Les Phylactères n’Étaient Pas Noirs il y a 2000 Ans : Révélations d’une Nouvelle Étude

Les téfilines, ces petits étuis en cuir renfermant des rouleaux de parchemin inscrits de versets bibliques, sont des objets de culte essentiels pour les Juifs pratiquants durant leurs prières matinales. Traditionnellement, la loi juive (halacha) stipule que ces étuis et leurs lanières doivent être noirs. Cependant, une récente étude menée par des chercheurs de l’Université Ariel de Samarie, de l’Autorité des Antiquités d’Israël (IAA), de l’Université d’Exeter au Royaume-Uni, et de l’Institut Weizmann des Sciences à Rehovot, a remis en question cette croyance séculaire.

Une Découverte Scientifique Inattendue
Des tests scientifiques approfondis sur des étuis de téfilines anciens trouvés dans le désert de Judée révèlent qu’aucune couleur n’avait été appliquée à ces objets, contrairement à la pratique halakhique actuelle qui impose la couleur noire. Ces résultats, publiés dans la prestigieuse revue PLOS ONE, bouleversent les idées reçues sur l’observance des téfilines à l’époque du Second Temple.

Une Collaboration Internationale
Dirigée par le professeur Yonatan Adler de l’Université d’Ariel, l’équipe de recherche comprenait également le Dr Ilit Cohen-Ofri et le Dr Yonah Maor de l’IAA, le Dr Theresa Emmerich Kamper de l’Université d’Exeter et le Dr Iddo Pinkas de l’Institut Weizmann. Les chercheurs ont étudié plusieurs étuis de téfilines en cuir découverts en 1949 dans une grotte près de Qumran, site célèbre pour les manuscrits de la mer Morte. D’autres étuis ont été trouvés dans des grottes situées à Wadi Murabba’at et à Nahal Se’elim, toutes dans le désert de Judée, datant de la fin de la période du Second Temple, il y a environ deux millénaires.

Techniques Avancées d’Analyse
Pour analyser ces artefacts, les chercheurs ont utilisé des techniques telles que l’imagerie multispectrale, la spectroscopie Raman, le FTIR-ATR et le SEM/EDX. Leurs analyses n’ont révélé aucune trace de colorants noirs sur les étuis de téfilines. Selon Maor, « la couleur sombre observée sur certains fragments est due au vieillissement naturel du cuir plutôt qu’à une teinture intentionnelle. »

Implications pour la Halacha
Les résultats suggèrent que la pratique de colorer les étuis de téfilines en noir est probablement une tradition développée ultérieurement. « Il est probable qu’au début, la couleur des téfilines n’avait aucune signification halakhique », explique Adler. Ce n’est que plus tard que les rabbins ont statué que les téfilines devaient être noires, et même après cela, des débats ont persisté pour déterminer si cette exigence était absolue ou simplement esthétique.

Une Réévaluation de la Tradition
Cette découverte illustre la dynamique et l’évolution de la loi juive. Contrairement à l’idée reçue selon laquelle la halacha est immuable, cette étude montre que les pratiques et les interprétations peuvent changer avec le temps. « À mon avis, c’est ce dynamisme qui rend la halakha si belle », conclut Adler.

Ces découvertes sont intéressantes, mais il serait également nécessaire de rechercher pourquoi la Halacha impose la couleur noire aux boîtiers et aux lanières des téfilines. Il faudrait déterminer si cette obligation provient d’une Michna ou d’une décision des Rabbanim.

Jforum.fr

La rédaction de JForum, retirera d'office tout commentaire antisémite, raciste, diffamatoire ou injurieux, ou qui contrevient à la morale juive.

S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

1 Commentaire
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Guidon

L’important c’est de les mettre. Leur couleur n’est qu’un détail.Qu’ils soient noirs ou autre, ce n’est pas l’important !