Le désengagement de Gaza était une “ erreur absolue ”, déclare le commandant du retrait

Quinze ans plus tard, le major-général. (ret.) Gershon HaCohen : Le retrait de Gaza a donné au Hamas la capacité d’augmenter son arsenal de roquettes

Le désengagement a commencé le 15 août dans le calendrier grégorien, mais selon le calendrier hébreu, les événements se sont produits immédiatement après le jeûne de Tisha Be’av.

Les forces de sécurité israéliennes traînent un manifestant s'opposant au plan de désengagement d'Israël de Gaza, dans la colonie juive de Kfar Darom dans le sud de la bande de Gaza, le 18 août 2005 (crédit photo: REUTERS)
Les forces de sécurité israéliennes traînent un manifestant opposé au plan de désengagement d’Israël de Gaza, dans l’implantation juive de Kfar Darom dans le sud de la bande de Gaza, 18 août 2005 (crédit photo: REUTERS)

Le désengagement de Gaza était «une erreur absolue» qui a permis au Hamas d’augmenter son arsenal de roquettes, a déclaré l’homme qui commandait l’opération au Jerusalem Post.

L’évacuation unilatérale de 8 500 civils et soldats israéliens et la démolition de 21 communautés juives dans la bande de Gaza en août 2005 ont été ordonnées par le Premier ministre d’alors Ariel Sharon et effectuées par le major général. Gershon HaCohen, alors commandant de la 36e division.

«J’étais absolument conscient que toute cette idée mènerait à une catastrophe», a déclaré HaCohen au Post avant le 15e anniversaire du désengagement.

Israël s’est réimplanté l’enclave côtière en 1967 après la guerre des Six jours (Des communautés juives y vivaient avant d’être chassées par les pogrom du Grand Mufti, dans les années 21-36). Dans les années qui ont précédé son évacuation, d’innombrables civils et soldats ont été tués dans des attaques terroristes palestiniennes.

Certains pensaient que cela apporterait la paix. D’autres pensaient que donner la terre ne ferait qu’encourager davantage la violence et la terreur. Bien que HaCohen se soit personnellement opposé au désengagement, il a quand même exercé les fonctions qui lui étaient assignées en tant que commandant.

«J’avais deux choix : désobéir et prendre ma retraite ou suivre et le faire selon ma propre croyance et vision», dit-il.

À certains égards, le retrait de la bande de Gaza rappelle le retrait de Tsahal du Sud-Liban cinq ans plus tôt avec une différence majeure : en 2000, seuls les soldats se sont retirés de l’occupation des terres libanaises ; en 2005, des civils ont été expulsés de leurs maisons.

Le 15 août 2005, à 8 heures du matin, les troupes sont entrées dans le Gush Katif – les implantations juives de Gaza – et ont fait du porte-à-porte pour informer les résidents juifs qu’il était temps de partir. Si certains ont accepté, d’autres ont refusé et se sont barricadés dans leurs maisons, ne laissant aux troupes d’autre choix que de les traîner de force hors de la bande de Gaza.

Les flashs des appareils-photos ont crépité, alors que les enfants, les adolescents, les mères et les pères étaient portés par les soldats, beaucoup versant des larmes. Les images restent imprimées dans la psyché nationale.

LES FORCES DE SÉCURITÉ ISRAÉLIENNES évacuent un opposant au plan de désengagement de Kfar Darom dans le bloc d'implantation du Gush Katif en août 2015. (Crédit photo: NIR ELIAS / REUTERS)
LES FORCES DE SÉCURITÉ ISRAÉLIENNES évacuent un opposant au plan de désengagement de Kfar Darom dans le bloc d’implantation du Gush Katif en août 2005.

L’évacuation des résidents a été suivie par le bulldozer percutant des milliers de maisons et de synagogues. Les restes de Juifs enterrés dans la bande de Gaza ont également été exhumés et ré-enterrés en Israël. Le 21 septembre, le désengagement était complet, la bande de Gaza n’était plus sous contrôle israélien et les troupes de Tsahal ne patrouillaient plus dans les rues pour protéger les Juifs.

