Le retour des éclats de rires (9) Vidéo

par Jforum

Pierre Dac Biographie - Tourisme Châlons-en-Champagne Pierre Dac  parle aux Français!

 

“A l’inverse des hommes, l’océan se retire pour que la mer garde ses poissons »

“J’ai toujours été surpris qu’un record battu ne se soit jamais plaint.”

“Il est idiot de monter une côte à bicyclette quand il suffit de se retourner pour la descendre.”

“Souffrant d’insomnie, j’échangerais un matelas de plumes contre un sommeil de plomb.”

“De tous les arts, l’art culinaire est celui qui nourrit le mieux son homme.”

“Un accusé est cuit quand son avocat n’est pas cru.”

 

 

C’est Monsieur Goldenbaum qui tient un restaurant à Jérusalem et qui a écrit 100 lettres au pape Jean-Paul II, autant à Benoît XVI pour demander un entretien privé; et lorsqu’il apprend que le pape François vient à Jérusalem il se rend à la nonciature :
« Je suis Monsieur Goldenbaum et je dois absolument rencontrer le pape.
-Ah, content de vous connaître,cher Monsieur, depuis le temps que nous recevons vos courriers.
Malheureusement l’emploi du temps du Saint Père…
– S’il vous plaît, s’il vous plaît, juste une minute, c’est très important.
-Bon! Demain le Saint Père doit quitter la résidence à 11h. Venez à 10h55. »
Le lendemain dès 8h Monsieur Goldenbaum est dans la salle d’attente et à 10h55, le Saint Père sort de l’ascenseur.
« Ah, très Saint Père je suis Monsieur Goldenbaum.
-On m’a parlé de vous, cher Monsieur, Que puis-je faire pour vous ?
-Et bien voilà: je suis restaurateur à Jérusalem. Mon père était restaurateur à Jérusalem, mon grand-père était restaurateur. Mon arrière grand-père était restaurateur. Mon arrière arrière….
– Bon, ça va !. On ne va pas remonter à Jésus Christ….
-Et bien si, justement ! Il y a 13 couverts qui ne nous ont pas été réglés… »

Un grand rabbin monte au paradis et bon, on s’occupe des formalités et tout
parce que c’est une personne importante, quoi… Et puis, il doit aller dans sa
nouvelle demeure. Alors, au bureau d’attribution des maison, on lui montre sa
future maison, une simple F2, avec une place de parking, pas génial, quoi…
Alors le rabbin s’étonne, et regarde autour de lui, et aperçoit une maison
fantastique, sur 3 étages, avec jardin, piscine et tennis.
Alors le rabbin se met en colère, et demande ‘c’est à qui cette maison?’. Alors
on lui répond :
– C’est à Schmoulik Cohen.
– Quoi, Schmoulik Cohen, le chauffeur de bus ?
– Ouais, c’est lui
– Non mais, vous avez pas honte, moi un grand rabbin j’ai seulement un F2 et lui
il a une superbe maison ?
– Oui, mais toi, en bas, quand tu faisais la prière à la synagogue, tout le
monde dormait. Lui, quand il conduisait, tout le monde faisait sa prière…

La jeune Rachel consulte son psychiatre.
– Ah, docteur, je n’en peux plus, malgré tout ce que je fais, mon mari ne daigne même pas me regarder. Il n’arrête pas de parler de sa mère, sa mère, sa mère! Et moi, je n’existe pas pour lui.
– Avez-vous essayé de lui cuisiner de bons petits plats ?
– J’ai tout essayé, docteur, croyez-moi, rien ne marche, je suis vraiment decouragée.
– Écoutez, j’ai une idée, il y a un domaine où votre belle-mère ne peut rivaliser avec vous, c’est le lit. Pour ce soir, vous allez mettre des sous -vêtements noirs très excitants, vous maquiller avec beaucoup de soin, une ombre à paupières sombre, de faux cils interminables, un rouge à lèvres noir.
Vous allez changer les draps de votre lit, mettez- en des noirs. Parfumez- vous avec son parfum préféré et mettez des roses noires dans un vase. Dans cette ambiance, il ne pourra plus vous résister.
Rachel suit scrupuleusement tout le programme, le maquillage, la mise en scène, le décor, elle n’oublie rien, elle n’a jamais été aussi voluptueuse et excitante.
Son mari arrive, et devant ces surprises inattendues, son étonnement va croissant. A la fin, il ne peut plus se contenir, et s’écrie :
– Rachel, tout ce noir ! Il est arrivé quelque chose à ma mèèèère ?

C’est un petit monsieur juif avec l’accent qui rencontre une belle américaine et
qui lui dit :
Madame je serais heureux d’avoir un rendez-vous avec vous demain !
L’américaine lui répond : Never !!!
Alors le monsieur juif lui répond:
– Never, never et demie…

Sarah ammène le petit Samuel chez le vieux tailleur Isaac afin de lui acheter un
beau costume pour sa Bar-mitzva . Ils entrent dans la modeste échoppe:
– Bonjour Sahra, bonjour Samy ! Vous venez pour un costume ?
Sarah lui fait un topo de la situation et lui précise bien:
– Et surtout Isaac, je veux ton plus beau tissu pour le costume du petit !
Isaac lui promet un costume exeptionnel et il prend les mesures du petit.
Une semaine après, Sarah passe chez le vieil Isaac avec son fils pour prendre
livraison du vêtement. Le costume est très joli et va comme un gant au petit
Sammy. Après avoir payé (très cher, mais bon, un tissu pareil…), Sarah et
Samuel s’en vont prendre le bus. Mais voilà qu’un orage éclate soudain et que,
le temps de courir s’abriter, ils sont tous les deux trempés jusqu’aux os. Sarah
regarde alors le petit Samy, et là, stupeur: le costume, taillé dans un tissu de
pacotille a affreusement rétréci et les bras et jambes du petit Samuel dépassent
d’une bonne dizaine de centimètres…
Furieuse, Sarah retourne chez le tailleur en traînant son fils derrière elle,
entre furibarde dans la boutique et se retrouve devant le vieil Isaac qui
s’exclame en decouvrant Samuel:
– Mon dieu, comme il a grandi !

2 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.