Coalition: Yair Lapid se pose en rassembleur..

Yair Lapid a prononcé un discours de « leader national » et vainqueur des élections

Le premier discours de Yair Lapid après avoir reçu son mandat pour former un gouvernement était similaire aux discours des vainqueurs des élections dans les démocraties occidentales. Lapid a parlé comme un leader national ayant déjà gagné mais oubliant que si il ne réussissait pas à former un gouvernement, c’est la Knesset qui décidera …

«Israël est fatigué des conflits. Le peuple d’Israël regarde ses politiciens et se pose la question: quand cesseront-ils de jurer et commenceront-ils à travailler pour nous ? Ma réponse est maintenant. Nous avons maintenant besoin d’un gouvernement d’unité. Parce que nous sommes tous ici ensemble. Nous avons le même destin et nous ne nous détestons pas. Nous ne sommes pas d’accord sur tout, mais ce sont des différends sur des questions nobles – ils le seront toujours », a déclaré Lapid.

Le chef de Yesh Atid a souligné que le gouvernement d’unité n’est pas un compromis, non seulement un moyen d’éviter les cinquième élections consécutives, mais un besoin urgent pour Israël, qui se scinde de plus en plus en communautés sectorielles. C’est avec cette plate-forme idéologique que Yesh Atid est entré en politique il y a 9 ans – puis il a apporté 19 sièges au nouveau parti.

«Naftali Bennett a dit hier et a dit à juste titre que le gouvernement d’unité empêcherait les cinquièmes élections. Mais ce n’est qu’une partie de la question. Notre objectif principal et notre défi sont de créer quelque chose de différent ici, propre, intelligent et fonctionnel », a déclaré Lapid. «Si nous parvenons à créer un gouvernement, il traitera l’opposition différemment. Nous n’allons pas les humilier, les rabaisser, nous les respecterons, nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour ceux qui n’ont pas voté pour nous. »

«Nous essayons de créer une communauté israélienne de gens intelligents et de patriotes. Je crois aux bonnes intentions de nos futurs alliés – Naftali et Beni, Gideon et Meirav, Avigdor et Nitzan, »– ici Lapid n’a pas brisé la tradition en ne nommant pas les dirigeants des partis arabes parmi les futurs partenaires. La question de la coopération avec eux et de l’étendue de leur participation au futur «gouvernement d’unité» reste encore une pierre d’achoppement pour les participants du «bloc des changements».

«Chacun a un passé, chacun a des talons de citations qu’il regrette. Des mots qui n’auraient pas dû être prononcés. Des opinions qui ont changé. Je n’ai aucune intention de faire cela. Qui veut rester coincé dans le passé est son problème. Nous ne sommes pas ici pour lutter pour le passé, mais pour l’avenir. Quiconque veut jurer et se mettre en colère, laisse-le maudire et se mettre en colère. Nous préférons aller travailler pour les citoyens d’Israël. »

Pour la droite, Benjamin Netanyahu et le bloc religieux continuent d’attaquer Bennett, exhortent Shaked à empêcher la création d’un «gouvernement de gauche» et craignent les terribles conséquences d’une telle démarche.

Selon les médias, la plate-forme politique du «gouvernement d’unité» a déjà été pratiquement convenue, mais elle est irréaliste sur le papier et ne se limite qu’a des paroles utopiques, en effet la division des portefeuilles et la question de la participation des partis arabes restent des pierres d’achoppement. Les observateurs politiques notent que Lapid et Bennett s’efforcent de terminer l’affaire dans un délai d’une semaine et le plus tôt possible – plus la perspective d’une cinquième élection devient réaliste, moins il y a de chances que les intérêts de l’État prévalent sur les besoins politiques des participants.

07/05/2021 infos-israel.news

Yair Lapid s’exprimant un jour après avoir reçu le mandat de former le prochain gouvernement ( Photo: Moti Kimchi )

1 COMMENTAIRE

  1. Encore un Yznogoud, vizir qui rêve d’être calife à la place du calife… Et qui pretend « indéfinir » les individus, et surtout leur compétences (ou incompétences) en les faisant naître dans un chou, par génération spontanée, sans passé, ni etudes, mais par acquis d’expérience. !
    Comment peut-on tracer un chemin, une direction, et un but, si on ne sait d’où on vient !?
    N’importe quel moussaillon sait qu’une triangulation, avec une boussole, un sextant, est obligatoire dans la navigation ! Et ce ne sont pas les discours qui font un bon capitaine, mais le chemin parcouru, déjà !
    Quand Bibi voudra passer le relais, il le dira, et aura déjà préparé le (bon) successeur.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.