En mettant fin à toute présence sur le territoire palestinien, il n’aurait dû y avoir aucune cause de poursuite du terrorisme, ont estimé certains. Puisqu’il n’y avait plus de civils ou de soldats israéliens là-bas, ils ne perdraient plus la vie à cause du terrorisme palestinien émanant de l’enclave côtière.

Mais ils avaient tort.

Pour beaucoup, le retrait était perçu comme si Israël fuyait ses ennemis.

Moins d’un an plus tard, des terroristes du Hamas ont enlevé le soldat Gilad Shalit lors d’un raid transfrontalier via des tunnels (une tactique que l’armée israélienne rencontrerait à nouveau avec des conséquences meurtrières lors de l’opération Bordure protectrice de 2014). Il a été libéré cinq ans plus tard contre 1 027 terroristes palestiniens détenus dans les prisons israéliennes, dont beaucoup ont depuis été à nouveau arrêtés.

Le désengagement a non seulement renforcé le soutien au Hamas, mais il a donné au groupe terroriste le champ libre pour augmenter son arsenal de roquettes afin de menacer en profondeur Israël (jusqu’à Haïfa et Nahariya) et pas seulement dans les communautés autour de l’enclave.

Moins de six mois après le retrait unilatéral d’Israël, des élections ont eu lieu dans la bande de Gaza et en Cisjordanie et elles ont été remportées haut-la-main (66%) par le Hamas, plaçant le chef du mouvement, Ismail Haniyeh, au poste de Premier ministre de l’Autorité palestinienne.

Les élections ont provoqué une rupture entre le Hamas et le Fatah, qui a conduit à une  scission définitive entre les deux l’année suivante et à la consolidation du pouvoir à Gaza par le Hamas. L’imposition résultante d’un blocus naval et terrestre par Israël, puis l’Egypte reste en place depuis.

Le Hamas a tiré sa première roquette en 2001. Après cela, il y a eu une circulation quasi libre d’armes – telles que des grenades propulsées par roquettes et des fusils de précision en provenance du Sinaï – et l’opportunité nouvellement créée de fabriquer librement des roquettes localement s’est accélérée à un rythme jamais vu avant le désengagement.

Selon les données publiées par le ministère des Affaires étrangères, 12 355 roquettes et mortiers ont été tirés sur Israël depuis 2006. Alors que la contrebande d’armes dans l’enclave sous blocus du Sinaï égyptien a diminué au fil des ans, -à l’exception notable de la période de la “révolution libyenne”, depuis 2011- des groupes à Gaza ont investi dans la production de leurs propres roquettes de fabrication locale.

Avant le début de l’opération Bordure protectrice, le Hamas disposait d’environ 11000 roquettes et, alors qu’à la fin de la guerre, on estimait qu’il restait un tiers de ses roquettes, en 2018, il était déjà en possession de plus de roquettes qu’avant 2014.

Le Hamas et le Jihad islamique palestinien ont effectué des tests sur une base presque régulière depuis la conclusion de l’opération Bordure protectrice, tirant des roquettes vers la mer pour augmenter leur portée et leur puissance destructrice.

Le HAMAS produit ses roquettes Qassam depuis 2001, qui avaient, alors, une portée de 4 km. Après 19 ans, ils peuvent frapper aussi loin que Nahariya. Le groupe dispose également d’une force de combat de près de 40 000 hommes, ainsi que de commandos navals hautement qualifiés qui devraient prendre part au prochain conflit avec Israël.

“Le Hamas n’aurait pas pu fabriquer cet arsenal avant le désengagement”, a déclaré HaCohen, ajoutant qu ‘”il y aurait eu moins d’attaques à la roquette parce que le Hamas a maintenant cette capacité stratégique qu’il n’avait pas auparavant.”

Mais non seulement le nombre de roquettes a augmenté, mais le coût humain du nombre d’Israéliens tués depuis le désengagement est élevé.

De 2000 à 2005, 76 soldats de Tsahal et 33 civils ont été tués dans des attaques du Hamas et d’autres groupes terroristes.

Israël est entré en guerre contre le Hamas et les différents groupes terroristes à trois reprises depuis le désengagement et a connu d’innombrables cycles de violence.

