Les relations déséquilibrées entre Israël et la Jordanie

En une semaine, deux rencontres se sont déroulées à haut niveau entre dirigeants israéliens et jordaniens. Il y a une semaine, le Premier ministre Naftali Benett s’est rendu à Amman pour une rencontre qui devait rester secrète avec le roi Abdallah II. Lors de cet entrevue, il a été question « d’ouvrir une nouvelle page dans les relations entre Israël et la Jordanie ». Cela faisait cinq ans que le roi de Jordanie n’avait pas rencontré de chef de gouvernement israélien. Les relations entre le roi de Jordanie et l’ancien Premier ministre Binyamin Netanyahou étaient tendues notamment en raison de la volonté permanente du royaume hachémite de se comporter en maître des lieux sur le Mont du Temple. Le roi Abdallah sent qu’il a maintenant face à lui un gouvernement israélien plus avenant envers ses exigences.

Par ailleurs, le ministre des Affaires étrangères Yaïr Lapid a rencontré son homologue jordanien Ayman al-Safadi sur le pont Allenby qui sépare les deux pays. Les deux hommes se sont entendus sur des questions de commerce et de fourniture d’eau. La Jordanie va augmenter ses exportations vers les populations arabes de Judée-Samarie et Israël de son côté va fournir 50 millions de m3 supplémentaires par an au royaume hachémite.

A l’issue de la rencontre, Yaïr Lapid a déclaré : « Le royaume de Jordanie est un voisin et un associé important de l’Etat d’Israël. Le ministère des Affaires étrangères poursuivra le dialogue avec les autorités jordaniennes afin de renforcer les relations entre les deux pays ».

Aucun message réciproque n’a été émis depuis Amman. Depuis la signature des accords de paix entre les deux pays, en 1994, les relations entre Israël et la Jordanie se déroulent dans un déséquilibre absolu, Israël aidant et soutenant ce royaume artificiel par divers moyens, y compris sur le plan sécuritaire, alors que la Jordanie est à la pointe des campagnes anti-israéliennes dans les forums internationaux et que les plus hauts responsables hachémites son coutumiers de déclarations anti-israéliennes virulentes, notamment sur la question de Jérusalem et du Mont du Temple.

Si les responsables israéliens répètent à l’envie que la Jordanie est un allié stratégique important d’Israël, pour les officiels jordaniens, Israël est toujours vu et décrit comme un ennemi.

Photo Wikipedia

2 Commentaires

  1. Les relations entre Israël et la Jordanie me font penser à celle entre un adulte responsable et un enfant colérique. L’adulte essayant toujours de canaliser et d’esquiver les excès de colère de l’enfant sans trop le brutaliser.
    Mais parfois une bonne fessée permettrait à l’enfant de se calmer.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.