Le parti démocrate a accueilli Sherman Jackson, ce prédicateur afro-américain islamiste radical, dans le but de démontrer à tous que les progressistes contribuent à la promotion de diverses cultures étrangères.

Sherman Jackson défend le djihad et les punitions islamiques pré-modernes, et a lui-même été allié avec au moins deux groupes islamiques qui ont  collecté des millions de dollars pour le groupe terroriste Hamas.

Par exemple, lors d’une conférence en 2009, il a déclaré que l’Islam n’acceptera jamais l’homosexualité comme un droit légitime à la différence et il a notamment refusé de condamner la peine de mort pour les homosexuels, exigée par l’Islam orthodoxe.  » Redéfinir l’Islam, non, « dit Jackson, qui dit également s’appeler Abdul al-Hakim Jackson.

En vertu de la loi islamique orthodoxe, les personnes qui ont des rapports homosexuels doivent être tués soit en étant jetés du haut d’un bâtiment ou enterré vivants. Les acolytes de l’Etat islamique ont tué de nombreux Arabes homosexuels en les précipitant depuis de hauts bâtiments.

Pourtant, dans de nombreux pays musulmans, les responsables ferment les yeux sur l’homosexualité si elle est maintenue privée.

ISIS-executing-gay-man-Fallujah
Jackson a également été membre du Conseil Fiqh d’Amérique du Nord, qui suit la doctrine islamique orthodoxe, ou Fiqh, pour les musulmans sunnites aux États-Unis. En 2003, le président du Conseil a publié la politique du groupe concernant l’homosexualité, soutenant l’exclusion et la peine de mort;
« En vérité, la peine consiste ici à brûler les deux homosexuels ou à les lapider à mort parce qu’Allah le Très Haut a lapidé le peuple de Loth [Lot dans la Bible] après avoir détruit leur village

En bref, l’homosexualité (deux hommes ou deux femmes), est considérée comme une abomination et un crime.  En outre, le fait que certains groupes religieux, en raison de pressions, ont permis à leurs adeptes de se livrer à cette conduite ne peut justifier ces actions interdites. L‘Islam est sans équivoque à ce sujet, car il ne tolère aucun compromis dans quelque situation que ce soit.

Le président du conseil Fiqh, Taha Jabir Alalwani, est décédé début 2016.

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.