Grâce aux pressions américaines décrétées par Trump, le régime iranien est aux abois. La société iranienne va-t-elle exploser ? Oui. Mais quand, est la seule question qui vaille. Le contre-pouvoir semble être en place. Il aura des alliés surtout à la 25e heure. Mais déjà un processus contre-révolutionnaire est en place. On lui attribue des attentats contre des sites stratégiques. Une gouvernance est en place à l’étranger. Le nœud gordien est l’armée, avec les gardiens de la révolution. Mais comme dans tout système dictatorial, il suffit d’entrevoir la chute du régime, pour que les gardiens quittent le navire, pour se noyer dans la foule des contestataires. De la même manière que ce régime s’est mis en place, de la même manière il sera défait.
La foule gronde, et l’Occident devrait être à son écoute.

 

De multiples manifestations en Iran par des gens ordinaires exigeant des besoins fondamentaux.

Plus d’une douzaine de manifestations ont eu lieu samedi en Iran, tandis que certaines personnes réclamaient de l’eau en raison des pénuries, d’autres condamnaient la mauvaise gestion du gouvernement et d’autres encore demandaient des informations sur leurs proches arrêtés par les forces de sécurité.

La plupart des manifestations ont eu lieu dans la province du Khuzestan, riche en pétrole, où la pénurie d’eau cette année a obligé les habitants à faire venir de l’eau par camions-citernes, les agriculteurs ont perdu leur part d’eau d’irrigation et une réserve naturelle s’est asséchée, avec la mort de poissons et d’animaux.

Des boulangers de Qazvin, dans le nord de l’Iran, se sont rassemblés devant le bureau du gouverneur pour protester contre les bas prix du pain qu’ils sont obligés d’accepter alors que toutes leurs dépenses ont augmenté.

Le gouvernement iranien est confronté à de multiples crises en plus de la pénurie d’eau. De longues pannes d’électricité ont obligé les habitants des grandes villes à lutter pour faire des affaires et rester au frais lors des températures estivales montantes. Le réseau électrique est mal entretenu pour faire face à une demande croissante.

Les travailleurs contractuels des industries pétrolières et pétrochimiques sont en grève depuis trois semaines, d’autres se joignent à eux pour exiger leurs salaires impayés ou des augmentations de salaire pour faire face à une inflation élevée. Les prix des denrées alimentaires ont augmenté de plus de 70 pour cent cette année.

De nombreuses autres petites manifestations locales ont également eu lieu dans diverses régions du pays par des gens ordinaires avec des griefs ordinaires, mais tous en colère contre ce qu’ils disent être une mauvaise gestion du gouvernement.

Un groupe de défenseurs des droits humains et de familles de prisonniers politiques s’est également réuni à Karaj, à l’ouest de Téhéran, pour exiger des informations sur les prisonniers politiques détenus sans recours à une procédure régulière.

Le prince iranien en exil lance un appel à la solidarité des Juifs américains

Le prince iranien en exil Reza Pahlavi, lors d’une réunion et de discussions avec 50 organisations juives américaines le 8 juillet, a demandé que davantage de pressions soient exercées sur la République islamique et un soutien aux manifestations du peuple iranien.

La Conférence des présidents des principales organisations juives américaines avait invité le prince en exil à s’adresser à leur réunion, alors que les inquiétudes grandissent aux États-Unis et en Israël concernant l’intention déclarée du président Joe Biden de revenir à l’accord nucléaire de 2015 avec l’Iran et de lever les sanctions.

La présence officiellement annoncée du prince à la réunion et la divulgation de son objectif constituent un développement sans précédent dans l’histoire des forces d’opposition iraniennes qui tentent de changer la forme de gouvernement dans leur pays. Le père du prince Reza Pahlavi, Mohammad Reza Pahlavi, qui était un proche allié occidental pendant la guerre froide, a été renversé en 1979 par une révolution menée par des religieux et des forces de gauche, qui a mis fin aux 2 500 ans de monarchie iranienne.

