F. Klein : une approche officielle de l’antisémitisme allemand©

2
2068

 

F. Klein : Une approche officielle de l’antisémitisme allemand

 

Par Manfred Gerstenfeld

Le 11 avril, le gouvernement fédéral allemand a nommé le diplomate Felix Klein au poste nouvellement créé de Commissaire à l’Antisémitisme en Allemagne. Le besoin d’une telle nomination correspondait à une forme de reconnaissance indirecte de la gravité des expressions de haine des Juifs en Allemagne, plus de soixante-dix ans après la Shoah.

Klein a été le représentant spécial du Bureau des affaires étrangères du pays pour les relations avec les organisations juives et les problèmes d’antisémitisme au cours des quatre dernières années[1]. Ayant pris ses fonctions le 1er mai 2018, Klein a déjà démontré, au cours de cette brève période de temps, qu’il peut faire la différence concernant une facette du débat sur l’antisémitisme. Il y a, à présent, un responsable du gouvernement qui répond fréquemment et publiquement à de nombreux aspects de l’antisémitisme allemand.

Il a été difficile d’obtenir une configuration entièrement fiable de l’antisémitisme allemand substantiel, au fil des années. Un trait saillant est que la police a enregistré, en 2017, quatre incidents antisémites classiques par jour[2]. Berlin, en particulier, semble être devenu un foyer de la haine antijuive. L’organisation de vigilance RIAS y a enregistré près d’un millier d’incidents antisémites en 2017. Ces derniers  comprennent des incidents qui ne peuvent pas déboucher sur des poursuites[3]. Cette configuration exclut les cas relatifs à la forme la plus récente d’antisémitisme : l’anti-israélisme.

Concernant l’anti-israélisme, une étude de l’Université de Bielefeld en 2014 a démontré que 40% des Allemands pensent que les Israéliens mènent une guerre d’extermination contre les Palestiniens[4]. Une étude de 2015, commanditée par la Fondation Bertelsmann révélait que 41% d’Allemands pensent que “Israël agit envers les Palestiniens comme les Nazis agissaient envers les Juifs”[5]. Apparemment, ces Allemands projettent les crimes sans précédent de la génération de leurs grands-parents sur Israël.

Bien que Klein n’ait pas encore abordé tous les aspects de l’antisémitisme, il a déjà répondu à nombre de ses composantes. Dans une interview, ce mois-ci avec le quotidien Die Welt, il a mentionné qu’il y a des régions d’Allemagne où ne vit aucun Juif et des écoles sans le moindre élève juif. Néanmoins, là aussi l’antisémitisme se manifeste dans ces lieux[6].

Klein mentionne trois incidents majeurs dans l’histoire de l’antisémitisme en Allemagne de l’après-guerre. Le premier concerne un procès initiés par des Nazis contre un survivant de la Shoah, Philipp Auerbach, en 1951. Il était responsable des restitutions financières aux victimes des Nazis. Le second incident concernait la pièce de théâtre de Rainer Werner Fassbinder “The Garbage, The City and The Death.”[Les Ordures, La Ville et la Mort”]. La première était programmée pour Francfort en 1984.

Dans cette mise en scène, une personnalité culturelle allemande prédominante faisait la promotion de stéréotypes antisémites. Finalement, Klein a déclaré que le débat sur la circoncision, en 2012, a débouché sur l’expression la plus large d’antisémitisme en Allemagne. Elle avait été provoquée par l’interdiction de la circoncision prononcée par un tribunal de Cologne[7].

Klein a aussi indiqué qu’il a l’intention de combattre les déformations politiques des statistiques rapportées en Allemagne sur les actes antisémites. Les crimes contre les Juifs par des auteurs inconnus sont enregistrés comme s’ils étaient causés par des partisans de l’extrême-droite. Klein a souligné que le changement nécessaire ne pourrait être réalisé qu’en convaincant les ministres de l’Intérieur des états fédéraux, pour modifier les façons dont les statistiques sont établies.

Il a reconnu que les atteintes physiques par des Musulmans contre des Juifs sont bien plus nombreuses que celles qui sont dûment enregistrées. Dans ce contexte, Klein a ajouté qu’il devrait aussi vérifier et s’assurer que tous les imams adoptent une attitude appropriée contre l’antisémitisme[8].

Pour tout observateur de la scène antisémite allemande, il est évident que les incidents antisémites dans les écoles sont un problème particulièrement grave. Ils concernent des personnes particulièrement jeunes et vulnérables qui ne peuvent pas échapper à la haine et à la violence de leurs camarades de classe. Les auteurs sont souvent, mais pas toujours, Musulmans.

 

Klein affirme que la connaissance du Judaïsme et de la vie juive doit être propagée de façon appropriée dans les écoles, et pas uniquement en relation avec la Shoah. Il a déclaré que les directeurs d’école et les enseignants doivent lancer des actions plus décisives à propos des incidents antisémites. Les enseignants devraient bénéficier de formations régulières concernant la lutte contre l’antisémitisme et le racisme au sein de l’environnement scolaire.

