L’ex-Chef du Shin Bet règle ses comptes avec Netanyahu

0
149

img

«Israël est piloté aujourd’hui par un groupe de pyromanes et est dirigé par un égocentrique », a déclaré Gillon, qui parlait lors d’une manifestation d’extrême-gauche contre le projet de loi : « Israël Etat-Nation du peuple Juif. »

« Cette loi est un cancer. La poursuite de la politique radicale et messianique sur le Mont du Temple, est dangereuse ! » a t-il proclamé.

Selon lui, le Mont du Temple doit être un lieu d’apartheid où les juifs n’ont aucun droit de prier. Et il ne doit pas être dit qu’Israël peut être un Etat, à la fois, [Juif et démocratiqueArticle original.

Gillon, qui a mené le Shin Bet à un fiasco total (au moment de l’assassinat de l’ancien Premier ministre Yitzhak Rabin), a démissionné de son poste en 1996, après que la Commission Shamgar, qui a enquêté sur l’assassinat, a critiqué la conduite de Gillon pendant ce meurtre. Le rapport officiel de la Commission a déclaré que Gillon est « responsable des échecs qui ont conduit à l’assassinat. ».

A son crédit, il a mené a bien l’opération d’élimination de Yayah Ayash, le cerveau ou ‘ingénieur du Hamas, que certains (Enderlin) ont présenté comme une opération de “rattrapage”, après la mise en danger de l’Etat, telle que la supervision calamiteuse de la protection du Premier Ministre et les manipulations électorales sordides pour assurer le triomphe de la gauche, à l’époque. En réalité, on est en droit de se demander si ce ne sont pas des tactiques toxiques, visant, précisément, à discréditer définitivement la droite et son chef Netanyahu, qui sont (in-)directement responsables de la mort d’Itzhak Rabin et jusqu’à quel point une partie politisée du staff de sécurité, dont l’ancien procureur général Ben-Yaïr [qui fait aussi de longues tirades pour la reconnaissance de l’Etat de Palestine”>Article original ont ou n’ont pas couvert un groupuscule d’extrême-droite (Eyal) manipulé par un indicateur…

img
L’ancien procureur Michaël Ben Yaïr.

Voilà ce qu’on pouvait en dire, dans un [précédent articleArticle original à ce sujet :

En bombardant son remplaçant Carmi Guilon à la tête du Shin Bet, sur conseil de Jacob « Pinocchio » Perry, Rabin procède à une nomination politique. Guilon a fait sa thèse sur le terrorisme juif et assuré sa promotion dans l’entourage du Premier Ministre. Il se veut le spécialiste de cette opposition intérieure, dont il a assimilé la forme de pensée, alors qu’il est considéré comme moins compétent que d’autres (comme Guideon Ezra-futur adjoint au Ministre de l’Intérieur, sous Barak-) pour ce poste, dans sa connaissance des voisins.

Le service est complètement démotivé. 12 démissions de haut-rang suivent immédiatement l’annonce de cette désignation. Guilon délègue à un mystérieux « E » la gestion du service « extrémistes juifs ». Cet ancien adjoint de son prédécesseur s’est assuré une publicité interne calamiteuse en s’impliquant dans une affaire adultérine et de plainte contre le mari, d’où son prestige ne se sort pas grandi.

Le meurtre de Rabin correspond au fiasco retentissant d’une stratégie qui se crispe sur cette zone de danger bien réel, mais où le sens des évènements échappe à ses observateurs, probables auto-intoxiqués d’un « dérapage » :

Un indicateur (« shtinker », en yiddish) plus qu’ambigu approche le tueur. Avishaï Raviv, nom de code « Champagne » (attribué par ordinateur), suggère à Igal Amir que Rabin mérite le qualificatif de « Din Rodef » , selon Eytan Ojalbo, devant la Commission Shamgar. Amir va plus loin et affirme, devant deux jeunes filles, que le Premier Ministre « n’est pas un être humain ». Les deux hommes sont « inséparables ». Façon de dire que Raviv colle aux talons d’Amir…”

Il est vraiment temps que certains “Gateskeeper” (de l’enfer) prennent leur retraite.

1 COMMENT

  1. Connaîtra-t-on un jour la vérité sur l’assassinat de Rabin? Il semblerait qu’on se trouve devant une “affaire des jardins de l’Observatoire”, qui devait faire briller l’étoile quelque peu ternie de Mitterrand, mais a tourné au fiasco, le pistolero ayant dans ce cas vendu la mèche à la presse, et dans le cas de Rabin, remplacé les balles à blanc par des vraies à l’insu de son “shtinker”.

    Après le film “the Gatekeepers”, où on voit les ex-responsables de la sécurité des citoyens d’Israël étaler leurs état d’âmes “progressistes”, leur compassion pour les génocideurs palestiniens et leurs innombrable intrigues politiciennes, on se demande quel processus antidémocratique a permis leur nomination.

  2. pour un ancien haut placer du gouvernement , vous êtes un anti-patriot car un homme qui aime son pays en temp de crise ne règle jamais ses comptes en public a l’aide des médias … un vrai patriot travail en huit-clos loin des médias pour montrer sa solidarité et changer les politiques de l’intérieur…
    je suis heureux que votre position de chef du Shin Bet est terminer car vous avez pas respecter votre contrat qui stipule que tout information et commentaire ce doit-être confidentiel

  3. Rappelons à tous ceux qui veulent faire croire, en dépit des faits, qu’un Etat Juif et démocratique est une impossibilité, que l’anglicanisme est la religion d’État de l’Angleterre ou que le protestantisme luthérien est la religion d’État du Danemark, de l’Islande et de la Norvège.

    Tous ces pays ne sont-ils pas démocratiques et n’assurent-ils pas les mêmes droits à tous ses citoyens ?

    Quant à l’islam religion d’État, c’est 23 pays…

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.