Flat vector illustration

L’anxiété ou la dépression touche la moitié des adolescents, selon un rapport

Des chiffres qui sont en augmentation par rapport à l’année précédente alors que les adolescents sous-estiment leur niveau de mal-être.

SANTE MENTALE – Encore un chiffre alarmant sur la santé mentale des jeunes. Cette fois-ci, il concerne les adolescents (11-15 ans). Ils sont 53 % à souffrir de symptômes d’anxiété ou de dépression, selon une étude Ipsos pour Notre Avenir à Tous, publiée ce mardi 29 novembre. C’est une augmentation de dix points par rapport à l’année dernière.

Pour réaliser cette étude, 1 002 adolescents Français, échantillon représentatif de la population française, ont passé un test psychologique (le test clinique du type GAD7). Il en résulte que 31 % d’entre eux font même l’objet d’une suspicion de trouble anxieux généralisé – en augmentation de 6 points par rapport à 2021.

Les auteurs de l’étude notent que c’est un « phénomène global qui touche toutes les catégories », même si, pour la première fois en 2022, « la suspicion d’état d’anxiété généralisé touche plus fortement les adolescents issus de catégories plus favorisées. »

L’Ipsos pointe également d’autres chiffres, presque tous en augmentation par rapport à l’étude de l’année dernière : 48 % des adolescents en France sont touchés par des symptômes dépressifs (+6 points), 17 % « se déclarent envahis » par les pensées suicidaires (+6) et même 10 % d’entre eux seraient en dépression sévère (chiffre stable). Et 23 % des jeunes interrogés déclarent n’avoir personne à qui parler de ses problèmes.

Si les chiffres paraissent déjà très hauts, le rapport estime aussi que le niveau de mal-être est sous-estimé par les adolescents. Seulement 6 % des jeunes sondés déclarent qu’ils ne vont pas bien. Et le niveau de bien-être des adolescents les plus anxieux reste également stable : 6,1/10. « Un niveau lui aussi sous-déclaré », selon l’Ipsos.

L’école et l’actualité facteurs d’anxiété

L’école apparaît comme la principale source de stress des adolescents. Le système de notation semble être le facteur le plus anxiogène car 63 % des jeunes sondés sont « très angoissés quand ils ont des interrogations ou quand on leur rend des notes » et 37 % ont « très peur de certains professeurs ». Qui plus est, les craintes que l’école génère ont légèrement progressé par rapport à 2021.

L’actualité joue également un rôle dans le bien-être des ados : la violence faite aux enfants (50%, -4 points), l’état de la planète et la nature (47%, -7 points) et la situation dans le monde (41%) sont leurs trois principales sources de stress. Face à l’actualité, les sentiments qui dominent sont l’incompréhension, l’angoisse et la peur. Surtout, ce stress se nourrit principalement de la tonalité négative des informations pour 57 % des jeunes interrogés.

La majorité d’entre eux découvre l’actualité via son smartphone (60%). C’est d’ailleurs une catégorie de personne qui passe en moyenne 6h48 par semaine sur un écran, sans compter les devoirs – 8h12 pour les adolescents les plus anxieux. Ils sont donc souvent seuls face à l’actualité, sans personne pour leur expliquer.

Autre conséquence de cette surexposition aux écrans : 31 % d’entre eux ont subi au moins une situation de cyberviolence sur les réseaux sociaux ou par SMS.

« L’exposition est encore plus forte auprès des adolescents les plus fragiles, ceux dont le niveau d’anxiété nécessiterait une évaluation psychiatrique : 53 % d’entre eux auraient été victimes d’au moins l’une de ces situations », estiment les auteurs de l’étude.

Par Le HuffPost  www.huffingtonpost.fr

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.