumariya news.

Plus de 50 fosses communes découvertes

Dans le cadre des massacres commis par Daech, plus de 50 fosses communes ont été découvertes en Irak, sur un territoire anciennement contrôlé par les miliciens de Daech, dont trois charniers sur un terrain de football à Ramadi, a annoncé vendredi l’envoyé spécial des Nations unies dans le pays.

 Les preuves des « crimes odieux » commis par le groupe s’accumulent à mesure que les territoires qu’il contrôlait en Irak sont repris, a expliqué Jan Kubis, auditionné par le Conseil de sécurité de l’ONU.

 Selon l’envoyé spécial, « plus de 50 fosses communes ont été découvertes à ce stade dans plusieurs zones de l’Irak ».

Peu de détails ont filtré pour le moment sur ces fosses communes et on ne connaît pas encore le nombre de corps découverts.

 Jan Kubis a uniquement détaillé ceux retrouvés le 19 avril dans les trois charniers de Ramadi, qui contenaient une quarantaine de corps.

 La ville de Ramadi, à l’ouest de Bagdad, a été complètement reprise aux terroristes en février, bien que les forces irakiennes aient annoncé l’avoir reprise fin 2015 après des mois de combats contre l’EI sur les bords de l’Euphrate.

La crise humanitaire s’intensifie en Irak, a par ailleurs rappelé Jan Kubis, estimant qu’un tiers de la population, soit 10 millions de personnes, connaissent un besoin urgent d’aide.

Deux millions de personnes supplémentaires, a-t-il ajouté, pourraient être déplacées d’ici la fin de l’année par la campagne militaire contre l’EI.

 L’envoyé spécial onusien a également appelé les responsables irakiens à résoudre la grave crise de gouvernance que traverse le pays et qui a mené à des manifestations à Bagdad.

Daech, a-t-il conclu, « tire profit de l’instabilité politique et de l’absence de réforme ».
 
AFP, AlAlam

1 COMMENTAIRE

  1. L’implication de la Turquie n’est malheureusement plus à prouver !!!

    Mais quasi tous les gouvernements ferment les yeux…

    Aujourd’hui, on peut tuer des millions d’être humains si besoin,
    sans que personnes ne bougent !!!
    N’est pas formidable, l’hypocrisie ?!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.