« On ne saura jamais »: les difficultés d’enquêter sur les actes de viols et d’agressions sexuelles des terroristes du 7 octobre

Dans une enquête du « Guardian », des preuves supplémentaires des actes de viol et d’agression sexuelle perpétrés par des terroristes du Hamas et de Gaza le 7 octobre sont révélées.

« Une femme qui a survécu à un viol collectif près du parti Nova avait besoin de soins médicaux » et n’était pas en état parler aux enquêteurs » . Le journal britannique a parlé des difficultés rencontrées pour rassembler des preuves en Israël: les citoyens israéliens pourront-ils savoir ce qui s’est exactement passé durant de ce samedi noir.  L’article contient un contenu difficile à lire

Le journal britannique « Guardian » a passé en revue aujourd’hui (vendredi) en détail l’enquête sur les actes de viol et d’agression sexuelle commis par des terroristes du Hamas le 7 octobre. À côté des histoires difficiles des survivants, des équipes médicales et du personnel de ZAKA, l’article décrit la difficulté de rassembler des preuves : « Il est  probable que l’ampleur des atrocités commises ne soit jamais connue. »

L’enquête sur les atrocités, y compris les agressions sexuelles, commises par les terroristes du Hamas et les Palestiniens qui ont infiltré Israël est toujours en cours – plus de trois mois après ce sabbat noir. Malgré les nombreux documents publiés sur les réseaux sociaux, comme celui de feu Shani Lok enlevée à Gaza alors qu’elle était partiellement consciente et en état de choc, l’ampleur des événements difficiles n’a pas encore été clarifiée.

Documents de Nova (photo : de NOVA# avec l'aimable autorisation de yes doku et STING+, Castina Communications)Documentation des terroristes du Hamas le 7 octobre. « Il est peu probable que l’ampleur des atrocités commises soit un jour connue. » | Photo : de NOVA#, avec l’aimable autorisation de yes doku et STING+, Castina Communications

Les forces de sécurité ont mené des combats face à face le 7 octobre et les jours suivants, tout en s’occupant également du sauvetage des civils. La préservation des preuves sur le terrain des violences sexuelles n’était donc pas leur priorité. Selon le journal, c’est la raison pour laquelle Israël a des difficultés avec l’enquête, et ne sera probablement jamais en mesure de comprendre pleinement ce qui s’est passé ce jour-là.

« Au moins 7 femmes qui ont été assassinées ont déjà été violées »

L’unité 433 de la police de Lahav enquête toujours sur plus de 50 000 preuves visuelles et 1 500 témoignages. Selon l’unité, elle n’est pas en mesure de préciser combien de femmes et de filles ont subi des violences basées sur le genre. Selon le « Guardian », ils disposent de preuves documentaires qui confirment au moins six cas dans lesquels il y a eu des cas d’agression sexuelle. Deux de ces victimes assassinées étaient âgées de moins de 18 ans.

« Au moins 7 femmes assassinées ont déjà été violées », a cité dans le « Guardian » le professeur Ruth Halperin Kadri, juriste et militante internationale pour les droits des femmes. Il convient de mentionner que dans des enquêtes similaires menées par le New York Times et NBC, plus de 30 femmes et filles ont été identifiées dont les corps présentaient des signes d’abus, ainsi que des organes génitaux couverts de sang et sans vêtements. Dans l’article, nous notons que le ministère de la Protection sociale a informé que 5 femmes et 1 homme ont déposé une demande d’assistance suite à une agression sexuelle survenue le 7 octobre.

Par ailleurs, l’état physique des corps, dont certains étaient brûlés, rendait difficile la collecte de preuves. En outre, le grand nombre de personnes assassinées dans les morgues et la nécessité d’accélérer l’identification et la transmission des informations aux familles ont fait qu’aucun examen approfondi ni enregistrement des cas de viol n’a été réalisé.

L'exposition "Barry" (Photo : Micah Brickman)« Nous avons vu des femmes violées, des filles aux personnes âgées. Nous avons été choqués. Des jeunes femmes sont arrivées couvertes de sang et uniquement en sous-vêtements » | Photo : Micah Brickman

Une autre raison évoquée dans le journal est la volonté d’enterrer les victimes le plus rapidement possible, conformément à la tradition juive. Par conséquent, de nombreux éléments de preuve critiques ont été enterrés avec les victimes. « Il est peu probable que l’ampleur des atrocités commises le 7 octobre soit un jour connue », écrit le journal.

« Les sous-vêtements étaient trempés de sang, des soldats ont été massacrés »

« Dans l’un des kibboutzim, j’ai croisé une femme nue jusqu’à la taille, penchée sur le lit et touchée à l’arrière de la tête », a déclaré Simcha Greinman, bénévole de Zaka, au Guardian. Nous avons été choqués. Des jeunes femmes arrivaient couvertes de sang et uniquement en sous-vêtements. Souvent, les sous-vêtements étaient trempés de sang.

C’est une femme qui a reçu une balle dans le dos mais qui a réussi à échapper au massacre lors d’une fête à Nova, qui a donné le témoignage le plus détaillé sur les actes de viol commis par les terroristes du Hamas. Elle a déclaré qu’elle s’était cachée dans les buissons sur la route 232 lorsque l’équipe terroriste du Hamas est arrivée et qu’elle a vu au moins cinq cas de femmes violées et assassinées.

L’article cite également Rami Shmuel, l’un des organisateurs de la fête, qui est revenu sur les lieux le lendemain de l’attaque surprise et a découvert les corps de trois jeunes femmes « nues jusqu’à la taille, les jambes écartées ». En outre, une femme qui a réussi à être sauvée après avoir été victime d’un viol collectif près d’une fête à Ra’i a eu besoin d’un traitement mental « et n’a pas été en mesure de parler aux enquêteurs ».

Camp de Shura pour l'identification des corps (photo : porte-parole de la police)

La difficulté de recueillir des preuves : un grand nombre de personnes assassinées dans les morgues et la volonté d’enterrer rapidement les victimes | Photo : porte-parole de la police

Les atrocités commises par les terroristes et les civils palestiniens sont lentement révélées, ce qui ne fait qu’accroître les craintes pour la sécurité des personnes enlevées, en particulier celles qui sont retenues captives à Gaza depuis plus de 100 jours. « Plusieurs des personnes enlevées qui ont été libérées ont été témoins d’abus sexuels », a déclaré Renana Eitan, du service psychiatrique de l’hôpital Ichilov, au Guardian. « Tout le monde cherche la vision en or, le survivant qui parlera publiquement de ce qui lui est arrivé, mais il faut comprendre : quelqu’un qui souffre d’un traumatisme, pourquoi traverserait-il cela ? », a ajouté Orit Soliciano, PDG de l’Association. des Centres d’Assistance aux Victimes et aux Victimes d’Agressions Sexuelles.

Selon des sources des renseignements israéliens, des experts et des sources qui ont interrogé les terroristes du Hamas qui ont parlé au « Gardien », les groupes terroristes ont reçu à l’avance un texte islamique, qui légitime les abus, les enlèvements et les atrocités commises contre des citoyens israéliens puisqu’ils sont considérés comme un « butin de guerre ».

JForum.fr avec N12
Photo : Haim Goldberg, AP

La rédaction de JForum, retirera d'office tout commentaire antisémite, raciste, diffamatoire ou injurieux, ou qui contrevient à la morale juive.

S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires