Sepp Blatter, le Président de la FIFA est inquiet du dangereux précédent que représenterait la demande de la Palestine de voter de suspendre Israël du Congrès annuel de l’instance dirigeante du football le 29 mai si elle était accpetée.

Blatter, qui se représente pour sa réélection au Congrès, a déclaré que le litige était «le plus grand défi » auquel il aura du faire face depuis le début de son mandat et a ajouté qu’Israël n’avait enfreint aucune statuts de la FIFA.

L’Association de football de la Palestine (PFA) a accusé Israël d’entraver ses activités en limitant le mouvement des joueurs entre la bande de Gaza et des territoires sous Autorité palestinienne. Israël invoque des problèmes de sécurité pour justifier ces restrictions qu’elle impose et le FA israélien a fait valoir qu’il n’a aucun contrôle sur les forces de sécurité.

La FIFA a tenté de négocier un règlement pour deux ans et Blatter a confirmé qu’il se rendrait dans la région la semaine prochaine afin de rencontrer le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et le président palestinien Mahmoud Abbas. Blatter a déclaré que si la proposition de la Palestine était approuvée, d’autres nations pourraient utiliser le football pour exprimer leurs griefs politiques. « Cela pourrait ouvrir les portes, et où irions-nous? Nous voulons être dans le sport et non pas dans la politique, nous pourrions créer un précédent très dangereux », at-il déclaré au siège de la FIFA. « Comme si dans un orchestre … à l’assemblée générale, vous pouviez dire que vous n’aimez pas le batteur. »

Mais Blatter a déclaré qu’il était optimiste et espérait trouver un compromis de la dernière chance. «Je suis plein d’espoir et positif, il pourrait y avoir une solution d’ici l’assemblé générale du Congrès, » at-il dit. « Je veux essayer de trouver une solution pour éviter de céder à un vote au Congrès de la FIFA et de devoir décider de la révocation ou de la suspension d’une fédération, ce n’est pas là un esprit sportif. » Il a ajouté: «La Palestine attend du gouvernement d’Israël un geste, surtout quand il s’agit du contrôle de la circulation des personnes aux postes de contrôle et en particulier lorsque les équipes étrangères viennent disputer un match. »

Blatter a déclaré qu’un autre grief des palestiniens concernait la taxe sur l’importation de matériel sportif. La Palestine aurait besoin du trois quarts des voix parmi les 209 associations nationales de la FIFA pour que sa motion soit adoptée. Une suspension signifierait qu’Israël, qui est affilié à l’UEFA, ne pourrait plus participer aux éliminatoires de l’Euro 2016 et ses clubs serait interdits de compétition européenne. «Je ne voudrais pas en arriver à un vote qui aurait pour conséquence la suspension d’Israël qui n’a rien fait contre les lois de la FIFA et nous devons faire comprendre qu’il n’y a aucune charge qui pèsent sur Israël qui n’a pas contrevenu aux lois de la FIFA. » «Quand la FIFA arrête le football, alors tout le monde est malheureux.

Pour suspendre une fédération, vous devez faire une enquête, vous ne pouvez pas dire « je veux. » «Ceci est mon défi numéro un, en fait, à partir de maintenant jusqu’à l’élection. C’est un problème très délicat. »

 

Jerusalem Post – traduction Jforum

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.