Golfe: l’Iran a tenté de détourner un robot naval américain

Une vue du navire de soutien Shahid Baziar de la marine du Corps des gardiens de la révolution islamique d'Iran et du navire de surface sans pilote Saildrone Explorer dans les eaux internationales du golfe Persique.

Une vue du navire de soutien Shahid Baziar de la marine du Corps des gardiens de la révolution islamique d’Iran et du navire de surface sans pilote Saildrone Explorer dans les eaux internationales du golfe Persique. US NAVY / REUTERS
La marine américaine a annoncé ce mardi soir avoir déjoué une tentative des Gardiens de la révolution iraniens de remorquer et de prendre le contrôle de son robot naval opérant dans le golfe Persique. L’événement inhabituel survient alors que les tensions dans la région montent en arrière-plan : les États-Unis et l’Iran se rapprochent en effet de la relance de l’accord nucléaire entre eux, mais en même temps, il semble que les tentatives des parties de se faire pression l’une sur l’autre augmentent, et Washington a clairement indiqué que les négociations n’empêcheront pas les États-Unis d’agir avec fermeté contre les provocations de la part de l’Iran ou de ses alliés.
L’incident dans le golfe Persique a eu lieu la nuit dernière selon l’annonce de la marine américaine à 11 heures du soir, dans les eaux internationales. Selon la Marine, un navire de soutien logistique des Gardiens de la révolution iraniens, nommé Shahid Baziar, a été remorqué à l’aide d’un câble par un robot marin nommé Saildrone Explorer. En réponse, la marine a envoyé un patrouilleur et un hélicoptère de combat, et ils ont appelé à plusieurs reprises les Iraniens à le libérer.

 

Un navire des gardiens de la révolution iraniens tente de remorquer un robot naval de la marine américaine dans le golfe Persique le 29 août

Le navire des Gardiens de la Révolution et le navire sans pilote remorqué derrière lui  ( Photo: Marine américaine )
Documentation publiée par la marine américaine sur la tentative de prise de contrôle iranienne. « C’est une action flagrante, nous continuerons d’être vigilants »
Selon la marine, le navire iranien a finalement coupé le câble et libéré le navire sans pilote, mais seulement après quatre heures complètes. Après cela, a-t-on rapporté, la flotte est revenue aux opérations de routine. L’US Navy a précisé que le robot est bien équipé de capteurs, radars et caméras à diverses fins de navigation et de collecte de données, mais a souligné qu’il s’agit d’une technologie disponible sur le marché commercial et qu’elle ne dispose d’aucun équipement sensible ou d’équipement qui contient des informations secrètes.
« Les actions navales des Gardiens de la révolution étaient flagrantes, injustifiées et incompatibles avec le comportement d’une force navale professionnelle », a déclaré le vice-amiral Brad Cooper, commandant du commandement central de la marine américaine. « Les forces de la marine américaine continueront d’être vigilantes et continueront de naviguer et d’opérer partout où le droit international le permet, afin de promouvoir un ordre international fondé sur des règles dans toute la région. »
Le golfe Persique et son étroite ouverture sur la mer d’Oman, le détroit d’Ormuz, sont des voies maritimes critiques par lesquelles transite un cinquième de l’approvisionnement mondial en pétrole. Depuis le retrait des États-Unis de l’accord nucléaire en 2018 , les tensions se sont accrues dans la région , et un certain nombre d’incidents ont été enregistrés au cours desquels divers navires marchands ont été endommagés, avec à plusieurs reprises le doigt pointé vers l’Iran. En arrière-plan étaient des rapports sur une « guerre navale secrète » qui se déroulait entre l’Iran et Israël.
Un navire des gardiens de la révolution iraniens tente de remorquer un robot naval de la marine américaine dans le golfe Persique le 29 août
Un navire des gardiens de la révolution iraniens tente de remorquer un robot naval de la marine américaine dans le golfe Persique le 29 aoûtLe navire iranien et le robot naval. « Il n’y a pas d’équipement sensible dessus » ( Photo: Marine américaine )

Ces derniers mois, aucun incident de ce type ne s’est produit dans le golfe Persique, dans l’ombre de la reprise des pourparlers sur le nucléaire l’an dernier entre l’administration démocrate de Washington et le régime de Téhéran, mais aujourd’hui les tensions refont surface : les négociations sur le renouvellement de l’accord sont estimés atteindre la dernière ligne, alors que dans le même temps les États-Unis craignent les tentatives iraniennes de saper leur position dans la région.
La preuve la plus claire de cela est venue des attaques de roquettes et de drones lancées le mois dernier par des milices pro-iraniennes en Syrie contre des bases des forces américaines dans le pays, et selon les estimations, cela pourrait être une vengeance pour les attaques israéliennes contre des cibles iraniennes là-bas. La semaine dernière, les États-Unis ont riposté par des bombardements contre les cibles de ces milices, et les échanges de tirs entre les parties se sont poursuivis pendant trois jours consécutifs. Le Pentagone a ensuite précisé que l’avancée des pourparlers nucléaires n’avait aucun effet sur la détermination des États-Unis pour protéger ses intérêts dans la région.

JForum avec infos-israel.news

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.