Aïd el-Kébir : les autorités ont empêché l’abattage clandestin de 650 moutons.

Les ovins prêts à être vendus vivants ou déjà égorgés ont été saisis par les forces de l’ordre.

Dans le cadre de la fête religieuse musulmane de l’Aïd-et-Kébir qui s’est ouverte lundi 19 juillet, une vingtaine d’opérations de contrôles vétérinaires ont été effectuées en Seine-et-Marne. L’objectif ? Mettre la main sur des lieux d’abattage clandestin d’ovins. Comme l’a rapporté Le Parisien le 22 juillet, certains particuliers n’ont pas respecté la loi et ont égorgé l’animal eux-mêmes au lieu de se procurer la viande dans un abattoir agréé. Au total, le travail commun de la Direction départementale de la Protection des Populations (DDPP) et des forces de l’ordre ont empêché l’abattage et la commercialisation de 650 moutons, brebis et agneaux quelques jours avant l’Aïd, fête durant laquelle 4500 moutons ont été égorgés dans le département d’Ile-de-France.

Protection animale et sécurité sanitaire en jeu

C’est aussi grâce à l’appui de signalements effectués par des particuliers ou des municipalités que ces abattoirs clandestins ont pu être repérés et empêchés de tuer illégalement les animaux sacrifiés pour l’occasion. Le Parisien indique que 108 ovins ont été saisis chez un éleveur qui n’assurait pas la traçabilité de la viande, 122 animaux prêts à être vendus vivants ont été saisis dans un centre clandestin, et 390 agneaux ont pu être récupérés avant leur vente estimée à 60 000 euros. La DDPP a rappelé l’importance de ces contrôles pour le respect de la protection animale et environnementale, mais aussi pour garantir une sécurité sanitaire optimale. En Seine-et-Marne, seuls les abattoirs de Jossigny et Meaux disposent de l’agrément nécessaire à l’abattage rituel des ovins. Un troisième, situé à Montereau, dispose d’une autorisation temporaire exclusivement durant la période de l’Aïd.

AFP

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.