Maïmonide, “Le Prince des Médecins”(vidéo)

5
1892
Moïse Maïmonide

 Par le Docteur H. Aaron  MIMOUN  lamed.fr

La médecine de cette époque, après l’influence grecque, était représentée par de grands médecins juifs et arabes.

A côté des monuments de la Tradition Hébraïque que sont des œuvres comme le Michné Torah ” (Répétition de la Loi), encore appelé “Yad Hah’azaka” (“La Main Forte”), ou le Guide des Égarés, Maimonide (1138-1204) a écrit d’autres textes moins connus et à visée essentiellement médicale.

Maïmonide s’est intéressé à la science médicale dès son jeune âge, considérant qu’il y a là une activité “religieuse” propre à renforcer la “vertu”.

II décida d’exercer véritablement le métier de médecin lorsque son frère David disparut dans un naufrage lors d’un voyage d’affaires, laissant Maimonide dans un grand désespoir moral et dans un dénuement matériel total.

Ne voulant tirer aucune rétribution de ses travaux sur la Torah, Maïmonide subvint à ses besoins grâce à l’exercice de la médecine. Son prestige, ses connaissances, devaient rapidement faire de lui un médecin réputé.

Le Sultan Saladin, conquérant de l’Egypte, en fit le médecin de sa cour. On venait aussi le consulter depuis la Syrie, la Palestine, et encore de plus loin. On dit même que Richard Cœur de Lion, qui régnait en Terre Sainte proposa de l’attacher à sa cour.

La médecine de Maimonide puisait à trois sources : les notions de santé dans la Tradition Hébraïque, la médecine pratiquée à son époque, ses propres recherches et analyses liées à des expérimentations personnelles.

En ce qui concerne la médecine de l’époque, elle était influencée par les écrits d’Hippocrate ( 460-377), de Galien (131-201), de Rahzès (860-923), d’Avicenne (980-1037), d’Asaph Hayehoudi (environ VIIème siècle), d’Isaac Israëli (830-930) et d’autres encore.

La médecine de cette époque, après l’influence grecque, était donc représentée par de grands médecins juifs et arabes.

La plupart des écrits médicaux de Maïmonide sont des commandes.

Faisait il une différence quant à la certitude de ses ouvrages sur la tradition et la justesse de sa position à ce sujet (qu’il tenait absolument à transmettre aux générations futures), par rapport à une certaine relativité de la vérité médicale telle qu’il la pressentait ? Nous le pensons.

Tous ces ouvrages médicaux ont été écrits en judéo-arabe.

 

 Prière médicale de Maïmonide

” Mon Dieu, remplis mon âme d’amour pour l’art (médical) et pour toutes les créatures. N’admets pas que la soif du gain et la recherche de la gloire m’influencent dans l’exercice de mon art, car les ennemis de la vérité et de l’amour des hommes pourraient facilement m’abuser et m’éloigner du noble devoir de faire du bien à Tes enfants. Soutiens la force de mon cœur pour qu’il soit toujours prêt à servir le pauvre et le riche, l’ami et l’ennemi, le bon et le mauvais.

Fais que je ne vois que l’Homme dans celui qui souffre. Fais que mon esprit reste clair près du lit du malade, qu’il ne soit distrait par aucune chose étrangère, afin qu’il ait présent tout ce que l’expérience et la science lui ont enseigné ; car grandes et sublimes sont les recherches scientifiques qui ont pour but de conserver la santé et la vie de toutes les créatures. Fais que mes malades aient confiance en moi et mon art, qu’ils suivent mes conseils et mes prescriptions. Éloigne de leur lit l’armée des parents conseils et les gardes qui savent toujours tout, car c’est une vengeance dangereuse qui, par vanité, fait échouer les meilleures intentions de l’art et conduit souvent les créatures à la mort. Si les ignorants me blâment et me raillent, fais que l’amour de mon art, comme cuirasse, me rende invulnérable pour que je puisse persévérer dans le vrai, sans égard au prestige, au renom et à l’âge de mes ennemis.

Prête moi, mon D.ieu, l’indulgence et la patience auprès des malades entêtés et grossiers. Fais que je sois modéré en tout mais insatiable dans mon amour de la science. ةloigne de moi l’idée que je peux tout. Donne-moi la force, la volonté et l’occasion d’élargir de plus en plus mes connaissances. Je peux aujourd’hui découvrir dans mon savoir des choses que je ne soupçonnais pas hier, car l’art est grand mais l’esprit de l’homme pénètre tout. “

“L’essentiel pour l’alimentation (comme dans tous les domaines) est de parvenir à un équilibre et de s’y tenir…”

Maïmonide (1138-1204). Lettre pour conseil diète et hygiène écrite par Maïmonide

A propos des lois juives sur l’alimentation (Cacherout), il dit dans le Guide Des Egarés III 35 :

” … Les lois alimentaires nous éduquent à la maîtrise de nos instincts. Elles nous habituent à contenir l’avidité et la faiblesse qu’on éprouve de rechercher ce qu’il y a de plus doux et d’adopter comme but, la passion de manger et de boire… “

Ainsi, pour Maïmonide, ces lois alimentaires de la Torah sont entre autres significations, un exercice d’auto-discipline pour aider l’homme à réprimer son instinct animal à l’égard de la nourriture.

