Iran: Une avocate condamnée à la prison et au fouet

4
1316

Nasrin Sotoudeh après sa libération le 18 septembre 2013, à la suite de trois années d’emprisonnement à Téhéran en Iran. Behrouz Mehri, AFP

L’avocate iranienne Nasrin Sotoudeh, militante des droits de l’Homme dans son pays, a été condamnée à dix ans de prison et 148 coups de fouet, a annoncé son mari. En France, l’Assemblée nationale lui a rendu hommage mercredi.

Célèbre militante des droits humains, l’avocate iranienne Nasrin Sotoudeh, qui purge une peine de prison de cinq ans de prison en Iran, a été condamnée à dix années d’emprisonnement supplémentaires et 148 coups de fouet.

D’après l’époux de l’avocate, joint par France 24, ces peines sévères “visent à intimider les défenseurs des droits humains en Iran”.

Son cas a été mentionné mercredi par les députés français qui lui ont consacré une ovation à l’Assemblée nationale.

Le député LREM François Cormier-Bouligeon a lancé lors des questions au gouvernement “un cri de colère” au sujet du sort de cette avocate de 55 ans, lauréate du Prix Sakharov pour la liberté de l’esprit en 2012, dénonçant sa condamnation au terme d’un procès “inique”.

Des députés de tout bord se sont alors levés pour applaudir la militante.

Son mari, Reza Khandan, avait averti la presse de cette nouvelle sentence mardi. Il a précisé qu’elle avait écopé de ces dix années de prison pour “incitation à la débauche”.

Son épouse, a-t-il ajouté, est poursuivie pour sept chefs d’accusation pour un total de 33 années de prison, mais “seule la peine [d’emprisonnement] la plus longue s’applique”, en l’occurrence celle pour “incitation à la débauche”.

À cela s’ajoute, selon lui, une condamnation à 148 coups de fouet liée notamment au fait que Nasrin Sotoudeh s’était présentée au tribunal par le passé sans le voile islamique, obligatoire pour les femmes dans l’espace public en Iran.

Confusion autour des accusations portées contre Nasrin Sotoudeh

Mardi, Reza Khandan a indiqué que son épouse s’était vu notifier ces nouvelles condamnations en prison. Selon Mohammad Moghimi, l’un de ses avocats, Nasrin Sotoudeh a décidé de ne pas se faire représenter au tribunal, estimant que les conditions d'”un procès équitable” n’étaient pas réunies.

Il lui a été demandé de choisir son représentant parmi une liste d’avocats validés par les autorités, ce qu’elle a refusé de faire, a expliqué Reza Khandan à France 24.

L’affaire en cours inclut selon l’époux de l’avocate des poursuites pour “conspiration” et “propagande contre le système” politique de la République islamique, appartenance à une organisation de défense des droits humains interdite, participation à une campagne pour l’abolition progressive de la peine de mort en Iran ou encore “atteinte à l’ordre public”.

Lundi, l’agence de presse iranienne Isna avait cité un juge du tribunal révolutionnaire de Téhéran selon qui Nasrin Sotoudeh avait été condamnée à un total de sept années de prison pour conspiration contre le système et “pour avoir insulté le guide” suprême iranien.

Interrogé, Reza Khandan a déclaré ne pas savoir à quoi le juge faisait référence, son épouse n’étant pas, à sa connaissance, poursuivie pour insulte à l’ayatollah Ali Khamenei.

Paris prend la défense de Nasrin Sotoudeh

Récompensée en 2012 du Prix Sakharov décerné par le Parlement européen, Nasrin Sotoudeh a passé trois ans en prison (2010-2013) après avoir défendu des opposants arrêtés lors de manifestations en 2009.

Elle a aussi défendu plusieurs femmes arrêtées entre décembre 2017 et janvier 2018 pour avoir enlevé leur foulard en public afin de protester contre l’obligation faite aux femmes de porter le voile dans l’espace public.

Le rapporteur spécial de l’ONU sur la situation des droits humains en Iran, Javaid Rehman, a fait état mardi d’une “inquiétude grandissante” sur le fait que “l’espace civil pour les avocats et défenseurs des droits humains est en train d’être réduit”.

J’appelle le gouvernement à relâcher immédiatement tous les avocats emprisonnés pour avoir exercé leur métier de façon pacifique”, a-t-il dit à des journalistes à Genève.

