En pleine guerre à Gaza, le gouvernement palestinien remet sa démission

Le gouvernement de l’Autorité palestinienne a officiellement présenté sa démission au président Mahmoud Abbas, marquant ainsi un tournant dans le paysage politique palestinien alors que des discussions intenses se déroulent en coulisses pour réformer le leadership après les récents événements dans la bande de Gaza.

Mohammed Shtayyeh, qui occupait le poste de Premier ministre depuis le printemps 2019, a annoncé solennellement sa démission à Ramallah, affirmant que cette décision était motivée par la situation de guerre en cours entre Israël et le Hamas dans la bande de Gaza.

Les critiques se sont multipliées ces derniers mois à l’encontre du président Mahmoud Abbas, en fonction depuis 2005 et âgé de 88 ans, accusé d’impuissance face aux attaques israéliennes à Gaza.

Dans un contexte de nouvelles réalités sur le terrain, Mohammed Shtayyeh a souligné la nécessité de mesures politiques et gouvernementales audacieuses, ainsi que d’un consensus national pour répondre aux défis actuels. Depuis les affrontements de 2007, le leadership palestinien est divisé entre l’Autorité palestinienne en Cisjordanie et le Hamas à Gaza.

Certains analystes considèrent la démission du gouvernement Shtayyeh comme un geste de bonne volonté envers Mahmoud Abbas, montrant ainsi la volonté de l’Autorité palestinienne de s’engager dans des réformes nécessaires à l’après-guerre à Gaza. Des acteurs régionaux et internationaux plaident également pour une réforme de l’Autorité palestinienne en vue de la création d’un État palestinien indépendant englobant la Cisjordanie et Gaza.

La réunion prochaine des factions palestiniennes à Moscou et les appels en faveur d’une réforme de l’Autorité palestinienne sont des signes de changement dans la région. Cependant, des défis subsistent, notamment la composition d’un gouvernement technocratique et le partage des responsabilités avec le Hamas à Gaza.

Dans un entretien la semaine dernière avec l’AFP, l’opposant Nasser al-Kidwa, neveu du défunt Yasser Arafat, avait appelé à un « divorce à l’amiable » avec Mahmoud Abbas et à une nouvelle unité du leadership politique palestinien, incluant certains membres du Hamas.

Pour certains observateurs, la démission du gouvernement Shtayyeh ne représente qu’une stratégie superficielle de Mahmoud Abbas pour donner l’impression de volonté de changement. Ils soulignent que le véritable enjeu réside dans la concentration excessive du pouvoir entre les mains du président Abbas, qui dirige de manière autoritaire.

Jforum.fr

La rédaction de JForum, retirera d'office tout commentaire antisémite, raciste, diffamatoire ou injurieux, ou qui contrevient à la morale juive.

S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

1 Commentaire
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Alain

Taqquiah