Maïmonide poursuit : “… Quant à ce qui est indispensable, comme de manger et de boire, l’homme doit se borner à ce qui est le plus utile et avoir en vue le seul besoin de se nourrir et non la jouissance, il faut se borner au nécessaire et s’abstenir du superflu“.

Dans son “Traité de Conservation De La Santé”, il reprend ces recommandations de la Tradition Hébraïque (Talmud Berah’ot 62 b) : “On ne mangera jamais que l’on ait faim et l’on ne boira jamais que l’on ait soif“.

La physiologie moderne nous confirme que la faim et la soif entrent dans le cadre d’un auto-équilibre grâce à des mécanismes complexes de régulation hormonale.

Maïmonide connaît bien le Talmud Guittin 70 a : “On ne mangera pas jusqu’à réplétion complète de l’estomac, mais on restera d’un quart environ au-dessous de la satiété complète“.

La physiologie gastrique montre qu’un estomac plein a du mal à se contracter convenablement, d’où une diminution de son travail de broyage par difficulté mécanique et passage d’aliments insuffisamment préparés dans le duodénum et l’intestin grêle, qui devront alors fournir un travail supplémentaire.

Il prend d’autres exemples du Talmud, que nous retrouvons dans les conseils que l’on reçoit de nos jours dans les services de gastro entérologie; (Chabbat 82 a) :”On ne se retiendra jamais pour satisfaire ses besoins naturels même un instant tant pour uriner que pour aller à la selle

Maimonide y ajoute cette notion d’hygiène très actuelle: “… Lorsque l’homme travaille, se fatigue suffisamment, se nourrit modérément et lorsque ses intestins se vident facilement : ses forces se raffermissent…
Par contre, qui mène une vie tranquille sans exercice physique, qui tarde à satisfaire ses besoins naturels,… mangerait-il des aliments sains… que, sa vie durant, il serait sujet à des affections diverses..”

Du Talmud Berah’ot 32a, Maimonide reprend encore cette assertion, qui nous apparaît véritablement comme une anticipation lorsque nous constatons les ravages occasionnés par les maladies de pléthore dans nos pays industrialisés :
La gloutonnerie est comme un poison mortel pour le corps humain et la véritable cause de toutes les affections… dont la plupart ont pour origine les aliments nuisibles, une alimentation trop abondante, même lorsqu’il s’agit d’aliments sains“.

Pour terminer cette évocation de quelques enseignements de Maimonide sur l’alimentation, voici ce qu’il écrit dans “Le Guide des Egarés” I p. 267, 268 :
 L’essentiel pour l’alimentation (comme dans tous les domaines) est de parvenir à un équilibre et de s’y tenir…

EQUILIBRE, voici un maître mot pour qui veut comprendre la leçon maïmonidienne.

LES TROUBLES PSYCHOSOMATIQUES

‘Aussi ne faut-il pas trop y penser, ni trop se réjouir ni trop s’attrister, car bonheur et malheur ne sont grands que dans notre imaginaire.’

Concluons en nous arrêtant un peu sur cette caractéristique essentielle de la médecine de Maimonide : la psychosomatique. Maimonide considère que la maladie résulte de la rupture d’un équilibre. Cet équilibre, à la fois physique et mental, sera maintenu et conforté chez celui qui, en toutes choses, saura s’en tenir au juste milieu.

Le corps et l’esprit, bien que réalités distinctes, entretiennent chez l’être humain des relations d’interdépendances. Tout déséquilibre dans l’un se répercute sur l’autre, compromettant ainsi l’harmonie de l’être.

Voici ce que Maïmonide écrit dans ” Le Traité de l’Asthme ” : “ Il est clair pour les médecins, que l’on ne peut parvenir à la thérapeutique des maladies de manière directe ; il faut s’efforcer avant tout de bien connaître le tempérament du malade…

II faudra donc, pour guérir le patient, tenir compte entre autres choses, de ses données psychiques. Dans ce même traité, on trouve au chapitre VII :
” Quant aux émotions, leur importance nous est connue ; c’est à dire que l’action de la souffrance morale et de l’oppression, que nous constatons, affaiblit les fonctions psychiques et physiques à tel point qu’au cours des repas, l’appétit disparaît à cause de la douleur, de l’angoisse, de la tristesse ou des soucis. Si l’homme veut alors élever la voix, cela lui sera impossible, car son émotion affaiblit ses organes respiratoires dont il ne pourra se servir convenablement… Il n’a même pas de force pour lever ou déplacer ses membres. Si cet état persiste, il tombera obligatoirement malade et si cela se prolonge, il mourra… La joie et le plaisir provoquent l’état contraire et renforcent le moral et les mouvements du sang et de l’esprit. Ainsi, l’organisme verra s’accomplir ses fonctions aussi complètement que possible.

