Le président israélien Shimon Peres a appelé à « renoncer au cynisme et au scepticisme » pour aboutir à un résultat aux prochaines négociations de paix directes entre Israël et les Palestiniens à Washington où le Premier ministre Benjamin Netanyahu s’est rendu mardi.

M. Netanyahu « est parti à Washington pour répondre à un appel à la paix et appliquer la solution de deux Etats pour deux peuples avec la création d’un Etat palestinien démocratique, démilitarisé au côté de l’Etat d’Israël », a déclaré M. Peres lors d’une réunion à Jérusalem du Congrès juif mondial.

« Toute autre solution serait dangereuse », a-t-il estimé. « J’ai l’impression que le Premier ministre Netanyahu est conscient de l’importance de la mission qui l’attend, et qu’il est prêt à saisir l’occasion qui s’offre à lui », a ajouté le président israélien. « Cela ne fait pas de mal d’être positif à propos des questions politiques. Il faut parfois renoncer au scepticisme et au cynisme pour renforcer la confiance entre les deux parties », a-t-il encore dit.

M. Netanyahu a quitté mardi matin Tel-Aviv à destination de Washington où Israéliens et Palestiniens doivent reprendre jeudi des négociations directes gelées depuis 20 mois. Il doit participer mercredi à un dîner à la Maison Blanche à l’invitation du président Barack Obama, en compagnie du président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, ainsi que du président égyptien Hosni Moubarak et du roi Abdallah II de Jordanie notamment.

Le lendemain, la secrétaire d’Etat Hillary Clinton doit annoncer officiellement, en présence de MM. Netanyahu et Abbas, la relance des négociations directes censées aboutir à un accord d’ici un an.

De son côté, le dirigeant du principal mouvement des résidents des localités juive de cisjordanie Yesha, Danny Dayan, est également parti pour Washington. « Je me rends aux Etats-Unis pour dénoncer tout projet de poursuite du gel de la construction dans les implantations (juives) et dénoncer la création d’un Etat palestinien, qui constituerait une menace pour l’existence même d’Israël », a-t-il affirmé à la radio militaire.

M. Dayan faisait allusion à l’expiration, le 26 septembre, du moratoire de la construction des logements dans les colonies de Cisjordanie occupée décrété en novembre 2009 par le gouvernement Netanyahu. Ce dernier avait alors cédé aux pressions de M. Obama qui souhaitait relancer les négociations. Avant son départ, M. Netanyahu a répété à maintes reprises que son gouvernement -qui regroupe des ministres de droite et d’extrême droite- n’avait pas pris de décision sur une éventuelle prolongation de ce moratoire exigée par les Palestiniens.

1 COMMENTAIRE

  1. {{Très intéressante}} position du Président Shimon Peres. Il a profondément raison. Monsieur Dayan ne représente pas Israël, alors que le Président Peres oui. Le pays ne doit pas devenir l’instrument, voire l’otage, de factions, et si le Président indique une direction à tenter, à essayer, alors il faut l’essayer.
    On verra bien au résultat avec l’engagement des USA auxquels {{Israël aura prouvé sa bonne volonté}} de fond. Si la partie adverse est de mauvaise foi, ça pourra le mettre en évidence aux yeux des Américains.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.