L’ONG Amnesty International a qualifié quant à elle “d’injustice scandaleuse” la nouvelle condamnation de Nasrin Sotoudeh, que les autorités iraniennes “punissent pour son action en faveur des droits humains”.

En France, le porte-parole du Quai d’Orsay a rappelé dans un communiqué que Nasrin Sotoudeh avait été associée récemment par le président Emmanuel Macron “au Conseil consultatif pour l’égalité femmes-hommes du G7”.

Paris “réitère son attachement à la liberté d’opinion et d’expression et au droit de chacun à un procès équitable”, ajoute le texte, qui “appelle l’Iran à respecter ses engagements internationaux en la matière”.

France24.com

 

GENEVE (Reuters) – L’avocate iranienne Nasrin Sotoudeh, militante des droits de l’homme dans son pays, a été condamnée à 33 ans de prison et 148 coups de fouet, a annoncé son mari lundi sur sa page Facebook.

Reza Khandan ne précise pas les charges qui étaient retenues contre elle.

En décembre dernier, cité par l’agence officielle de presse IRNA, son avocat, Payam Derafshan, avait déclaré que Nasrin Sotoudeh était poursuivie pour divulgation d’informations dirigées contre l’Etat, insulte au Guide suprême de la révolution, l’ayatollah Ali Khamenei, et espionnage.

L’avocate, qui est en détention depuis juin dernier, avait déjà été condamnée en 2010 à une peine de six ans de prison pour propagande et atteinte à la sûreté de l’Etat.

Son cas avait soulevé l’indignation dans le monde entier en 2012, lorsqu’elle avait observé une grève de la faim de 50 jours pour dénoncer l’interdiction de voyager faite à sa fille. Elle avait été remise en liberté en septembre 2013, avant la visite du président Hassan Rohani à New York pour l’Assemblée générale de l’Onu.

L’an dernier, Nasrin Sotoudeh a défendu plusieurs femmes qui se sont montrées en public sans foulard, malgré l’obligation en vigueur depuis la révolution islamique de 1979, selon le Centre pour les droits de l’homme en Iran, dont le siège se trouve à New York.

(Babak Dehghanpisheh; Jean-Philippe Lefief et Henri-Pierre André pour le service français)

4 COMMENTS

  1. à quand une démocratie en France à visage humain qui n”appelle” pas mais
    tape sur la table qui tonne qui gueule dans tronche hideuse des mollah?
    il serait temps…..

  2. Voilà.
    La France dans toute sa splendeur,… sa laideur surtout. Elle dit non avec la tête, mais oui avec l’argent !
    N’était-ce justement le bon moment pour embarrasser ces infâmes négociations qui contournent les sanctions US pour les subordonner à la libération des avocats détenus pour des motifs indignes ?
    Mais non ! L’esprit munichois l’emporte, avec des profits honteux, au prix des pendus quotidiens de Téhéran…
    Alors, mesdames et messieurs les députés, cessez vos horribles déclarations gratuites qui n’ont d’autre but que glaner des voix, et restez dans vos postures vénales, et regardez-vous dans la glace. Quelle souvenir laisserez vous sur terre de votre passage misérable ?
    Shame on you, à jamais !

  3. Voilà une “cause” qui revêt l’empreinte de l’injustice et à part les médias qui traitent cela en mode “moyenne importance”, aucune envolée de la part de la FI, du PCF, du PS (moribond..), du NPA, de la LO, etc.. qui pourtant sont toujours à la recherche d’un martyre.
    Certains pensent qu’ils se font discrets pour ne pas faire de peine à certains de leurs sponsors ..

  4. Pour ceux qui auraient encore des doutes sur les totalitarismes, en particuliers islamikes. Survit-on à 138 coup de fouets ?
    Sadisme en plus…
    Aujourd’hui ouverture du procès en Allemagne de cet Irakien qui avait fait subir le même sort que Ori z’l à la petite Feldman, 14 ans…
    1 million de migrants entrés en europe par le pays teuton, grâce…à cause de “ange” Merkel.
    Les lois humaines concernent elles les non-humains ? Ou devrait-on les recycler pour nourriture animale à l’ equarrissage ?
    Le seul mérite à son avantage serait son “image” humaine.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.