Comment le 11-Septembre a poussé l’Occident à se rapprocher d’Israël

Après les attentats du 11-Septembre, de nombreux pays occidentaux se sont rendus en Israël pour apprendre comment il sécurisait son aéroport, se rappelle Danny Yatom, l’ancien directeur du Mossad, au micro de Sputnik. Ils ont aussi voulu savoir comment classer les gens et comment repérer ceux qui pourraient représenter un danger pour la société.

«Je me souviens que j’étais dans mon bureau. Quand j’ai vu un avion entrer en collision avec le World Trade Center, j’ai immédiatement dit que ce n’était pas un accident. C’était une attaque terroriste. Certaines personnes en doutaient encore. Quand le deuxième avion a frappé le bâtiment, tout le monde s’est rendu compte que j’avais raison», relate-t-il.

À cette époque, il avait déjà quitté le Mossad, mais il était encore une figure importante de sécurité israélienne.

«De leur propre enquête, les Américains sont arrivés à la conclusion qu’il y avait quelques indices qui montraient que les terroristes étaient en train de préparer une attaque contre des cibles américaines. Mais personne ne pensait que l’assaut serait mené au cœur des États-Unis. Les Américains pensaient être à l’abri de telles attaques et que personne n’oserait le faire», explique l’interlocuteur de Sputnik.

À la recherche de conseils

Et quand les choses se sont calmées, les États-Unis ont commencé à analyser ce qui n’allait pas. Cela a entraîné un changement de politique. Mais également, c’est l’attitude des États-Unis et de nombreux autres États à l’égard d’Israël qui s’est modifiée.

«La tragédie a changé les approches offensives et défensives des États-Unis. Cela a changé leurs procédures de sécurité. Ils sont devenus plus méticuleux dans le contrôle des voyageurs, ont commencé à s’appuyer davantage sur la technologie et le manomètre et ont mis en œuvre de nombreuses réglementations sur ce qui était interdit ou autorisé sur un vol», détaille Danny Yatom dans l’interview pour Sputnik.

Peu après son départ du Mossad, il s’est engagé en politique et a vu diverses délégations du monde entier venir en Israël à la recherche de conseils.

«Ils voulaient savoir comment nous sécurisons notre aéroport [considéré comme l’un des plus sûrs au monde, ndlr]. Ils étaient curieux de voir comment nous vérifions ceux qui montent à bord d’un avion, comment nous classons les gens et comment nous déterminons qui peut représenter un danger et qui non», a expliqué l’ex-directeur du Mossad.

Maintenant, 20 ans après les attentats du 11-Septembre, il dit que le monde n’est pas devenu plus sûr, mais que les politiciens et le public sont devenus plus conscients des dangers posés par les radicaux. Ils ont également compris que, pour maintenir la sécurité de leur pays, ils devaient veiller à ce que la stabilité soit aussi assurée dans d’autres parties du monde.

Qui plus est, cela a servi de prétexte à de nombreux États occidentaux pour lancer des campagnes militaires dans des pays comme la Syrie, l’Irak et l’Afghanistan. Les États-Unis ont déjà quitté l’Afghanistan à la fin du mois d’août. Washington envisage de prendre une mesure similaire en Irak, en retirant ses forces d’ici la fin de cette année. Danny Yatom dit comprendre les raisons de leur décision, mais prévient que la bataille contre les extrémistes est loin d’être terminée.

«Ces organisations terroristes ne veulent pas nous accepter [l’Occident, ndlr]. Ils ne veulent pas se réconcilier. Leur but est de nous anéantir. Et nous devons nous en tenir à notre propre objectif: poursuivre nos efforts pour les arrêter», conclut l’ancien directeur de l’agence de renseignement d’Israël.

Pour rappel, le 11-Septembre a coûté la vie à près de 3.000 personnes et 25.000 autres ont été blessées. Sans oublier les 2.000 milliards de dollars de dommages.

© AP Photo / Boudicon One

22:51 12.09.2021 Par Julia Belyakova

fr.sputniknews.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.