Biden met en garde Erdogan de manière « positive ».

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a finalement obtenu sa rencontre avec Joe Biden dimanche dernier après que les Américains l’aient reportée de plusieurs jours. Erdogan a déclaré en septembre qu’il n’avait pas de bonnes relations avec Biden et que les relations bilatérales entre leurs pays n’étaient pas saines. Biden n’a pas considérer que parler à Erdogan était une priorité dans le passé, mais un responsable de la Maison Blanche a déclaré que les pourparlers du 31 octobre étaient « constructifs ». La présidence turque a déclaré que la réunion s’était déroulée dans une « atmosphère très positive ».

Erdogan pense peut-être que, tout comme Donald Trump, sa conversation avec Biden personnellement améliorera les relations bilatérales. Ce serait pourtant une erreur. Trump n’aimait pas la bureaucratie de la sécurité nationale à Washington et au cours des deux dernières années de sa présidence, il n’a pas souvent consulté ses conseillers en politique étrangère. Il a refusé de nommer un secrétaire à la Défense après la démission de James Mattis en 2019 pour protester contre la politique de Trump en Syrie.

Biden, en revanche, travaille en étroite collaboration avec son équipe de politique étrangère. Si l’équipe Biden a une faiblesse, c’est qu’ils ont une longue expérience de travail ensemble et qu’ils ne trouvent donc pas de grandes nouvelles idées en dehors de leur cercle. Mais comparé à Trump, le président Biden consulte beaucoup ses conseillers.

Par conséquent, lorsqu’Erdogan a soulevé la question de l’achat par la Turquie de plus d’avions de combat F-16, la réponse de Biden a été prudente. Il y a un processus étape par étape à suivre, et les responsables américains ont pris soin de ne pas promettre un accord. Les départements d’État et de la Défense doivent approuver la vente des avions de combat, puis le Congrès doit également l’approuver. Et la rencontre des deux présidents dimanche dernier n’a pas dissipé les nuages ​​sur les relations bilatérales.

Du point de vue de Washington, le plus gros nuage est l’achat par la Turquie des missiles de défense aérienne S-400 à la Russie. Washington a imposé de lourdes sanctions à la Direction des industries de défense turques et aux hauts responsables de l’entreprise. Il y a une réelle colère à Washington que la Turquie risque de mettre en péril la sécurité de l’énorme et coûteux projet d’avion de chasse F-35. Il est également choquant que la Turquie ait ignoré de nombreux avertissements de Washington.

Il y a peu de discussions ou de compréhension à Washington sur les raisons de la décision d’Erdogan. En l’absence de compréhension, de nombreux dirigeants à Washington présument qu’Erdogan essaie d’utiliser la Russie comme un outil pour arracher des concessions à Washington et il y a du ressentiment envers Ankara qui est censé être un allié militaire. En plus de cela, les menaces rhétoriques répétées de la Turquie contre la Grèce, ainsi que les affrontements navals et aériens entre la Turquie et la Grèce en Méditerranée orientale ont ajouté à la perception qu’Erdogan n’est plus un véritable allié de l’OTAN. Rappelez-vous qu’il y a un lobby à Washington qui soutient la Grèce.

Les actions d’Erdogan contre les opposants nationaux ont nui à la crédibilité de son gouvernement à Washington, où la perception prédominante est que tous les membres de l’OTAN devraient être des démocraties. Bien sûr, historiquement, l’OTAN n’était pas un club de démocraties. L’armée turque a renversé à plusieurs reprises des gouvernements civils, le plus récemment en 1980, et il n’y a jamais eu de crise avec les Américains. L’armée grecque y a renversé le gouvernement élu en 1967 et a gouverné jusqu’en 1974 sans grande critique américaine. La Hongrie et la Pologne deviennent moins démocratiques ces dernières années. Mais contrairement à la Grèce il y a 50 ans ou à la Pologne et à la Hongrie maintenant, la Turquie a menacé d’autres membres de l’alliance de l’Atlantique Nord avec la force militaire, et donc, le style de gouvernement d’Erdogan est plus ouvert aux critiques des autres membres de l’OTAN.

Il n’est donc pas surprenant que mon ancien collègue, l’ambassadeur David Satterfield, aujourd’hui ambassadeur américain à Ankara, ait signé un projet de lettre rédigé par des responsables scandinaves exhortant Ankara à résoudre le cas d’un opposant politique turc emprisonné. Biden et le secrétaire d’État Blinken soulignent que les droits de l’homme sont un élément important de leur politique étrangère. Et si Satterfield n’avait pas signé la lettre, les détracteurs de Biden à Washington et les nombreux détracteurs de la Turquie dans la capitale américaine auraient politiquement exploité le refus de Satterfield.

La signature de Satterfield sur la lettre a failli provoquer une crise majeure entre Washington et Ankara. Je ne peux pas imaginer que Biden aurait rencontré Erdogan dimanche dernier si Erdogan avait effectivement mis à exécution sa menace et expulsé l’ambassadeur américain. Satterfield, un diplomate très expérimenté, a trouvé une solution de compromis et ainsi la crise est passée, permettant à la réunion de la semaine dernière de se poursuivre. Mais vous avez pu voir l’avertissement de Biden à Erdogan lors de la réunion du 31 octobre : les relations bilatérales souffriront si Erdogan surprend à nouveau les Américains avec des armes russes ou agit contre les intérêts américains (par exemple, en intervenant dans le nord-est de la Syrie contre les Forces démocratiques syriennes) ou sur les droits de l’homme .

Le message implicite de Biden était que si Erdogan entreprend des actions hâtives qui provoquent à nouveau du ressentiment à Washington, Biden ne risquera pas sa position politique à Washington pour défendre la demande de F-16 de la Turquie contre ses opposants. Et, bien sûr, si cette vente de chasseurs s’effondre, nous verrons une crise encore plus grande dans les relations entre Washington et Ankara.

Robert Ford

Robert Ford est un ancien ambassadeur des États-Unis en Syrie et en Algérie et chercheur principal au Middle East Institute for Near East Policy à Washington

2 Commentaires

  1. Une autre question importante est celle du Gazoduc entre Israel-Liban et Chypre-Grece-Italie. Apres que l’accord a ete presque finalise, Biden a decide de retirer les USA, rendant le financement du projet impossible. Forcer Israel a passer par la Turquie pour acheminer son gaz en Europe met Israel, et dans une moindre mesure l’Europe, a la merci du chantage d’Erdogan ou de son successeur.

    Est-ce vraiment cela que souhaitent des Etats-Unis (en dehors du « Squad ») ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.