Lors de la dernière guerre en 2014, Israël a perdu 68 soldats et six civils. On estime que quelque 2 500 Palestiniens ont été tués, à peu près la moitié des civils et la moitié des terroristes.

Et les estimations des pertes dans la prochaine guerre indiquent que les deux camps subiront un bilan beaucoup plus élevé – tant parmi les soldats que les civils.

Gaza a été complètement détruite au cours des 15 dernières années depuis le désengagement. Et avec une partie de la population de deux millions d’habitants vivant dans des conditions humanitaires désastreuses, le Hamas cherche désespérément à obtenir un assouplissement des restrictions sur l’enclave côtière assiégée et la fin du blocus d’Israël.

La terreur qui a émané de la bande de Gaza dans les années qui ont suivi le désengagement «a créé de meilleures conditions pour convaincre les dirigeants, y compris la communauté internationale, qu’Israël ne pouvait pas se permettre de construire un autre Liban en Cisjordanie. Il n’y a aucun moyen de défendre Israël si cela se produit », a déclaré HaCohen au Post.

«Le désengagement était une erreur absolue mais je remercie Dieu pour cette erreur stupide parce que de cette façon, nous pouvons apprendre ce qui résulte de ce genre de décisions», a-t-il déclaré.

“Nous avons appris … ce n’est pas si facile de changer la situation en s’engageant et en combattant”, a déclaré HaCohen. «L’idée israélienne était que nous obtiendrions une légitimité internationale pour lutter contre le terrorisme, de toutes les manières, mais depuis [l’opération] Plomb durci [en 2008-2009], nous avons réalisé que notre rêve de légitimité internationale est une illusion.»

Le désengagement, a-t-il dit, a fait «perdre la bataille mais gagner la guerre» aux résidents des implantations, car maintenant «il est beaucoup plus difficile de mener une telle opération. Cela a rendu plus difficile le déplacement des résidents de Cisjordanie.

S’accrocher à la Cisjordanie/ Judée–Samarie et à toute la vallée du Jourdain dans son «interprétation la plus large … les soldats et les implantations [qui se trouvent là] sont nécessaires pour la protection de Tel Aviv».

Adaptation : Marc Brzustowski

11 Commentaires

  1. Je vais choquer plus d’un mais je pense que Sharon avait raison à 100 % .

    Gaza était un guêpier permanent .

    L’Egypte était bien contente de s’en débarrasser .

  2. J’ignore si mon commentaire sera diffusé, mais il faut le dire, depuis l’indépendance du pays, tous les dirigeants Israéliens, sans exception, ont commis des erreurs monumentales, je dois dire plus, mortelles. Résultat, non seulement il nous est interdit de prier sur le Mont du Temple, lieu le plus Saint des Juifs, alors qu’il n’a au grand jamais été un lieu saint arabe, mais je n’énumère pas les autres inepties, la liste serait trop longue.

  3. L erreur c est de ne pas les avoir ecrasé apres le premier kassam !sortir de gaza etait indispensable , mais apres il fallait etre sans pitié , au lieu de tirer volontairement dans le sable

  4. La réalité est que Ariel Sharon qui était un bon guerrier, n’était pas intelligent du tout, ses trois erreurs sont les trois défaites les plus graves d’Israël :
    1° – la première erreur sera la perte du Sinaï. Ceux qui sont âgés se souviennent que c’est Ariel Sharon qui a ordonné la traversée du canal jusqu’au kilomètre 101, mettant son armée à découvert pour servir de gibier aux snipers de Sadate.
    Alors que la troisième division égyptienne battue, ne cherchait qu’à repasser de l’autre côté du canal, Arien Sharon voyant son armée servir de pigeons aux snipers de Sadate, n’ordonnera pas la retraite et chaque jour les soldats juifs tombaient.
    Il a donc fallu négocier le retour des soldats en laissant la troisième armée de Sadate sur une partie du Sinaï, qu’il a fallu restituer en totalité par la négociation alors que le Sinaï est une terre juive par excellence. Traverser le canal jusqu’au kilomètre 101, loin d’être une victoire, a mis nombre de soldats à découvert, les Egyptiens faisaient des cartons sur nos soldats.

