Le “moi président” de Donald Trump en faveur d’Israël©

0
353
Le plan de 16 points, publié ce mercredi par David Friedman et Jason Dov Greenblatt, est fidèle aux promesses faites par le candidat Trump. Dans certains cas, il va au-delà des promesses…

« Le plan refuse de reconnaître la création d’un Etat Palestinien »

Si Donald Trump est élu président des Etats-Unis, il s’engage à user de son veto aux Nations-Unies pour toute déclaration coercitive qui s’attaquerait injustement à Israël. Il promet de couper les fonds aux ONGs des Droits de l’Homme qui travaillent pour l’ONU. De faire pression sur le Département de Justice américain pour qu’il ouvre une enquête sur les campus universitaires américains qui intimident les étudiants qui soutiennent Israël.

Les conseillers de Trump recommandent à ce dernier de s’opposer à la création de l’Etat Palestinien qui interdit la présence de Chrétiens et de Juifs sur son territoire en optant pour une politique de discrimination contre des personnes sur la base de la religion. Ils promettent également de ne pas faire  pression sur Israël pour que revenir aux des lignes d’armistices de 67 « qui rendrait les attaques et les conflits plus fréquents ».
« Les conseillers évoquent un lien inébranlable entre les Etats-Unis et Israël »
En outre, avant même toute négociations entre les deux parties, les conseillers promettent que les Etats-Unis reconnaîtront Jérusalem en tant que capitale éternelle et indivisible de l’Etat juif et qu’ils transféreront l’ambassade américaine d’Israël dans la ville de Jérusalem.

Dans le document, les conseillers de Donald Trump évoquent que le « lien inébranlable entre les Etats-Unis et Israël est basé sur des valeurs partagées, la liberté d’expression, le respect des minorités, l’importance de la vie et s’engagent à accorder à tous les citoyens la chance de poursuivre leurs rêves ».

« Un plan approuvé par Donald Trump »


Les conseillers de Trump ont écrit : « Israël est l’Etat du peuple juif qui a vécu sur cette terre pendant 3 500 ans. L’Etat d’Israël a été fondé grâce au courage et la détermination de grands hommes et de  femmes de valeur et doit inspirer tous ceux qui valorisent la liberté et la dignité humaine de par le monde ».
David Friedman et Dov Greenblatt affirment que Donald Trump a approuvé ce plan, : « chacune de ces positions a été discutée avec Donald Trump et avec l’équipe de campagne de Trump et beaucoup de ces positions ont été défendues, d’une manière ou d’une autre, par Donald Trump lui-même, lors d’interviews, dans des discours ou dans des publications sur les réseaux sociaux ».

Voici le plan en 16 points :

1 – Le lien indissoluble entre les Etats-Unis et Israël est fondée sur des valeurs démocratiques la liberté d’expression, le respect des minorités, chérissant la vie, et offrant à tous les citoyens la possibilité de poursuivre leurs rêves.

2 – Israël est l’Etat du peuple juif, qui a vécu sur ces terres depuis plus de 3.500 ans. L’Etat d’Israël a été fondé grâce au courage et la détermination de grands hommes et de  femmes de valeur et doit inspirer tous ceux qui valorisent la liberté et la dignité humaine de par le monde ».

3 – Israël est un allié fidèle des Etats-Unis et un partenaire clé dans la guerre mondiale contre le djihadisme islamique. La coopération militaire et la coordination entre Israël et les Etats-Unis doivent continuer de se développer.

4 – Les Américains apprécient leur étroite amitié et leur alliance avec Israël, sur le plan culturel, religieux et politique. Alors que d’autres nations ont exigé des troupes américaines pour leur défense, les Israéliens ont toujours défendu leur propre pays eux-mêmes et n’ont demandé de l’aide qu’en équipement militaire et un soutien diplomatique. Les États-Unis n’ont pas besoin d’aider à la construction d’Israël, ni besoin d’envoyer des troupes pour défendre Israël.

5 – Le protocole d’accord signé par les gouvernements américains et israéliens serait une première étape, mais il y aurait beaucoup plus à faire. Une administration Trump veillerait à ce qu’Israël reçoive une aide maximale sur les plans militaire, stratégique ainsi que la coopération tactique des États-Unis. En outre, le Congrès ne se limitera pas à apporter un soutien supérieur à celui prévu initialement. Israël et les Etats-Unis ont tous deux à tirer profit de leur relation bilatérale.

6 – Les États-Unis opposeront leur veto à tout vote des Nations Unies qui condamneraient injustement Israël et soutiendront l’état hébreu dans les institutions et les forums internationaux, y compris dans les relations avec l’Union européenne, pour s’opposer aux efforts visant à délégitimer Israël, en imposant des normes discriminatoires contre Israël, ou en imposant un étiquetage des produits israéliens ou le boycotts des produits israéliens.

