En France, les mairies ont été plutôt occupées cet été à légiférer sur le port du burkini. Aujourd’hui, la justice conforte les municipalités qui ont interdit ces maillots de bain intégraux. Pourtant, la conséquence de ces interdictions est une hausse des ventes de burkini. L’interview du créateur d’un site de vente en ligne de burkini, « Vetislam ».

«Dimanche, nous avons reçu 60 commandes en ligne, toutes provenant de non-musulmans», a ajouté la créatrice de Sydney, Aheda Zanetti. âgée de 48 ans, qui dit recevoir en temps normal 10 à 12 commandes le dimanche.

Elle s’est dite incapable de préciser le nombre de commandes au cours de la semaine écoulée, mais elle a affirmé avoir reçu de nombreux messages de soutien depuis la décision prise par plusieurs localités du littoral français d’interdire cette tenue sur les plages.

En milieu de semaine, le premier ministre Manuel Valls a apporté son soutien aux maires, majoritairement de droite, qui ont pris des arrêtés d’interdiction.

«Outil d’intégration»

Aheda Zanetti, qui est d’origine libanaise, explique avoir dessiné il y a plus de 10 ans à Sydney le burkini en le concevant comme un outil d’intégration permettant à des musulmanes pratiquantes de profiter pleinement des joies de la plage.

«De nombreuses personnes qui m’ont écrit étaient des femmes ayant eu un cancer du sein et m’expliquant qu’elles avaient toujours recherché quelque chose comme cela», a expliqué Mme Zanetti.

Il existe plusieurs fabricants de tenues de bain islamiques, mais Mme Zanetti a déposé les marques «burkini» et burqini« (contraction de burqa et bikini). Elle affirme avoir été la première à élaborer une tenue deux pièces couvrant intégralement la tête.

Le Matin.ch

Le communautarisme musulman est un bizness des plus juteux

En son temps, le bikini, « obscène » par nature, avait fait couler autant d’encre que de pollutions nocturnes adolescentes. Dans un semblable registre, le burkini fut donc le feuilleton de l’été, Marine Le Pen allant jusqu’à évoquer « l’âme de la France », opposant « plages de Vadim et de Bardot » et celles de « lugubres Belphégor »… Soit.

Dans le même temps, un fort joli dessin de Sergueï, dans Le Monde, où l’on voit deux mémères en string et seins nus, criant à « l’indécence » devant une nénette en… burkini. Comme quoi…

Comme quoi tout est relatif ; nos grands-mères, quand elles daignaient s’adonner aux bains de mers – luxe de riches –, ne laissaient que quelques centimètres de peau découverts. Idem pour leurs maris, sapés façon Brigades du Tigre à la manière Mr Bean. En attendant, c’est la fête du slip. Les féministes se bouffent entre elles ; les « autorités » musulmanes – ou ce qui en tient lieu – se déchirent. Après la bataille d’Hernani, celle du burkini.

Certains y voient le signe supplémentaire d’un islam de plus en plus intrusif. D’autres, la régression d’acquis féministes naguère conquis de haute lutte. Et certains, pour tout arranger, considèrent que le burkini en question serait trop moulant. C’est un point de vue : la fille bien gaulée sera encore plus bandulatoire qu’à l’accoutumée ; quant au tromblon, le vêtement susnommé la fera toujours plus ressembler à un étal de saucissons qu’à une Ursula Andress sortant des flots dans James Bond 007 contre Dr. No.

Mais, derrière la polémique de façade, un autre débat mériterait d’être posé : la marchandisation de l’islam. Car le communautarisme musulman est un bizness des plus juteux. Les ventes de burkinis explosent. À en croire le magazine Challenges, ses fabricants peinent à satisfaire la demande. De même, son confrère Capital consacrait récemment un volumineux dossier à la question, d’où il ressortait que le marché halal offrait des « opportunités les plus intéressantes du moment ».

D’où la balkanisation communautariste de nos supermarchés, avec rayons asiatiques, mexicains, juifs, portugais et – surtout – halal, à chaque coin de travée. Le tout orchestré dans un immense bazar faisant qu’un non-musulman peut manger halal à son insu, tandis qu’un musulman pensant manger halal consomme trop souvent un halal des plus approximatifs. Dans la foulée, produits de beauté halal, jouets halal et même… sex-shop halal, avec godemichets fabriqués à partir de jus d’hévéas tronçonnés en direction de La Mecque, on imagine. Gag : Paul Lamoitier, conseiller régional lepéniste du Nord-Pas-de-Calais, était, avant sa démission, en 2012, l’un des grossiums de la viande halal en France…

Dans cette affaire, au-delà des réactions hystériques de tels ou tels, féministes éberluées et complotistes voyant le Grand Remplacement jusque sous le tapis de leur salle de bains, une évidence s’impose : l’islam est devenu un marché comme les autres, tenu, tel qu’il se doit, par des aigrefins. Soit la progressive américanisation de l’islamisation de la France.

Dans cette affaire, les plus coupables sont encore nos musulmans qui, réduisant leur religion – magnifique hérésie chrétienne, soit dit en passant – à de simples interdits vestimentaires et à de banals codes vestimentaires, sont en train de parvenir à cet exploit consistant à chasser Dieu de leur propre religion. Remarquez qu’en la matière, ils ne sont pas exactement précurseurs : les protestants américains l’ont fait avant eux en mettant le même dieu sur leurs billets de banque et, en matière de puritanisme mercantile, Calvin fut bel et bien le premier des wahhabites, avec les funestes résultats qu’on sait.

Après, charge symbolique d’une pression migratoire des plus envahissantes mise à part, le burkini est à peu près aussi crétin que les scoubidous de notre enfance.

Journaliste, écrivain

Bld Voltaire


2 Commentaires

  1. Valls s’emporte !
    C ‘est donc aujourd’hui que le Conseil d’Etat se prononcera sur les arrétés pris, par une dizaine de villes frnçaises, pour interdire le Burknnii dans l’espace mpublic, comme les plages. En préambule, si l’on peut dire, Manuel Valls et Najat Belkacem, la ministre de l’éducation nationale, ont fait entendre leur différence. sur le sujet. Le Premier ministre s’est emporté en entendant sa ministre qualifier ces arrétés de »dérives « ..On verra ce qu’en pense le Conseil d’Etat.
    Pour mémoire, il faut expliquer d’où vient cette drôle de création du burkini. C’est a contraction de BURKA et de bikini. Et comme chacun sait, la Burka est interdite sur l’espace public, dans notre pays …
    Marc Guedj

  2. Drôle d’intégration !
    Sincèrement, je pense qu’il était inutile de faire de la pub supplémentaire à Mme Zinatti, la créatrice présumée du Burkini qui a le culot de justifier son action militante par  » le burkini est un outil d’intégrakion de la femme musulmane.. »
    Mme Zinatti aurait été plus utilé aux femmes musulmanes en menant un combat, auprès d’elles, pour imposer aux hommes concernés, l’autorisation à leurs malheureuses épouse de profiter des joies de la plage et de la mer comme tout l monde…
    Marc Guedj

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.