Grand, mince, une fine moustache blanche, le docteur Waleed Kattan affiche une prestance assez british. Cet ophtalmologiste de 66 ans, formé en Autriche et enGrande-Bretagne, dirige depuis quelques années une clinique à Erbil, capitale du Kurdistan irakien. Il a fui Bagdad après deux tentatives d’assassinat. À l’époque deSaddam Hussein, cet orthodoxe était le chrétien le plus gradé de l’armée irakienne.  À la tête du grand hôpital militaire de Bagdad, Waleed Kattan a examiné les yeux et prescrit des lunettes à la plupart des officiers supérieurs. « Je côtoyais la crème du parti Baas, qui dirigeait alors le pays. Même si j’étais chrétien, j’entretenais avec eux une vraie solidarité. C’étaient des frères d’armes. Nous étions des laïques. Pourtant, beaucoup d’entre eux sont devenus les cadres de l’armée de Daesh », constate l’ancien général.

Le Point.fr : Un chrétien pouvait donc devenir général du temps de Saddam Hussein…

Waleed Kattan : Je n’ai jamais aimé Saddam Hussein. Mais il était issu du parti Baas, un parti laïque, fondé par un Syrien chrétien, Michel Aflak, en 1947 à Damas. À l’époque de Saddam Hussein, l’Irak comptait 1,5 million de chrétiens. Combien en reste-t-il aujourd’hui ? 200 000 ? 300 000 ? La plupart vivent aujourd’hui dans la région autonome du Kurdistan. Musulmans sunnites et chiites, chrétiens, et même yazidis, nous étions des Irakiens. Et les chiites irakiens se sont battus avec autant de détermination que les autres durant la guerre contre l’Iran.

L’ouvrage du journaliste américain Michael Weiss, auteur de État islamique. Au coeur de l’armée de la terreur, révèle que Abou Ali al-Anbari, qui dirige Amniyat, les services de sécurité de Daesh, est un ancien agent des renseignements du régime de Saddam. Comment des laïques ont-ils pu rejoindre les pires des islamistes ?

Le régime irakien n’a été laïque que jusqu’à la première guerre du Golfe. Saddam Hussein a ensuite pris un virage islamiste très marqué. Un virage, qui, je pense, a échappé aux Occidentaux. En mettant en avant la religiosité de l’État, il cherchait sans doute à détourner les critiques liées à l’effondrement de notre économie provoqué par les sanctions économiques. Mais c’est surtout après 2003 que beaucoup de cadres qui dirigeaient l’Irak sont devenus islamistes, par réaction vis-à-vis des Américains qui ont détruit notre pays.

Vous connaissez donc les anciens baasistes qui encadrent aujourd’hui les combattants de l’État islamique ?

Oui, je connais la plupart d’entre eux. Pour moi, l’État islamique, c’est la bête de l’Apocalypse, ce sont des monstres, et il n’est pas question d’excuser leurs atrocités. Mais il faut savoir que les Américains, à partir de 2003, ont donné le pouvoir en Irak aux Iraniens, aux chiites, qui nous ont persécutés. Mon frère a été tué, j’ai eu la chance d’échapper à deux tentatives d’assassinat. C’est pourquoi je me suis installé au Kurdistan. Ma femme, dentiste, exerce également à Erbil. Avant même la prise de pouvoir de Mossoul par l’État islamique, les chrétiens vivaient dans la crainte permanente des enlèvements, des extorsions de fonds.

Quel regard l’ancien général porte-t-il sur les peshmergas, les combattants kurdes ?

Je connais personnellement de nombreux officiers supérieurs kurdes. Contrairement à leurs homologues de l’armée irakienne, eux, en revanche, n’hésitent pas à se battre en première ligne. Quant aux soldats, ils sont très combatifs, très déterminés. Mais ils ne possèdent pas l’armement pour reprendre seuls la ville de Mossoul, qui compte deux millions d’habitants.

Avez-vous encore des contacts avec des gens de Mossoul ?

C’est de plus en plus difficile, mais nous arrivons encore à savoir ce qui se passe. Notamment quand des hommes de Daesh se rasent la barbe et vont se fondre, incognito, dans le flux des réfugiés. Vous, les Européens, vous êtes trop naïfs : vous accueillez chez vous des criminels islamistes qui ne cherchent qu’à vous détruire. Retenez ces chiffres : nous étions 1,5 million de chrétiens en Irak. Aujourd’hui, nous ne sommes plus que 200 000. Tous les jours, des familles chrétiennes partent.

PROPOS RECUEILLIS PAR À ERBIL, AU KURDISTAN

Le Point

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.