« Israël respecte le rôle actuel assuré par le Royaume hachémite de Jordanie dans la gestion des lieux de culte musulmans à Jérusalem », en vertu du traité de paix de 1994 entre la Jordanie et Israël.

Depuis, Israël fait en sorte de donner l’importance à la Jordanie lorsqu’il s’agit de prendre des décisions concernant l’administration des sites sur le Mont du Temple, car son intérêt est d’éviter à tout prix que les efforts des Palestiniens pour empiéter sur la souveraineté israélienne à Jérusalem en général, n’aboutisse. En fait, miner le rôle de la Jordanie sur le Mont du Temple, nuit non seulement au Royaume, mais aussi aux intérêts israéliens.

Le Royaume hachémite de Jordanie tire sa légitimité de deux sources. L’une est qu’il a été gardien des lieux sacrés de l’Islam à La Mecque et à Medina depuis le 10ème siècle. Après la guerre d’indépendance de 1948 et sa conquête de Jérusalem, le Royaume est devenu gardien des sites islamiques sur le Mont du Temple aussi. Deuxièmement, le roi Abdullah II est un descendant direct de la 41ème génération du Prophète Muhammad et de fait, il est considéré comme légitime par le peuple jordanien, qui respecte son monarque, même en cas de crise.

Les Palestiniens se sont généralement opposés à cette clause du traité de paix qui confère à Jordanie un rôle spécial. Ils espèrent qu’une présence palestinienne accrue sur les lieux saints pourrait servir de tremplin à l’établissement d’un Etat palestinien avec Jérusalem-Est comme capitale, même si cette zone a été  sous contrôle jordanien jusqu’à la Guerre des Six Jours de 1967.

Les Palestiniens ont travaillé sans relâche pour imposer leur souveraineté sur le Mont du Temple le plus rapidement possible. Par exemple, lorsque le Mufti jordanien Sulaiman Jaabari est mort en octobre 1994, le président de l’OLP, Yasser Arafat, a tenté de saisir cette opportunité pour subordonner le Waqf jordanien sur le Mont du Temple au Mufti palestinien Ekrima Sabri, tout en exigeant que les lieux saints soient confiés au contrôle palestinien. Israël a finalement déjoué cet effort.

Ainsi, l’activisme palestinien sur le Mont du Temple n’est pas seulement dirigé contre Israël, qui a un intérêt manifeste à maintenir ses liens avec la Jordanie. Mais veut saper le rôle et l’influence de la Jordanie. Israël devrait reconnaître le rôle historique de Jordanie sur le Mont du Temple et ne doit pas considérer cela comme une concession qui porte atteinte à sa souveraineté. Israël a fait le bon choix en tenant compte des intérêts jordaniens et en consultant la famille royale pour gérer la situation sur le Mont du Temple.

Coopérer avec la Jordanie et d’autres États arabes modérés sur le Mont du Temple pourrait renforcer la Jordanie et lui donner la légitimité pan-arabe pour faire valider les décisions prises pour gérer le site. En outre, renforcer le statut et le rôle de la Jordanie va contribuer à éroder le statut  et l’influence de l’Autorité palestinienne et des éléments islamiques radicaux opérant sur le Mont du Temple. Cela donnera également à Israël le soutien arabe qui lui faut pour combattre les Palestiniens et les Arabes israéliens sur cette question et veiller à ce qu’ils acceptent l’autorité d’Israël.

Le Dr Ronen Yitzhak est chef du Département des études du Moyen-Orient au Western Galilee College.

Israël Hayom

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.