Klein a aussi mentionné un autre problème important : le système judiciaire allemand. Les journalistes de Die Welt qui l’ont interviewé ont soulevé avec lui ce problème, après qu’un réfugié syrien, qui avait frappé un jeune homme portant la kippa n’avait été condamné qu’à quatre semaines en prison.

Klein a obtenu la promesse qu’on lui affecterait 11 collaborateurs. Cela contraste avec l’approche de l’U.E. Malgré qu’elle ait une population six fois plus importante que l’Allemagne, son Coordinateur pour la lutte contre l’Antisémitisme ne dispose que d’un seul assistant. La dame chargée du dossier réalise des prestations tout-à-fait remarquables, mais comment peut-on y parvenir avec aussi peu d’aide? Klein a annoncé que l’un de ses collaborateurs s’occupera de l’antisémitisme sur Internet. D’autres travailleront sur les relations internes relatives à la sécurité.[9]

Klein a déjà eu un impact important, en critiquant vivement une caricature antisémite du Premier Ministre Binyamin Netanyahu, dans le quotidien national très lu Sueddeutsche Zeitung. Il a déclaré que : “La caricature crée des associations d”idées avec les dessins intolérables de la propagande du National Socialisme”. Klein a accusé le journal d’avoir franchi la ligne rouge[10]. Ce journal important dispose d’un palmarès étoffé en matière d’attaques antisémites. En ce cas précis, le journal a présenté es excuses et limogé le dessinateur[11].

Klein a aussi fait des commentaires sur les incidents individuels comme la récente attaque par un Palestinien d’un professeur israélien en visite[12]. En outre, il a condamné le boycott des produits israéliens[13]. Il s’est également exprimé contre l’antisémitisme qui trouve sa source à la droite de la droite, de l’extrême-gauche, autant que contre l’antisémitisme musulman. De plus, il a souligné que les églises allemandes portent une responsabilité particulière eu égard à leur histoire. Il a mentionné spécifiquement l’influence durable de l’antisémitisme extrémiste du réformateur protestant Martin Luther et du comportement des églises sous la férule de l’Allemagne nazie[14].

L’Allemagne est un pays en mutation, en partie du fait, de sa politique grossièrement erronée d’accueil qui a amené un afflux d’environ 1, 5 million de gens, au cours de la période des trois dernières années, principalement en provenance des pays arabes. Beaucoup de ces migrants ont été nourris de préjugés antisémites depuis le lait de leur nourrice. Le fait qu’il y ait actuellement un responsable officiel au gouvernement qui veille à découvrir les multiples facettes de l’antisémitisme, va probablement provoquer suffisamment de mauvaise publicité à l’égard du pays, pour que les autorités essaient au moins de résoudre, au moins une partie de ces nombreux problèmes.

Par Manfred Gerstenfeld

Le Dr. Manfred Gerstenfeld a présidé pendant 12 ans le Conseil d’Administration du Centre des Affaires Publiques de Jérusalem (2000-2012). Il a publié plus de 20 ouvrages. Plusieurs d’entre eux traitent d’anti-israélisme et d’antisémitisme.

Adaptation : Marc Brzustowski.

—————————–

[1] www.dw.com/de/regierung-ernennt-antisemitismus-beauftragten-felix-klein-kabinett-meseberg/a-43344736

[2] www.dw.com/en/germany-averaged-four-anti-semitic-crimes-per-day-in-2017-report-says/a-42538545

[3] https://report-antisemitism.de/media/bericht-antisemitischer-vorfaelle-2017.pdf, page 5

[4] https://ekvv.uni-bielefeld.de/blog/pressemitteilungen/entry/antisemitismus_bedroht_j%C3%BCdisches_leben_und

[5] www.bertelsmann-stiftung.de/en/topics/aktuelle-meldungen/2015/januar/germans-take-skeptical-view-of-israel/

[6] www.welt.de/politik/deutschland/plus179337122/Extremismus-Antisemitismus-ist-unislamisch.html

[7] Ibid

[8] Ibid.

[9] ibid

[10]  www.welt.de/politik/deutschland/article176437583/Geschmacklose-Zeichnung-Antisemitismusbeauftragter-kritisiert-Sueddeutsche-Zeitung-scharf.html

[11] www.israelnationalnews.com/Articles/Article.aspx/22223

[12]rp-online.de/nrw/panorama/antisemitische-attacke-auf-israelischen-professor-in-bonn_aid-23915269

www.presseportal.de/pm/30621/3996412

[13] www.domradio.de/themen/judentum/2018-05-25/antisemitismusbeauftragter-nimmt-kirchen-die-pflicht

[14] ibid

2 COMMENTS

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.