Une source bien informée a déclaré à Iran International : « Le prince Reza Pahlavi a demandé à tous les groupes présents d’user de leur influence à Washington pour continuer à faire pression sur la République islamique et à montrer un soutien maximal au peuple iranien.

La République islamique est un ennemi juré d’Israël et ses hauts responsables ont appelé à la destruction de l’État juif dans le passé. Téhéran a aidé à créer le Hezbollah libanais et a soutenu de nombreux autres groupes d’opposition militante à Israël. Dans ce contexte, la volonté de Pahlavi de demander ouvertement le soutien de groupes juifs est un défi direct à l’idéologie fondamentale de la République islamique.

Le prince Pahlavi, selon la source, a appelé à un soutien international aux travailleurs iraniens en grève, y compris une aide financière.

La grève de milliers de travailleurs, principalement dans les secteurs pétrolier et pétrochimique, dure depuis deux semaines, mais la sensibilisation internationale générale est faible et les grands groupes de travailleurs occidentaux n’ont lancé aucune action de solidarité avec les travailleurs iraniens qui risquent d’être persécutés et arrêtés. .

Les forces de sécurité de la République islamique ont tué jusqu’à 1 500 personnes venues protester contre la hausse soudaine des prix de l’essence en novembre 2019 et ont également arrêté plus de 8 000. De nombreux militants syndicaux ont été emprisonnés et certains torturés depuis 2017.

Le prince Pahlavi a évoqué les liens historiques entre Iraniens et Juifs, remontant à 500 avant JC et la libération des Juifs captifs de Babylone par le roi perse Cyrus le Grand. Il a déclaré qu’un Iran libre peut à nouveau établir des relations amicales avec Israël et d’autres nations du Moyen-Orient.

L’invitation adressée au prince en exil à prendre la parole lors de la conférence l’a qualifié de leader et de défenseur des principes de liberté et de démocratie et de personne qui veut provoquer un changement de gouvernement en Iran par la désobéissance civile pacifique et la formation d’un nouveau gouvernement basé sur un référendum.

Un groupe de plus de 30 militants iraniens bien connus a également envoyé jeudi une lettre au Premier ministre israélien Naftali Bennett, lui demandant de continuer à faire pression sur la République islamique.

Reza Pahlavi a toujours dit qu’il s’en remettrait à la décision de la nation dans le choix de sa prochaine forme de gouvernement et qu’il assistera le processus en tant qu’Iranien concerné.

JForum – Iran International

6 Commentaires

  1. Le régime des Mollah tient par la peur comme la moitié des régimes politiques dans le monde. Enlevez la peur qui leur colle à la peau, et les Iraniens feront tomber le régime. Mais attention, le régime sera violent et tentera de recréer l’atmosphère de peur qui lui a permis de rester au pouvoir. Donc, il y aura un prix humain à supporter. J’ignore parce que nos médias le veulent et, de plus, se consacrent aussi au covid, comment les Etats-Unis de Biden se comportent envers l’Iran. Que savons-nous des divers soutiens qu’apporte Poutine à Téhéran ? Pour l’atmosphère dans le pays, que fait le régime avec ou contre son champion de Judo qui fut invité par le champion israélien ? Que savent les Iraniens des Israéliens qui perpétuent cette tradition juive d’être proche des Perses depuis Syrus le grand que les Juifs continuent de remercier ? Peut-être qu’une aggravation de la pandémie du Covid 19 en Iran permettra à Israël de se montrer très utile sur le plan médical et de renouer de petits liens avec le peuple juif… et indirectement avec ce qu’on appelle le monde occidental.

  2. Ce n’est pas simple. Selon ce que l’on peut lire au sujet de la situation politique en Iran, les villes seraient hostiles aux mollahs, y compris le bazar qui fut pourtant l’un des éléments qui firent chuter la monarchie. Par contre, les campagnes, conservatrices et bénéficiaires de l’arrivée de la république islamique, seraient favorables au régime. Mais les pénuries de tous ordres sapent l’audience des mollahs jusque dans leurs fiefs.

    Wait and see

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.