7 – Les États-Unis s’emploieront à cesser leur financement au Conseil des droits de l’homme, une organisation dominée par les pays actuellement dirigés par des dictatures qui semblent uniquement consacrées à calomnier l’Etat juif. La tentative de l’UNESCO de déconnecter l’Etat d’Israël de Jérusalem est une tentative unilatérale d’ignorer 3.000 ans d’histoire d’Israël avec sa capitale, qui prouve une fois de plus, l’énorme parti pris anti-Israël des Nations Unies.

8 – Les États-Unis devraient considérer le mouvement BDS contre Israël comme intrinsèquement antisémite et prendre des mesures fortes, à la fois diplomatiques et législatives, pour contrecarrer les actions de ce mouvement, qui visent à nuire aux relations commerciales avec Israël, en stigmatisant des personnes ou entités faisant des affaires dans les zones israéliennes. Le mouvement BDS n’est qu’une nouvelle tentative des Palestiniens pour éviter d’avoir à s’engager en vue d’une co-existence pacifique avec Israël. La notion fausse qu’Israël serait un occupant doit être rejetée.

9 – L’administration de Trump va demander au ministère de la Justice d’enquêter sur les tentatives coordonnées sur les campus universitaires qui visent à intimider les étudiants qui soutiennent Israël.

10 – Une solution à deux Etats entre Israël et les Palestiniens est impossible tant que les Palestiniens ne sont pas prêts à renoncer à la violence contre Israël ou à reconnaître le droit d’Israël à exister en tant qu’Etat juif. En outre, les Palestiniens sont divisés entre l’Autorité palestinienne en Cisjordanie et le Hamas à Gaza qui nuit à l’unité d’un peuple palestinien capable de gérer un état. Le Hamas est une organisation terroriste dénoncée par les Etats Unis, qui cherche activement la destruction d’Israël. Nous chercherons à aider les Israéliens et les Palestiniens à parvenir à une paix globale et durable, librement et équitablement négociée entre les acteurs régionaux.

11 – La direction palestinienne, y compris l’Autorité palestinienne, a miné toute chance de paix avec Israël en basant les programmes d’éducation de générations d’enfants palestiniens sur la haine d’Israël et des Juifs. Que ce soit à la télévision, dans la presse, les médias de divertissement, et les discours politiques et religieux, les deux principaux partis politiques palestiniens – le Hamas et le Fatah – font la promotion de l’antisémitisme et du djihad, qui imprègne toute la société israélienne.

12 – Les États-Unis ne peuvent soutenir la création d’un nouvel état où le terrorisme est soutenu financièrement, les terroristes fêtés comme des héros par les partis politiques et les institutions gouvernementales, et où les détournements de fonds de l’aide étrangère et la corruption sont endémiques. Les États-Unis ne devraient pas soutenir la création d’un Etat qui interdit la présence de citoyens chrétiens ou juifs sur son sol, et qui pratiquerait une politique discriminatoire basée sur la religion.

13 – Les USA devraient soutenir les négociations directes entre Israël et les Palestiniens sans conditions préalables, et s’opposer à tous les efforts palestiniens, européens et autres de se soustraire à des négociations directes entre les parties et de promouvoir un règlement unilatéral non négocié. Les solutions imposées à Israël par des tiers, y compris par le Conseil de sécurité des Nations Unies, devraient être combattues. Nous soutenons le droit et le devoir d’Israël à se défendre contre des attaques terroristes contre sa population et voulons combattre toute formes de guerres qu’elles soient juridiques, économiques, culturelles et autres, menées contre l’état hébreu.

14 – Israël a le droit d’avoir des frontières défendables qui préservent la paix et la stabilité régionale. La pression ne doit pas être exercée pour qu’Israël se retire de territoires sur des frontières non défendables qui faciliteraient les attaques terroristes et les conflits.

15 – Les États-Unis reconnaissent Jérusalem comme capitale éternelle et indivisible de l’Etat juif et l’administration de M. Trump déplacera l’ambassade américaine à Jérusalem.

16 – Malgré l’accord nucléaire avec l’Iran  en 2015, le Département d’Etat américain a récemment désigné l’Iran, une fois de plus, comme principal Etat parrainant le terrorisme, au Moyen-Orient en particulier, mais aussi dans le monde entier. L’Iran finance, arme et entraîne des groupes terroristes opérationnels partout dans le monde, dont le Hamas, le Hezbollah et les forces loyales au président syrien Bachar al-Assad. Les Etats-Unis doivent lutter contre les violations récurrentes de cet accord, commises par l’Iran, et envisager de nouvelles sanctions si besoin, afin de protéger le monde et les voisins de l’Iran, de sa course à l’armement nucléaire, et des menaces que représentent également son armement non nucléaires.

Toutefois, ce 16 points n’envisagent pas de faire capoter l’accord nucléaire signé entre l’Iran et les puissances occidentales.

Adam Eliyahu Berkowitz – Breaking Israël News –

Medium corporation – Jason D. Greenblatt

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.