Si l’on exagère la jouissance, comme cela arrive chez les ignorants et les débiles, on peut en devenir malade et même en mourir à cause de l’anéantissement et du pourrissement de l’âme, laquelle quitte le corps, le cœur se refroidit et l’homme mourra. La thérapeutique de ces deux sortes d’émotions psychiques et leur prévention ne consiste pas uniquement en un régime alimentaire et des soins médicaux… elle dépend d’autres spécialités, telle que l’étude des vertus par les “philosophes” (nous dirions aujourd’hui psychiatres ou psychosomaticiens)… Il n’y a pas de doute que par ces méthodes le malade guérira bien mieux… Ainsi, les enseignements des “philosophes” les éloigneront des émotions. Ils ne se sentiront pas trop affectés par la tristesse ou par la joie, comme cela arrive aux gens ordinaires.

Leurs émotions seront influencées par des conseils humains, sans manifestations organiques à l’exception d’un resserrement de cœur, de la faiblesse et de ce qui en résulte. De même grâce aux enseignements éthiques, on regarde avec d’autres yeux le monde et ce qu’il contient, qu’il s’agisse de bonheur ou de malheur, car au fond ces deux états n’existent pas. Aussi ne faut-il pas trop y penser, ni trop se réjouir ni trop s’attrister, car bonheur et malheur ne sont grands que dans notre imaginaire. Une analyse réelle, montre qu’ils ne sont que plaisanteries et jeux, qui passent comme la nuit”

Ce texte sublime montre bien à quel point Maimonide était en avance sur les notions de prévention en matière de psychiatrie, de psychologie et de psychosomatique.

C’est à travers la Tradition Hébraïque que Maïmonide développe sa conception de l’homme, mélange inextricable d’un corps et d’un esprit totalement interdépendants.

Toute l’œuvre de Maïmonide, qu’elle soit théologique, philosophique, juridique ou médicale, est profonde, claire, concise. Il a été un grand codificateur et un pilier universel de la connaissance humaine.

Ses capacités de synthèse et d’organisation, la puissance de son intelligence et son audace intellectuelle dans tous les domaines ont fait de Maimonide un savant reconnu par toute l’humanité.

Pour le monde médical, il est “Le Prince des Médecins”. Pour les Juifs, il est “l’Aigle de la synagogue”.

Sur sa tombe présumée à Tibériade (Israël) est inscrite en Hébreu la phrase souvent citée à son propos : “Mi Moshé ad Moshé, Lo Kam ké Moshé” (“De Moïse à Moïse, il ne s’est levé personne comme Moïse).

Le Premier Moïse est celui de l’Exode, l’autre est Moïse fils de Maïmon, Rabbi Moshé Ben Maïmon, dit le “RAMBAM”.

DR Hervé Aaron  MIMOUN

Source : lamed.fr

 

5 COMMENTS

  1. Tout cela est bien beau mais nous savons que la façon de se nourriture est d’abord due à une éducation alimentaire, et plus tard à une compensation de stress, de chagrin , etc…etc….
    Alors pour ne plus être malade, il faut bien manger et surtout comprendre que ça n’est pas une question de coquetterie mais de santé.
    Allez ! rééduquons-nous !
    Bon courage.

  2. Malheureusement notre alimentation est polluer par les pesticides, les poissons par les radiations nucléaire, et autre pollution , voir Fukushima, avoir une alimentations saine reste un rêve, si on ajoute le stress, l’angoisse, les conflits entre humains, la pauvreté, les guerres etc, on se demande comment on résiste encore à étre en vie ? Le suicide humain est proche Peut-on continuer dans cette direction encore longtemps ?

  3. Pour une bonne santé, une bonne alimentation équilibré , et des exercise physiques, une bonne hygiène mental
    Méditation sur soi, ne pas étre polluer par l’extérieur, par l’ego, le passer ou le futur restée simplement sur le momment présent, cest trésors asiatique que l’on doit suivre
    Votre médecin et votre pharmacien feront faillite

  4. La médecine chinoise et hindiene, ou seul les exercices sportive et l’équilibre alimentaire était la référence d’une bonne santé, puisque les aliments était nos médicaments
    Les grecques géographiquement proches de l’Asie, ils sont pu bénéficier du savoir de ces derniers
    Les écrits sur la santé et la médecine, les plus anciens sont chinois et indien
    Vu le nombre de population prouve que leurs médecine fonctionne, et de nis jours on préfère éviter les médicaments chimique
    La méditation règle beaucoup de problème psychologique et aussi corporelle, puisque nous somme un tout et rien n’est séparé, l’esprit et le Corp cest très asiatique, pour les occidentaux cest nouveau et en Asie ces techniques, était disponible voila plusieurs millénaires, rien de nouveau
    Vous venez de découvrir le soleil, et bien soit, pour vous le soleil existe seulement depuis votre découverte ? Si je vous dis que le soleil était la bien avant vous et si je vous dis que des peuples des millénaires bien avant votre stupéfaction découverte, l’avait découverte bien avant vous ?

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.