Representatives of the Arab Joint List party at the election committee meeting where political parties running for a spot in the upcoming Israeli elections, arrive to present the party list for the September 2019 elections, at the Knesset, the Israeli parliament in Jerusalem, on August 1, 2019. Photo by Noam Revkin Fenton/Flash90 *** Local Caption *** ???? ?????? ????? ???? ??????? ???? ???? ?????? ?????? ?????? ??????? ?????

La liste commune – Du mauvais côté de l’histoire avec l’accord Israël-EAU

Pas même un membre du parti qui représente la minorité arabe en Israël ne pensait que l’établissement de liens avec un pays arabe était une cause qui méritait d’être soutenue.

Liste conjointe des députés (de gauche) Mtanes Shehadeh, Ayman Odeh et Ahmad Tibi, et l'ancien député Abd al-Hakeem Hajj Yahya se réunissent à la Knesset, 17 septembre 2020 (crédit photo: YONATAN SINDEL / FLASH90)
LISTE COMMUNE : Les députés (de gauche) Mtanes Shehadeh, Ayman Odeh et Ahmad Tibi, et l’ancien député Abd al-Hakeem Hajj Yahya se rencontrent à la Knesset, le 17 septembre 2020 (crédit photo: YONATAN SINDEL / FLASH90)

Après avoir franchi tous les obstacles, et plus d’un mois après sa signature lors d’une cérémonie de célébration à la Maison Blanche, la Knesset a approuvé l’accord de paix entre Israël et les Émirats arabes unis à une écrasante majorité de 83 contre 13 jeudi dernier.

Qui sont les 13 députés qui se sont opposés à l’accord? Ce sont les 13 membres de la Liste commune (ou liste Arabe unifiée).

Pas même un membre du parti qui représente la minorité arabe en Israël ne pensait que l’établissement de liens avec un pays arabe était une cause qui méritait d’être soutenue. Pourquoi? Le parti a déclaré dans un communiqué de presse qu’il ne soutiendrait pas l’accord car son introduction mentionnait l’accord de paix de Donald Trump.

«Cet accord est un élément d’un plan clair visant à abolir les droits du peuple palestinien», lit-on dans la déclaration de la Liste conjointe. «Le but du plan est de solidifier l’occupation et les « colonies » (NDLR : implantations, en argot antisioniste), et surtout – d’empêcher l’établissement d’un État palestinien aux frontières de 1967 avec Jérusalem-Est comme capitale.

«Nous soutenons une paix juste, authentique et globale, comme l’exprime l’Initiative de paix arabe, qui est basée sur la paix et la normalisation en échange de la fin de l’occupation et du (respect des clauses) de la question palestinienne et non l’inverse», conclut le communiqué.

Même en mettant de côté le fait qu’il existe un groupe d’hommes politiques qui s’opposent à une paix véritable dans la région, il semble que la Liste conjointe ne se contente pas de se tromper au regard de toute l’histoire, mais qu’elle essaie également – avec toutes ses ressources – de faire revivre une réalité qui est morte il y a longtemps.

Le Moyen-Orient est en train de changer, tout comme la manière dont les autres pays de la région traitent avec Israël. Si l’initiative de paix saoudienne semblait autrefois être le seul moyen pour Israël de s’ouvrir la voie à la reconnaissance par d’autres pays de la région, la montée en puissance de l’Iran et de la Turquie – à la suite du printemps arabe – a renversé la table et fait d’Israël un partenaire souhaitable pour (tous) les pays islamiques modérés.

La Liste commune veut conserver l’image d’Israël comme s’il s’agissait d’un pays isolé qui demande de l’attention et qui doit faire de douloureuses concessions à un peuple qui ne semble pas évoluer ni tendre la main pour la paix.

Cela s’ajoute à une longue série de positions diplomatiques controversées que les partis arabes en Israël ont adoptées en cours de route. Parmi ces expressions, il y a une approbation par Hadash en 2016 de l’action et du pouvoir du président syrien Bashar Assad – même après que son horrible massacre de personnes innocentes était déjà connu du monde entier. En 2016, Hadash et Balad ont publié une condamnation des États du Golfe et de la Ligue arabe après avoir déclaré le Hezbollah organisation terroriste.

De toute évidence, la Liste commune a le droit de tenir des opinions indépendantes et de voter et de publier des annonces librement comme n’importe quel autre parti dans un système démocratique.

Mais il faut se demander quels sont les motifs de leurs positions? En réalité, l’accord avec les Émirats arabes unis a mis fin au plan d’annexion de certaines parties de la Cisjordanie – une mesure qui aurait pu nuire aux Palestiniens, que le parti prétend représenter – et a créé des opportunités sans précédent pour les citoyens arabes d’Israël, la circonscription actuelle de la liste commune.

Les Arabes, qui parlent la langue et comprennent la culture du Golfe de l’intérieur, seraient le groupe qui pourrait bénéficier le plus de cet accord, y compris à la tête des équipes qui établissent des liens économiques entre les deux pays.

Il semble que la Liste commune, ou du moins une partie de celle-ci, ait subi des changements majeurs au cours des dernières années. S’il parlait autrefois principalement de questions diplomatiques et du conflit israélo-palestinien, il se concentre désormais davantage sur les problèmes internes – comme la brutalité policière, la lutte contre le nouveau coronavirus et l’égalité civile pour les Arabes israéliens. Il a également prouvé qu’il pouvait recommander à un candidat pour former un gouvernement s’il remplissait ses conditions – une décision qu’il avait évitée pendant des années.

Peut-être que cette tendance au pragmatisme devrait également pénétrer les esprits jusque dans la sphère diplomatique.

On a dit une fois que les Arabes israéliens pourraient être un pont entre les Juifs et le reste du Moyen-Orient.

Nous ne pouvons qu’espérer voir ces changements le plus tôt possible.

Adaptation : Marc Brzustowski
Note : plusieurs points occultés dans cet exposé, dont : la permanence du point de vue religieux extrême, qui fait que l’implantation et la reconnaissance d’Israël, terre du peuple juif, isolat dans l’ensemble arabo-musulman reviendrait à reconnaître l’échec de la conquête sur le reste du monde, ou/et l’inféodation (dhimmisation) des autres peuples  » de la région : Druzes, Kurdes, Bédouins, Syriaques, etc. Le pas en avant du Golfe est la recherche de coopération et d’intégration d’Israël dans le paysage local et la lutte contre les radicaux chiites ou/et sunnites, Frères Musulmans (Golfe qui y voit l’un des ennemis à démanteler, à commencer par le Qatar, Hamas, Turquie, etc) et autres. 

1 COMMENTAIRE

  1. « On a dit une fois que les Arabes israéliens pourraient être un pont entre les Juifs et le reste du Moyen-Orient. »

    On a plutot la preuve qu’ils font tout pour séparer les autres Arabes d’Israel. Ils finiront dans les poubelles de l’histoire, comme bien d’autres.
    Sans intéret, passons à autre chose.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.