Shabbat Hayé Sarah met un coup de projecteur sur les habitants de Hevron et de Kiryat Arba, qui ouvrent avec joie leurs maisons aux nombreuses personnes qui viennent célébrer l’anniversaire de l’acquisition du Caveau des Patriarches.

LPH est allé à la rencontre de quelques-uns de ces amoureux de Hevron, qui n’échangeraient leur place pour rien au monde. Nous avons voulu savoir ce qui les a amener à choisir ce lieu de résidence, comment ils y vivent au quotidien et quelle passion les maintient dans cet endroit ô combien unique mais au cœur de disputes et de violences, hélas.

 

Yitzhak Marciano

Habitant de Kiryat Arba depuis 35 ans

 

Ne l’appelez par Yitzhak, mais  »Yitzhak de la Meara »! En effet, s’il vit à Kiryat Arba depuis 35 ans, il passe en réalité le plus clair de son temps à la Mearat Hamakhpela.

Nous lui demandons pourquoi il a choisi de venir s’installer à Kiryat Arba: « Pour rejoindre mes parents », nous dit-il. Et vos parents y étaient depuis longtemps? « Oui, depuis environ 3700 ans! ». Le ton est donné! Yitzhak ne conçoit pas de vivre éloigné de nos Pères et de nos Mères. Pour lui, c’est un  »mérite » de pouvoir être quotidiennement près d’eux.

»Ce choix de vie a été naturel », nous raconte-t-il,  »J’ai passé un Pessah à Kiryat Arba, j’ai eu l’occasion de m’y promener, de respirer l’air de Hevron et immédiatement, j’ai su que c’était mon endroit ».

Si Kiryat Arba est Hevron dans le texte biblique, Yitzhak l’a pris au mot. « Depuis 18 ans maintenant, je suis chez Papa et Maman tous les jours ». Il s’occupe d’une institution à la Meara: les Kollelim Nahalat Avraham ou Shmouel. « Nous avons des avrehim qui étudient chaque jour: je me préoccupe qu’ils ne manquent de rien. Je suis en charge des activités de cette institution mais aussi du minyan fixe de minha et arvit chaque jour ».

Et le personnage n’a pas fini de vous surprendre: lorsque le 7 juillet dernier, l’UNESCO adopte une résolution qui dénie le lien du peuple Juif avec la Meara, Yitzhak se réjouit… Etrange pour une personne si attachée à ce lieu? Il nous répond tout en douceur: « La semaine de cette décision, nous lisions la parachat Balak. La mise en perspective de cette décision avec la paracha nous livre un message extraordinaire. Le conseil de l’UNESCO compte 21 Etats membres. Dans cette paracha, Bilam construit 21 autels pour maudire Israël. Tout le monde sait qu’au lieu de malédictions, ce sont des bénédictions qui sont sorties de la bouche de Bilam, le prophète envoyé par Balak. Le message que j’y ai vu est que peu importe les décisions de l’UNESCO, à la fin, ce sont toujours des brahot qui nous sont envoyées! ».

 

Yitzhak veut aller encore plus loin dans son témoignage d’amour envers nos Pères et nos Mères:  »A l’occasion des 18 ans des Institutions de Nahalat Avraham ou Shmouel, je souhaite que tous les enfants d’Israël écrivent un Sefer Torah pour leurs parents à Hevron. Nous lancerons donc ce Shabbat Hayé Sarah, une campagne pour l’achat de lettres dans ce Sefer Torah par tous les Juifs ». Il veut ainsi répondre à ces Messieurs, Dames de l’UNESCO, mais aussi créer un lien permanent entre les parents et les enfants du Am Israël.

Pour aller plus loin: Facebook: hevron-mearat hamakhpela

Site internet : www.hevron-mearat-hamakhpela.org

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.