Le narratif terroriste dans les manuels scolaires palestiniens

3
104

Mahmoud Abbas peut bien s’évertuer à tenter de convaincre les grandes chancelleries occidentales et les donateurs de la planète que son combat contre Israël est pacifique, les faits sont têtus.

Récidive ! Après avoir envoyé au pilon il y a un an, des manuels scolaires qui présentaient Israël comme un cancer implanté dans la région, l’Autorité palestinienne peine à trouver le ton juste.

Régulièrement épinglé pour son narratif guerrier à l’égard d’Israël, le ministère de l’Education à Ramallah laisse passer intentionnellement, ou pas, des thèmes belliqueux dans les manuels scolaires  distribués dans les écoles.

On ne compte plus les cartes où Israël n’est même pas mentionné. On se souvient des cours de religion où Chrétiens et Juifs étaient assimilés dans les ouvrages, à des infidèles. Les élèves étaient mêmes invités à en guise d’exercice, à évoquer « les mensonges des autres religions ».

Le rapport, publié par l’Institut de suivi de la paix et de la tolérance culturelle dans l’éducation scolaire, affirme que le programme 2016 – 2017 pour les écoles élémentaires de l’AP « apprend aux élèves à être des martyrs, diabolise et nie l’existence d’Israël, et se concentre sur un ‘retour’ à un pays exclusivement palestinien».

Calcul mental

Les incitations à la « résistance » contre l’occupant sont, elles, clairement exprimées. Les livres d’histoire regorgent d’anecdotes sur les chahidims qui ont donné leur vie pour le peuple palestinien. Des photos parfois choquantes pour des enfants, accompagnent les textes.

Cette fois, c’est dans un livre de mathématiques du primaire (CM1), que les jeunes palestiniens s’entrainent à un calcul très particulier.

Enoncé: « Sachant que le nombre de chahidims de la première intifada s’élève à 2026 et que celui de la seconde intifada est de 5050 chahidims, quel est le nombre total de victimes de la barbarie israélienne ?

Vous avez dit morbide ? Il ne se passe pas une année, sans que les observatoires indépendants qui enquêtent sur le contenu des manuels scolaires, ne tirent la sonnette d’alarme. Les autorités palestiniennes s’engage à modifier, à corriger mais en vain. A chaque livraison, le résultat est le même.

Doit-on rappeler que les manuels sont financés par les pays donateurs dont en grande partie…l’Union européenne.

David Sebban

3 COMMENTS

  1. En réalité, pour apprendre aux petits enfants palestiniens à calculer, l’opération est la suivante : Si l’UE me donne 10 millions et que la moitié sert à financer les “shahidim”, combien reste-t-il pour payer les villas et les dépenses somptuaires de nos dirigeants ?

  2. Ca rappelle pour la betise, mais en infiniment plus grave, les manuels d’arithmetique au Quebec dans les annees soixante (j’ai vu de tels manuels, mais ne suis pas canadien, et ne peux dire si c’etait general:) “si
    j’allume 5 cierges pour Marie et 3 pour Saint-jacques, etc …”. Mais les Quebecois ont reagi.

    • En quoi c’est plus grave? Au contraire, c’est plus amusant. Par contre, pour les chahidim… si les gosses sont conditionnés à devenir martyrs, alors pourquoi faire la paix?
      Perso j’y ai jamais vraiment cru. Chassez le naturel…

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here