Le Premier ministre Binyamin Netanyahou a promis de faire preuve d’autant de courage que son prédécesseur Menachem Begin, concernant le processus diplomatique qui débutera mercredi. Il a également appelé le dirigeant de l’Autorité palestinienne (AP), Mahmoud Abbas, à suivre l’ancien partenaire de Begin, le président égyptien défunt, Anouar Sadate.

PHOTO: ARIEL JEROZOLIMKSI , JPOST

« La gauche n’a pas le monopole de la paix », a souligné Netanyahou lors d’une réunion spéciale du Likoud, au Centre Menachem Begin, à Jérusalem. Le 33e anniversaire de l’élection de l’homme politique était l’occasion de revenir sur un épisode fondamental de la construction de l’Etat d’Israël. « Ils prétendent qu’avec le Likoud au pouvoir, il n’y aura pas la paix », a ajouté le chef du gouvernement. « Mais le Likoud a été porteur d’une paix durable avec l’Egypte. Les menaces n’ont pas disparu mais les avantages de la paix sont plus clairs que jamais. »

D’après lui, Begin a encore beaucoup à enseigner aux hommes politiques. Notamment l’importance de la démilitarisation des territoires évacués et autres points sensibles et la nécessité de prendre des décisions diplomatiques clés.

Les membres du Likoud sceptiques

« Notre gouvernement a prouvé sa capacité à prendre des décisions difficiles. Pour la paix, nous avons besoin de dirigeants, dans l’autre camp, avec le même courage que Sadate et le roi Hussein. Si nous trouvons des leaders qui acceptent la démilitarisation et d’autres points sécuritaires, nous pourrons, nous aussi, être porteurs de paix. »

A la sortie de la rencontre, les ministres du Likoud se sont plaints que Netanyahou ait utilisé la mémoire de Begin pour justifier ses concessions territoriales. Des concessions que l’ancien Premier ministre n’aurait, selon eux, jamais accepté.

Le fait que Bibi ait choisi de mettre en exergue la phrase de Begin : « plutôt les défis de la paix que les douleurs de la guerre », et non l’une de ses plus fréquentes expressions au sujet du maintien de la Judée-Samarie, « par la force du droit et non par le droit de la force », n’a pas, non plus, été du goût de tous.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.