    2°- La seconde erreur est la guerre du Liban, alors qu’Arafat était devenu roi du Liban, ce qui réglait définitivement le problème palestinien, Ariel Sharon se met en tête de libérer le Liban de l’Egyptien Arafat, qui aurait fait du Liban la future “palestine” devant reprendre tous les réfugiés. Pourquoi avoir chassé Arafat du Liban ? Stupidité monumentale.
    Autre stupidité, les atrocités commises par les Libanais dans les camps Palestiniens, avec verouillage (stupidité absolue) quand les massacres seront attribués a juste raison à Ariel Sharon.

    3° La troisième stupidité de Sharon est la restitution d’une terre juive aux Arabes, “Gaza” est une terre juive, il fallait rendre ses “Egyptiens” à Sadate, après la restitution du Sinaï, sachant que les Palestiniens n’ont jamais existé !

  5. Le désengagement de Gaza fut une subtile stratégie politique pour diviser les squatters arabes et rendre impossible la création d’un nouvel état arabe. Il y a certainement eu des inconvénients, mais Israël a toujours eu largement les moyens de réoccuper et nettoyer la zone et depuis 15 ans s’est toujours abstenu de le faire. Pourquoi? Pour laisser évoluer la situation en Judée-Samarie pour l’annexion de laquelle le consensus politique, Gantz-Netanyahou par exemple est flagrant. Les avantages de ce désengagement sont très supérieurs aux coûts. Maintenant la stratégie du fait accompli est évidente, et le monde entier comprend que la Judée-Samarie sera annexée, ce n’est plus qu’une question de temps, et les déclarations de Netanyahou comme de Gantz, montrent que le processus de cette annexion est déjà enclenché. En conséquence du blocus Israélo-Egyptien, le bande de gaza est en train de pourrir par elle-même. Elle n’atteindra jamais son autonomie alimentaire, sanitaire, énergétique, etc..et reste sous perfusion d’Israël et de l’Europe. Elle est à la merci d’Israël qui peut en faire ce qu’il veut en l’étouffant. De nombreux gazaouis cherchent à fuir cette zone, ce qui prouve qu’ils ne la considèrent pas comme leur patrie. Ici encore ce n’est plus qu’une question de temps; dans les 5 ou 10 ans qui viennent elle finira par exploser, les gazaouis alimenteront le flot déjà existant des immigrants pour l’Europe, et les Juifs s’y réinstalleront.

  6. “Or, les Arabes qui sont des guerriers, des combattants, respectent la
    force, l’ennemi, l’adversaire, qui leur impose toute sa puissance, qui
    les soumet. Ils méprisent, par contre, celui qui se trouve à terre, à
    genoux, comme ils méprisent l’ennemi qui, une fois victorieux, accorde
    le pardon. Pour eux, l’adversaire vaincu doit être achevé.”
    (cité par Manuel Gomez. )
    Tant que les Israéliens n’auront pas compris ça, il n’y aura pas de “paix” possible. un ennemi doit capituler. sinon, rien ne peux l’arrêter-

  7. Israël a commis plusieurs erreurs absolues, toutes irrémédiables.
    Dayan et le WAQF, Rabin/Péres et les Accords d’Oslo, Barak et le retrait unilatéral du Liban, Ehud Olmer et son offre insensée à Abbas le gâteux, qui, Dieu merci, l’a refusée.
    Reste que Sharon a privilégié l’idée qu’en se retirant de Gaza, il se soulageait en même temps, du fardeau de deux millions de palestiRIENS, dont Israël ne voulait pas entendre parler, tout en coupant physiquement ce territoire de la Judée Samarie.
    Chacun peut librement réfléchir à ce retrait unilatéral dont personne ne peut en donner une réponse définitive et satisfaisante….

  8. “Le désengagement de Gaza était une “ erreur absolue ”

    ce fut une tragédie

    dont il est temps de dire la fin, comme cette “autorité palestinienne”

    les juifs a l’ ouest du Jourdain et lézotres a l’ Est, et pour ces derniers ce devra etre de force, comme ça l’ unrwa pourra s’ installer a Amman

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.