Un étrange silence «ni guerre, ni paix» est tombé sur le conflit Iran-États-Unis

Le président américain Donald Trump et l’ayatollah iranien Ali Khamenei semblent avoir déclaré une trêve dans leurs campagnes de diabolisation mutuelle à l’approche de l’élection présidentielle américaine. La rhétorique de sang et de tonnerre qui a marqué ces dernières années est retombées dans un silence maussade. Téhéran attend avec impatience le vainqueur. Trump est entièrement préoccupé de prouver qu’il peut battre sans masque un ennemi plus personnel : le coronavirus ; Khamenei pèse le pour et le contre l’intérêt d’un Trump réélu contre le démocrate Joe Biden, vice-président de Barack Obama, parvenant à  la Maison Blanche. Les deux candidats à la présidentielle ont déclaré qu’ils rouvriraient les négociations avec la République islamique. Trump a promis que l’Iran sortirait de ces discussions en devenant «un pays riche»: le programme Biden reste une inconnue.

Les sources diplomatiques de DEBKAfile rapportent que des pourparlers sous la table sont tranquillement en cours entre Washington et Téhéran avec l’aide de divers médiateurs. Les deux administrations doivent donc avoir une idée des intentions de l’autre.

L’administration Trump n’a pas caché ses objectifs: la renégociation de l’accord nucléaire de 2015 avec les puissances mondiales, que Trump a abandonnée; faire en sorte que l’Iran n’acquière jamais une arme nucléaire, abandonne son programme avancé de missiles balistiques et abandonne ses «opérations malveillantes» au Moyen-Orient.

Khamenei, l’un des rares dirigeants absolus au monde, doit décider s’il faut insister pour régler des affaires inachevées avec l’administration Trump ou se tourner vers l’avenir. Les dirigeants iraniens ont juré de venger l’élimination de leur stratège emblématique, le général en chef d’Al Qods Qassem Soleimani, l’année dernière par un drone américain, une série d’attaques de sabotage sur ses installations nucléaires, culminant en juillet dernier avec la destruction d’une usine de centrifugation avancée à Natanz et les sanctions américaines paralysantes qui ont réduit le pays à la misère.

Cette vengeance n’a pas eu lieu. L’Iran est curieusement calme sur ces règlements de compte. C’est peut-être parce que, à 81 ans et longtemps malade, l’œil de Khamenei est fixé sur son héritage en tant que gardien de la révolution islamique chiite, contre la menace existentielle posée par le «Grand Satan» sur le champ de bataille idéologique plutôt que militaire. Il voit les valeurs démocratiques occidentales, la culture moderne des droits de l’homme, les libertés civiles et l’égalité des sexes comme les armes les plus dévastatrices que l’Occident détient contre le monde musulman et les idéaux révolutionnaires islamiques de l’Iran – d’où une menace directe pour son régime. Préserver le régime islamique et son orientation fondamentale est la principale préoccupation de Khamenei. À son avis. Les sanctions américaines sur les violations des droits de l’homme font partie du plan américain de changement de régime, dans lequel l’État juif joue un rôle de premier plan.

À tel point que dans les futures négociations avec les États-Unis, Khamenei préférerait limiter l’ordre du jour aux questions des programmes nucléaires et missiles, tout en excluant fermement les droits de l’homme et les questions démocratiques – comme le fait Washington dans ses relations avec les pays arabes et musulmans. L’agression régionale, conformément au commandement «d’exporter la révolution», sera néanmoins un point de friction si et quand les négociations sont lancées. Pendant ce temps, en attendant de voir qui viendra en tête le 3 novembre, les dirigeants iraniens ont adopté une stratégie de «ni guerre, ni paix».

Adaptation : Marc Brzustowski

A strange “no war, no peace” silence has fallen on the Iran-US contest

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.