La tombe du Général de Gaulle, le 28 mai 2017 au cimetière de Colombey-les-deux-Eglises ((c) Afp)

A l’heure du soixantième anniversaire de la naissance des institutions de la cinquième République, parlons du lieu de mémoire du gaullisme Colombey-les-Deux-Eglises.

Le petit village de Colombey-les-Deux-Eglises (Haute-Marne), où se rend jeudi Emmanuel Macron sur la tombe du général de Gaulle, est la terre de pèlerinage du gaullisme historique, visitée chaque année par 100.000 personnes.

Située aux confins de la Champagne, de la Lorraine et de la Bourgogne, Colombey est une commune paisible peuplée d’environ 400 habitants, dont six familles d’agriculteurs.

Grâce à l’afflux de visiteurs, il compte encore des commerces, notamment de souvenirs, des hôtels, ainsi qu’un collège et une école élémentaire.

Environ 40.000 personnes visitent chaque année la Boisserie, la vaste demeure acquise par la famille de Gaulle en 1934, où le général séjourna souvent jusqu’à sa mort en 1970.

La propriété appartient toujours à la famille de Gaulle, plus précisément à l’amiral Philippe de Gaulle, 96 ans.

En juin 2018, elle a obtenu le label “Tourisme et Handicap”, une reconnaissante importante aux yeux de la famille puisque le général et sa femme avaient acquis cette propriété pour que leur fille Anne, trisomique, puisse bénéficier de l’air de la campagne champenoise.

Les visiteurs sont aussi nombreux à se rendre au cimetière sur la tombe de Charles, Anne et Yvonne de Gaulle. L’ex-président y a été enterré le 12 novembre 1970 comme il l’avait souhaité, “sans fleurs, ni couronnes”, ni discours, mais avec des compagnons de la Libération venus des quatre coins de la planète.

Les autres lieux du gaullisme sont l’immense Croix de Lorraine qui domine le village et le Mémorial Charles de Gaulle, ouvert il y a 10 ans.

Ce musée accueille “environ 60.000 touristes par an”, un chiffre en légère baisse ces dernières années, selon Mathieu Geagea, qui vient de quitter son poste de directeur. Les expos ayant eu le plus de succès ont été celles consacrées aux “voitures de l’Elysée” en 2014 et aux “Premières dames” l’année suivante.

“Tous les présidents de la République, exception faite de François Mitterrand, sont venus au moins une fois à Colombey-les-deux-Eglises”, rappelle M. Geagea.

Les responsables politiques se pressent notamment lors des anniversaires de l’appel du 18 juin et de la mort du général.

1 COMMENTAIRE

  1. Colombey les deux mosquees , c est pour bientot ! Le promoteur de la politique anti Israelienne , sera doublement recompensee par 2 mosquees en remerciement des ses faits et gestes contre l etat Juif.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.