Israël Annonce une Pause Humanitaire Quotidienne à Gaza : Réactions et Implications

Dimanche, l’armée israélienne a annoncé l’instauration d’une pause tactique quotidienne dans ses opérations militaires dans le sud de la bande de Gaza. Cette décision vise à faciliter l’acheminement de l’aide humanitaire en coordination avec l’ONU et d’autres organisations internationales. La trêve, en vigueur de 08h00 à 19h00 (05h00 à 16h00 GMT), concerne le corridor reliant le point de passage de Kerem Shalom à la route Salah al-Dine, s’étendant vers le nord.

Cette initiative survient alors que les efforts diplomatiques pour un cessez-le-feu durable entre Israël et le Hamas se heurtent à des divergences persistantes. Le ministre de la Sécurité nationale, Itamar Ben Gvir, a vivement critiqué cette décision, la qualifiant d’absurde et affirmant qu’elle n’avait pas été soumise au cabinet pour approbation. Selon lui, cette approche met en danger les forces israéliennes et renforce le Hamas.

Le ministre des Finances, Bezalel Smotrich, a également exprimé son désaccord, déclarant que cette pause humanitaire pourrait compromettre les gains militaires obtenus contre le Hamas. Il a souligné que l’aide humanitaire risque de consolider le pouvoir du groupe terroriste à Gaza, ce qui va à l’encontre des objectifs stratégiques d’Israël.

En dépit de ces critiques internes, l’ONU a salué cette initiative. Jens Laerke, porte-parole de l’agence onusienne pour les situations d’urgence (Ocha), a encouragé Israël à poursuivre ses efforts pour augmenter l’aide humanitaire. Cependant, il a souligné que cette pause ne s’était pas encore traduite par une augmentation tangible de l’aide sur le terrain.

La situation humanitaire à Gaza demeure désastreuse. Selon l’ONU, environ 75 % des 2,4 millions d’habitants de Gaza ont été déplacés par les combats. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) rapporte que plus de 8 000 enfants de moins de cinq ans souffrent de malnutrition aiguë.

Le contexte de cette annonce est marqué par une guerre acharnée entre Israël et le Hamas, déclenchée le 7 octobre par une attaque massive du groupe terroriste. Israël a réagi en lançant une campagne militaire visant à démanteler le Hamas, à libérer les otages pris lors de l’attaque et à restaurer la sécurité dans la région.

La pause humanitaire coïncide avec l’Aïd al-Adha, une période de fête pour les musulmans, ce qui pourrait être perçu comme un geste de bonne volonté dans la région du Golfe. Toutefois, cette initiative ne garantit pas un arrêt complet des hostilités, comme en témoignent les attaques continues du Hamas contre les forces israéliennes.

Les médias des Émirats arabes unis ont initialement interprété cette pause comme un cessez-le-feu, avant de la qualifier de trêve. Le Hamas, de son côté, a maintenu ses attaques, affirmant avoir piégé des forces israéliennes et lancé des obus de mortier.

En somme, cette pause tactique représente un effort significatif pour atténuer la crise humanitaire à Gaza. Toutefois, les critiques internes au sein du gouvernement israélien et la persistance des attaques du Hamas soulignent les défis complexes et les tensions persistantes dans la région.

Jforum.fr

La rédaction de JForum, retirera d'office tout commentaire antisémite, raciste, diffamatoire ou injurieux, ou qui contrevient à la morale juive.

S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires