Les communautés musulmane et juive se retrouveront régulièrement pour systématiser le dialogue religieux.

C’est ce que l’on peut lire dans la presse de ce matin, avec étonnement, alors que l’on s’attendrait à ce que l’islam de France fasse un travail de réforme en profondeur sur sa relation avec les Juifs, d’une manière générale avec les non musulmans, voire aussi avec les lois de la République.

Certes il y a des dossiers en commun à défendre comme l’abattage rituel, la circoncision ou d’autres, mais il y a surtout de grandes divergences liés à l’antisémitisme doctrinal qui alimente les tensions à l’encontre de juifs provenant d’une part non négligeable de la communauté musulmane de France ou d’ailleurs. Cela renvoie aussi à l’absence d’une vraie gouvernance au sein de l’Islam qui est loin d’être unifié pour le moins que l’on puisse dire.

WB: Ce matin, deux communautés se tendent la main via deux institutions : le CFCM et le Consistoire israélite de France. Ils vont travailler ensemble dans la durée.

LD: Ces deux institutions juives et musulmanes collaborent donc à un moment clef, un an après les attentats pour donner un exemple positif aux jeunes générations, leur montrer qu’une entente est possible. Les dirigeants des deux institutions partagent des racines communes : ils sont tous les deux nés à Meknès au Maroc à trois ans d’intervalle. Une première réunion s’est tenue il y a quelques jours à Paris, et les institutions se sont mis d’accord sur les thèmes à aborder : le djihadisme et la radicalisation entre autres. La priorité est d’accompagner les responsables musulmans qui dénoncent le djihadisme et tentent de dissuader les jeunes qui sont appelés vers cette dérive radicale. La formation des imams et des rabbins, ainsi que la lutte contre l’islamophobie et l’antisémitisme seront aussi abordées.

WB : Les deux institutions veulent aussi avancer sur la question de l’abattage rituel.

LD: Les deux religions sont contraintes à l’étourdissement avant l’abattage. Le CFCM est intéressé par l’expérience du judaïsme français qui tire une partie de ses revenus de la certification de l’aspect casher de la viande.

WB: Des commissions mixtes entre les deux  religions, comme à l’Assemblée entre deux partis politiques ? 

LD: Absolument, l’idée est de se réunir régulièrement et de publier des travaux communs. La véritable nouveauté est donc l’instauration d’un dialogue religieux sur le long terme, et non pas épisodique. La nouvelle dynamique n’est pas seulement le dialogue entre les deux dirigeants, mais inclus aussi les délégués élus de chaque bureau. Chaque personne représente une tendance, ce qui permet au débat d’être pluriel. La prochaine réunion aura lieu à la Grande Mosquée de Paris.

Une chronique réalisée par Laure Dautriche

Par

NDLR : après une petite enquête de JForum.fr, il s’avère que ce type d’initiative prise par monsieur Mergui est une des nombreuses gesticulations médiatiques un peu inutile avec un représentant du CFCM qui n’a aucune influence sur la base communautaire musulmane, plutôt dirigée par l’UOIF dont certains membres sont proches du Hamas…

On peut s’étonner que le dialogue religieux se fasse en l’absence du grand rabbin de France, et que cette initiative ne soit pas débattue en Conseil du Consistoire de Paris. Cela aurait au moins permis de dire que cette instance communautaire sert à quelque chose, bien que dans les faits, cela n’ait plus aucune utilité puisque les membres de ce conseil n’influencent aucune décision présidentielle tant M. Mergui se fiche de ce qu’ils pourraient dire. On peut donc comprendre l’absentéisme au sein de ce conseil, dont près de 5 membres ont fait leur aliyah.

Une fois de plus il serait bon de rappeler M. Mergui à ses vraies missions, c’est-à-dire entre autres à redonner une légitimité religieuse au Beith Din de Paris par la nomination d’un Av Beith Din (l’ancien Yérmiyahu COHEN ayant été poussé à partir voilà près de trois ans), à clarifier les problèmes sur sa gestion financière et comptable des deux institutions qu’il dirige, sans parler de la restauration de la démocratie au sein de ces dernières où tout est verrouillé au point qu’il n’y ait aucune alternative à M. Mergui, puisque comme Erdogan en Turquie, il a mis tous ses opposants hors du Conseil du Consistoire Central seul lieu de recrutement de candidature à la présidence.

Ainsi va la vie de la Communauté juive de France…Pire que l’antisémitisme, c’est la démocratie communautaire qui pourrait le plus nous désespérer.

 

6 Commentaires

  1. Mr Mergui fait partie du petit milieu qui ne représente personne d’autre que le CRIF; C’est juste un nO de cirque cette photo, comme d’habitude.

  2. Je pense cet article coupé des réalités et que MR Megui est dans une démarche réaliste justifiée et conforme à sa mission .
    L information suffisait merci le NDLR me paraît inutile faux et acerbe

  3. @ Monsieur MERGUI vous dialoguez avec des gens qui sont en adoration devant le Coran qui ordonne aux musulmans de tuer tous les Juifs ! êtes-vous conscient que vous mettez en danger la communauté juive ?

  4. Un dialogue religieux sur la base de quoi ?!

    On appelle cela discussion philosophique,
    puisque l’Islam ne peut être discuté du point de vue théologique !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.