Derrière les annonces publiques hostiles, se cachent des enjeux diplomatiques menés en sourdine.

Au cours des dernières années, Israël et la Russie se sont engagés dans un ballet complexe ; d’une part Israël vend des drones à la Russie en s’efforçant ostensiblement de rester neutre sur le dossier ukrainien, tout en caressant l’espoir de parvenir à neutraliser le programme nucléaire militaire iranien. La danse n’est peut-être pas terminée.

Ceux qui critiquent la Russie et son intention de vendre des missiles à l’Iran, l’accusent de saper les efforts entrepris par la communauté internationale pour faire pression sur l’Iran avec un régime de sanctions qu’il sera difficile de remettre sur pied. On lui reproche également de contribuer par là à renforcer les défenses de l’Iran contre une éventuelle attaque américaine ou israélienne, que les deux pays disent envisager pour le cas où la diplomatie échouerait.

Les responsables israéliens, dont le Premier ministre Benjamin Netanyahu, ont averti que les missiles, connus sous le nom de S-300, offriraient à la République islamique  un bouclier de protection contre d’éventuelles frappes ce qui encouragerait son aventurisme, et ont exprimé leur inquiétude, faisant aussi valoir que ces missiles pourraient se retrouver dans les mains des alliés des iraniens comme le Hezbollah au Liban.

D’autres soutiennent que la démarche russe n’est pas prête d’aboutir et que cette décision est une mesure de diversion. « L’annonce publique de la possible vente de S-300 à l’Iran est plutôt un geste politique visant les États-Unis pour dissuader Washington de transférer des armes à l’Ukraine», dit Konstantin Makienko, directeur adjoint du Centre  d’analyse des stratégies et Technologies de Moscou.

 

 

 

 

Bloomberg

adaptation Jforum

La rédaction de JForum, retirera d'office tout commentaire antisémite, raciste, diffamatoire ou injurieux, ou qui contrevient à la morale juive.

2 Commentaires

  1. Article intéressant mais qui ne m’apprend rien de nouveau, il y a beau temps que j’avais fait allusion aux relations secrètes entre Israël et la Russie, qui ne touchent pas seulement à la technologie et au commerce, mais sans aucun doute aussi les domaines de l’armement. Il y a longtemps que j’avais annoncé que la Russie avait fourni à Israël les codes des missiles S-300. A ce sujet, que l’on se reporte à l’article:

    « La Russie aurait transmis les codes secrets d’armes iraniennes à Israël (Wikileaks) »

    La collaboration israélo-russe, selon moi et quelques autres membres de la communauté juive de Rostov qui avons de bonnes sources, la production du super-chasseur Pak-Fa qui serait supérieur au F-34 américains ainsi que le nouveau char de combat « armata » qui lui est supérieur en technologie au char « Abrams » et au Léopard ( selon les experts américains), seraient nés de la collaboration (indirecte par le biais de l’Inde) entre Israël et la Russie. Bien sûr, à ce stade, rien n’est apparent, il faudra attendre d’autres d’autres rapports wikileaks!!

    • A ce dossier, joindre l’excellent article de Moshé:
      « Russie-USA : la guerre secrète des avions de combat

      International

      26/04/2015F22, Lockheed, Sukhoi, T-50Moshé

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.