Iran: un nouveau président, quel impact pour Israël

Un juge intransigeant remporte l’élection présidentielle iranienne malgré une faible participation

Ebrahim Raisi, un juge intransigeant sous sanctions américaines pour violations des droits humains, a remporté samedi une victoire écrasante à l’élection présidentielle iranienne après un concours marqué par l’apathie des électeurs face aux difficultés économiques et aux restrictions politiques. Avec quelque 90% des 28,6 millions de bulletins de vote comptés, le décompte de Raisi était de 17,8 millions, a déclaré le responsable du ministère de l’Intérieur Jamal Orfi, lui donnant une avance inattaquable. Le taux de participation à la course à quatre de vendredi était un record d’environ 48%. Nommé par le guide suprême, l’ayatollah Ali Khamenei, au poste de haut niveau de chef de la magistrature en 2019.

Debka

Israël doit se préparer à des plans d’attaque suite à la victoire de Raisi

La télévision israélienne rapporte que les responsables de la sécurité en Israël pensent que le président élu iranien Ebrahaim Raisi adoptera ce qu’il décrit comme les vues dures du guide suprême, l’ayatollah Ali Khamenei, sur la politique étrangère et nucléaire.

La Douzième chaîne dit que Raisi soutient un retour à l’accord de 2015 limitant son programme nucléaire en échange d’un allègement des sanctions, et l’estimation en Israël est qu’un accord avec les États-Unis pour rétablir l’accord ne sera signé qu’en août, lorsqu’il prendra ses fonctions. Pendant ce temps, l’Iran devrait augmenter ses réserves d’uranium enrichi, selon le rapport.

« Il n’y aura pas d’autre choix [à la lumière de l’élection de Raisi] que de re-préparer des plans pour attaquer le [programme] nucléaire iranien. Cela nécessitera des budgets et une réaffectation des ressources », selon des sources israéliennes de haut niveau non identifiées citées par la chaîne.

Le chef d’état-major des Forces de défense israéliennes, Aviv Kohavi , se rendra ce soir à Washington pour des entretiens avec l’administration Biden, dont l’Iran sera le sujet principal.

Amnesty appelle à enquêter sur le nouveau président iranien pour « crimes »

Iranian presidential candidate Ebrahim Raisi during the second televised debate ahead of the June 18 election, at the Iran State television studio, Tehran, June 8, 2021.
Morteza Fakhri Nezhad/YJC News Agency/AFPIranian presidential candidate Ebrahim Raisi during the second televised debate ahead of the June 18 election, at the Iran State television studio, Tehran, June 8, 2021.

L’ONG Amnesty International a dénoncé samedi l’élection à la présidence en Iran de l’ultraconservateur Ebrahim Raïssi, affirmant que ce dernier devrait faire l’objet d’une enquête pour « crimes contre l’humanité » et « répression brutale » des droits humains.

« Le fait qu’Ebrahim Raïssi ait accédé à la présidence au lieu de faire l’objet d’une enquête pour crimes contre l’humanité, meurtre, disparitions forcées et torture, est un rappel sinistre que l’impunité règne en maître en Iran », a accusé Amnesty dans un communiqué.

Video poster

L’organisation de défense des droits humains basée à Londres a accusé M. Raïssi d’avoir été membre d’une « Commission de la mort » à l’origine selon elle des disparitions forcées et des exécutions extrajudiciaires dans le secret de milliers d’opposants détenus lorsqu’il servait comme procureur adjoint du tribunal révolutionnaire de Téhéran en 1988.

Interrogé en 2018 et en 2020 sur ces exécutions, M. Raïssi a nié y avoir joué le moindre rôle, mais a rendu « hommage » à l' »ordre » donné selon lui par l’ayatollah Khomeiny, fondateur de la République islamique d’Iran, de procéder à cette épuration. Selon Amnesty, « le sort des victimes et le lieu où se trouvent les cadavres sont à ce jour systématiquement dissimulés par les autorités iraniennes, ce qui correspond (aussi) à des crimes contre l’humanité ».

M. Raïssi, a-t-elle encore accusé, a « présidé à une répression brutale des droits humains » durant son mandat de chef de l’Autorité judiciaire ces deux dernières années. La répression a touché des « centaines de dissidents pacifiques, des militants des droits humains et des membres de minorités persécutées qui ont été détenus de manière arbitraire », selon l’ONG. « (…) Il est également responsable de l’arrestation de milliers de manifestants et de centaines de disparitions forcées (…) après les manifestations de protestation de novembre 2019 » réprimées dans le sang, selon la même source.

Jforum avec Debka, www.i24news, infos-israel.news

1 COMMENTAIRE

  1. Maintenant qu’un assassin, auteur de crimes contre l’humanité, à qui le CPI ne demandera jamais des comptes, a été élu à la tête de l’Iran, attendons-nous à ce que l’ordure Obama agite Joe sa marionnette ventriloque, pour annoncer que les Etats-Unis vont signer prochainement, leur capitulation sans conditions, avec les barbus.
    Les sanctions économiques mises en place par le grand TRUMP qui ont ruiné l’économie des enturbannés vont être levées, et les milliards de dollars vont pleuvoir sur les enturbannés qui pourront reprendre le terroriste planétaire, et la déstabilisation de toute la région, surtout en Arabie Saoudite.
    Les capitulards européens et leurs potes, vont pouvoir enfin, reprendre leurs activités commerciales très juteuses : Peugeot, Siemens, Total et autres soiffards.
    La situation en Israël est propice à pareilles coups de poignards dans le dos : un gouvernement de traitres a été élu par pure haine de Bibi qui a gouverné Israël comme peu l’ont fait avant lui, il est parti parce que des pieds nickelés sans envergure, ont trouvé un moyen d’y parvenir, et se sont alliés avec un frère musulman !!!
    Comment sortir de ce piège à cons qu’il faut d’urgence mettre parterre et provoquer de nouvelles élections qui mettront définitivement à la poubelle, les Bennett et Shaked….

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.