Coalition: un écueil de plus sur la route de Yaïr Lapid

Les projecteurs sont actuellement dirigés vers la difficulté quasi-insurmontable de Binyamin Netanyahou de former une coalition, qui est essentiellement due à des considérations personnelles.

Mais dans le camp désigné  par les médias comme celui du « changement », les difficultés sont encore plus importantes, elles sont d’ordre politique et idéologiques car il s’agit de partis qui dans une constellation « normale » ne se retrouveraient jamais dans une même coalition gouvernementale.

Mercredi matin, la Liste arabe sur laquelle compte Yaïr Lapid pour former un gouvernement s’il en était chargé, a fait savoir qu’elle ne soutiendra pas une coalition dont Naftali Benett serait le Premier ministre.

Or, la principale  raison qui pousse le président de Yamina à lorgner vers la gauche est la perspective d’être Premier ministre en premier dans le cadre d’une rotation, malgré ses sept mandats.

Au micro de la radio 103FM, Aïda Touma-Suleiman a déclaré : « Nous ne remplacerons pas Binyamin Netanyahou par Naftali Benett ».

Sans le soutien de la Liste arabe Yaïr Lapid disposerait de 58 sièges, et sans parler du patchwork politique dans ce groupe, il lui faudrait les 4 voix du parti Ra’am qui devraient être « avalisés » par des partis comme Yamina, Tikva ‘Hadasha ou Israël Beiteinou.

Photo Flash 90

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.